ActualitésPolitique

CRISE SANITAIRE Vincent Bouget (PCF) demande des réponses au Préfet du Gard

Vincent Bouget dans les locaux de notre journal avant la crise sanitaire. Photo AS/Objectif Gard

Vincent Bouget, secrétaire départemental du Parti communiste français a pris la plume pour écrire une lettre ouverte à l’attention du Préfet du Gard concernant la crise sanitaire.

"La crise sanitaire sans précédent que nous connaissons nous préoccupe tous. Elle se double d’une crise économique et sociale qui touche notre département et ses habitants et va durablement les impacter. Par cette lettre ouverte, je veux vous faire part des remarques et interrogations des communistes du département, et vous signaler quelques situations préoccupantes" fait savoir l'homme de Gauche.

"Le Président de la République a annoncé un possible déconfinement progressif à la date du 11 mai prochain. Jusqu’ici le département a été relativement épargné en ce qui concerne le nombre de personnes hospitalisées et les services sanitaires ont pu faire face. Pour autant ces derniers jours, la courbe du nombre de personnes hospitalisées et en service de réanimation, ne fléchit pas, contrairement à d’autres départements. Il est fort probable que très peu de Gardois aient été touchés par le virus, le confinement arrivant avant une forte propagation du virus dans notre département."

Et de s'inquiéter également pour les établissements d'accueil de personnes âgées : "Quelques situations sont toutefois préoccupantes, notamment celles des EHPAD qui semblent être à l’échelle nationale des lieux de très forte mortalité. C’est le cas dans le département de l’EHPAD des Sept Sources à Bagnols qui est très touché. Quelle est la situation dans l’ensemble des EHPAD du département ? Comment protéger leurs résidents comme les personnels ?"

Par ailleurs, concernant les masques, Vincent Bouget s'interroge : "Les collectivités territoriales, communes, département, région, ont annoncé des plans de commandes de masques. Des actions de solidarité se sont aussi mises en place dans la population pour produire ces masques. En tant que représentant de l’Etat, et après les annonces d’Emmanuel Macron concernant la production et l’importation de masques, que pouvez-vous nous dire sur l’arrivée des masques dans le département ? Quels messages reçoivent les collectivités de la part de l’Etat ? N’y a-t-il pas un moyen de coordonner à l’échelle du département les commandes pour éviter la concurrence entre communes ?"

La question des tests est aussi au coeur de ce courrier : "Le déconfinement devrait s’accompagner d’un plan de dépistage massif de la population pour diagnostiquer et isoler les porteurs du virus. Nous sommes inquiets du nombre de tests dont pourra disposer le département, et comme pour les masques qui ont fortement manqué au début de la crise et qui restent une denrée trop rare, nous craignons un nombre trop limité de tests de dépistage, quand il faudrait un dépistage massif. Pouvez- vous nous renseigner sur le nombre de tests attendus ainsi que sur les modalités de mise en œuvre de ces dépistages ? Les laboratoires privés seront-ils mobilisés ? Les communes doivent-elles d’ores-et-déjà prévoir la mise à disposition de lieux de dépistage ? Pour permettre à tous les habitants du département de se projeter sur un déconfinement sécurisé, un plan global à l’échelle départementale est-il envisagé ?"

Et sur le plan économique : "La situation économique et sociale est très dégradée, et de nombreux gardois se retrouvent dans de grandes difficultés sociales liées à la perte de revenus et au coût du confinement. Sans évoquer ici particulièrement la situation des entreprises, des commerçants, des indépendants, des auto-entrepreneurs que les pouvoirs publics comme les banques et les assurances doivent soutenir, je veux insister sur les situations de grande détresse qui apparaissent tous les jours."

Et le milieu associatif : "Les associations humanitaires aident de plus en plus de public, notamment dans les grandes villes du département. Ces associations jouent aujourd’hui un rôle essentiel auprès de très nombreuses personnes. L’aide financière annoncée par le gouvernement, qui ne nous parait pas suffisante au vu des situations, n’arrivera pas avant le 15 mai. D’ici là, il faut manger. Des solutions existent et elles pourraient peut-être, en collaboration avec les communes, le département et la région, être travaillées comme la réouverture de cuisine des écoles, collèges et lycées, pour préparer, en lien avec les agriculteurs locaux, des paniers froids ou des repas chauds quand c’est possible pour les élèves bénéficiant des tarifs les plus bas en temps normal."

Eb conclusion : "L’urgence sociale est réelle, et les difficultés risquent malheureusement de durer. Nous ne pouvons accepter qu’aujourd’hui la crise sanitaire plonge des familles dans une pauvreté telle qu’elles ne puissent subvenir à leurs besoins les plus élémentaires. Sur tous ces sujets et sur bien d’autres, le PCF, et ses élus, sont porteurs de propositions et sont disposés à trouver des solutions. L’action collective et coordonnée de l’ensemble des acteurs politiques, syndicaux, associatifs sur le territoire est un moyen efficace pour apprécier les situations, répondre aux urgences et préparer les mois qui viennent."

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité