A la uneActualités

GARD À l’arrêt à cause du coronavirus, « La Route des fréros » prendra une autre voie

Les deux sapeurs-pompiers gardois, Nicolas Curien et Anthony Cabouret, devaient partir du Puy-en-Velay pour une marche de 770 km le long du chemin de Saint-Jacques de Compostelle. (Photo : Stéphanie Marin / Objectif Gard)

Fédérer les pompiers et de récupérer un maximum de dons au profit de l'association Œuvre des pupilles pour les orphelins des sapeurs-pompiers de France (ODP). Tel est le projet de Nicolas Curien et Anthony Cabouret, deux soldats du feu gardois.

Pour mener à bien ce projet, les deux sapeurs-pompiers devaient se lancer, le 5 avril prochain, dans une marche de 770 kilomètres le long du chemin de Saint-Jacques de Compostelle, depuis le Puy-en-Velay en Haute-Loire jusqu'à Saint-Jean-Pied-de-Port dans les Pyrénées-Atlantiques.

Près de 5 000 euros collectés

Pendant 35 jours, Nicolas Curien, 35 ans, et Anthony Cabouret, 34 ans, devaient traverser huit départements et s'arrêter chaque soir dans une caserne. "Cette aventure se veut être riche en rencontres, en partage, expliquaient les deux amis au mois de février. Dans une société qui devient de plus en plus individualiste, nous pensons qu'il est important d'échanger, entre nous, sur nos diverses expériences de pompiers. Et puis bien sûr, nous parlerons de l'ODP."

Une association pour laquelle les deux amis ont lancé un appel aux dons. D'ores et déjà, des professionnels, des associations ainsi que plusieurs amicales des sapeurs-pompiers du Gard ont répondu à cet appel. Pour le moment, près de 5 000 euros ont été collectés. "À travers ce projet, nous avons pu voir un grand élan de solidarité. Et ce n'est pas fini puisque, à cause du contexte actuel, nous n'avons pas pu  terminer notre tournée des dons", précise Nicolas Curien.

Cette crise sanitaire liée à la propagation du coronavirus empêche par ailleurs les deux frères d'armes d'aller jusqu'au bout de leur projet, qui rappelons-le devait les mener jusqu'à Saint-Jean-Pied-de-Port. "Nous sommes comme vous tous confinés. Et nos casernes ont besoin de l'ensemble des sapeurs-pompiers disponibles pour répondre à l'activité opérationnelle qui reste prioritaire", explique Anthony Cabouret.

Mais il l'assure : "Ce projet n'est pas annulé, mais reporté. Comme on a l'habitude de le dire chez les pompiers : on s'adapte. C'est ce que nous faisons en ce moment." Les deux trentenaires gardois réfléchissent donc à un plan B "pour qu'à la fin de cette crise, cette belle histoire débutée il y a quelques mois se termine comme prévu par la remise d'un très beau chèque à l'Œuvre des pupilles."

Stéphanie Marin

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité