A la uneActualitésSociété

SILENCE ON TOURNE ! À Bellegarde, Leenhardt inspire Godard et Varda tourne son plus gros succès

Chaque mercredi de l’été, à 11h30, Objectif Gard vous propose de découvrir ou de redécouvrir des lieux qui ont été, dans notre département, le théâtre de tournages de films célèbres. Pour ce nouvel épisode de cette série estivale dédiée au septième art, c'est Bellegarde qui est mise à l'honneur.

2017 était l'année des 70 ans du film de Roger Leenhardt, Les dernières vacances tourné au Mas des Sources à Bellegarde en 1948. Vous ne connaissez pas ce film ? C'est normal mais d'autres le connaissent par cœur, à commencer par l'un des plus grands réalisateurs de l'histoire du cinéma français.

Photo du tournage de "Les dernières vacances".

Le jour de la rentrée scolaire, Jacques, un adolescent de 16 ans, se souvient des vacances passées avec ses parents, cousins et cousines. À cause de difficultés financières, la famille doit se résoudre à vendre le domaine... Tel est le synopsis du film méconnu mais pourtant tourné à Bellegarde il y a 70 ans par Roger Leenhardt. Un film atypique qui a inspiré un certain Jean-Luc Godard, rien que ça ! Aujourd'hui propriétaire du domaine, Bernard Espinas n'est autre qu'un descendant de Charles Gide.

C'est dans le parc arboré du mas des Sources que Leenhardt avait voulu tourner son petit bijou (Photo Anthony Maurin).

Bellegarde fut dans le cadre de quelques cadors du septième art. En effet, Agnès Varda y a elle aussi posé ses caméras. Pour elle, ce fut pour le film Sans toit ni loi sorti en 1985. Une histoire comme seule cette nana savait les mener. Ce fut d'ailleurs son plus gros succès.

Film qui a, pardonnez du peu, décroché en 1985 le Lion d'Or de la Mostra de Venise, nominé pour le César du meilleur film, il remporte celui de la meilleure actrice avec Sandrine Bonnaire. D'autres nominations aux Césars, celle du meilleur réalisateur et pour finir celui de la meilleure actrice dans un second rôle pour Macha Méril !

Sandrine Bonnaire sur le tournage (Photo DR).

Simone (ou Mona pour les intimes), jeune fille vagabonde, est retrouvée dans un fossé, morte de froid, au pied de deux cyprès jumeaux. Un fait divers comme on en voit hélas des dizaines. Que pouvait-on savoir d'elle et comment ont réagi ceux qu'elle a croisés sur sa route, dans le sud de la France, cet hiver-là ? Un autre routard, une domestique, un berger philosophe, un tailleur de vignes tunisien, une "platanologue", un garagiste et une vieille dame. Un personnage qui ne dit jamais merci mais qui dit merde à tout le monde et qui sent mauvais, très mauvais. C'est l'histoire d'un combat contre la chute inexorable d'une jeune fille en errance. Une solitude qui augmente, comme le froid qui la saisit et qui la vaincra.

Avec un style qui raconte la France des années 1980 et qui vit au rythme d'une sdf en quête de quelque chose, ce film n'a pas connu le succès qu'il aurait dû connaître. Sandrine Bonnaire, Macha Méril et Yolande Moreau donnent le ton que madame Varda avait espéré. Ce film, poignant, n'a pas mal vieilli et aurait très bien pu être tourné l'an dernier tant le comportement humain est demeuré identique durant ces trente dernière années. Agnès Varda signe elle-même les voix off de son film.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité