A la uneActualitésCulture

ALÈS Enfin la lumière pour les salles obscures du Cinéplanet

Philippe Mercier, le directeur du Cinéplanet Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Philippe Mercier, le directeur du Cinéplanet Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Le lundi 22 juin, le Cinéplanet Alès, comme l’ensemble des salles de cinéma en France, rouvrira ses portes au grand public. Les cinéphiles auront le choix entre une dizaine de films à l’affiche. Des séances qui se tiendront dans un cadre sanitaire strict.

Philippe Mercier, le directeur du Cinéplanet Alès depuis plus de deux ans, est prêt. Avec son équipe d’une dizaine de personnes, il prépare depuis plusieurs jours les allées de son cinéma pour appliquer à la lettre le protocole sanitaire. Les habitués du lieu verront instantanément les changements : la file d’attente en serpent a été allongée pour mieux respecter le mètre de distanciation nécessaire, du gel hydroalcoolique a été placé à l’entrée et du plexiglass protège les caisses. Pour pénétrer dans cet établissement qui domine le centre-ville, une entrée unique se fera du côté des magnifiques escaliers de la Place des Martyrs de la Résistance. Et la sortie, unique aussi, par la rue Vauban.

Les salles obscures, elles, auront toute l’attention du personnel qui portera masque ou visière : les poignées, les portes et les sanitaires seront régulièrement désinfectés. Les salles seront nettoyées entre deux séances et un fauteuil sera libéré entre chaque spectateur. « On va décaler les horaires pour éviter que les gens se croisent et ça devrait également réduire les files d’attente », complète Philippe Mercier. Bref, on l’a compris, la sécurité sera optimale.

Quant aux sorties prévues, on devrait retrouver quelques films sortis juste avant le confinement comme « De Gaulle » avec Lambert Wilson, « La Bonne épouse » avec Juliette Binoche, « Invisible Man » ou « Une Sirène à Paris ». « Au total, on devrait avoir une dizaine de films à l’affiche », assure Philippe Mercier qui espère que d’autres sorties prévues cet été déplaceront les foules. On pense à la comédie « Divorce Club » et encore plus à « Mulan », le film d’animation de Disney.

Mais le Cinéplanet Alès, c’est aussi un cinéma plus confidentiel avec sa programmation art et essai (à retrouver sur le site du cinéma). « On réfléchit à la mise en place d’un rendez-vous hebdomadaire », annonce le directeur, ravi de proposer tout au long de l’année un programme riche et varié aux cinéphiles alésiens.

Tony Duret

Page Facebook du Cinéplanet sur ce lien.

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité