A la uneActualitésNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Jérôme Arpinon : « Olivier Dall’Oglio m’a donné l’alternative »

koné blessé
Jérôme Arpinon donnant ses consignes à ses joueurs pendant la pause fraîcheur (Photo Anthony Maurin)

Pour son premier match en Ligue 1 en tant qu'entraîneur principal du Nîmes Olympique, Jérôme Arpinon a réussi ses débuts avec ce succès 4-0 de ses joueurs face à Brest. Une première victoire où déjà le technicien a imposé sa patte. Décryptage.

Pour sa première conférence d'après-match, Jérôme Arpinon a déjà fait part de ses talents au niveau de la métaphore. "Olivier Dall'Oglio m'a donné l'alternative. C’est la première personne qui m’a tendu la main dans le football", déclare-t-il. Au début des années 2000, l'actuel coach de Brest officiait comme éducateur au centre de formation du Nîmes Olympique et a croisé la route de Jérôme Arpinon. Et comme dans cette corrida si particulière l'élève arrive désormais au même niveau que le maître. Au fil des années, l'entraîneur nîmois a appris non pas à tuer des taureaux mais à savoir comment on gagnait des matches dans l'élite.

"Il a bien avancé. C'est un garçon qui a beaucoup bossé, qui aime son club et qui mérite d'être là. Je vais le suivre comme d’autres personnes qui étaient avec moi et qui sont passées au-dessus. Je lui souhaite une belle carrière", lâchait le maestro de 56 ans, natif d'Alès et arrivé dans le Finistère depuis un an. Avec Olivier, Jérôme a baigné, s'est imprégné des caractéristiques du jeu à la nîmoise. "C'est dans l'ADN du club de défendre en avançant et de mettre l'adversaire sous pression. Je suis dans la continuité du travail de Bernard (Blaquart). Le recrutement a été fait en fonction", commente le technicien gardois.

Un pressing très haut qui a complètement déboussolé l'adversaire pourtant prévenu. "Tout ce qui s’est passé était préparé. Aucun joueur ne peut dire qu'il a été surpris, on savait très bien à quoi s'attendre", confie Olivier Dall'Oglio remonté par rapport à la prestation fade proposée par son équipe qui a manqué de caractère. Ce dernier a en revanche félicité la copie rendue par les Crocos : "leur état d’esprit a été extraordinaire, c’était bien huilé nous, on s’est liquéfiés." La patte Jérôme Arpinon c'est de vouloir mettre de l'engagement sur le terrain, "c’est important de mettre du rythme aux Costières il fait chaud, l'adversaire n'est pas habitué. On les a vite étouffés." Mais aussi de communiquer en permanence avec ses joueurs.

"On nous a un peu sous-estimé"

"Je vis le match. Quand j’étais joueur sur le terrain, j'étais un aboyeur. J'ai besoin d’animer mes joueurs et eux le réclament. Il faut garder cette vigilance et ne pas se relâcher", assume-t-il. Presser mais également proposer du jeu avec une certaine justesse technique. Certes "ce n'était que Brest" mais ce sont ces équipes que Nîmes doit battre dans la quête du maintien. "On avait dit que les matches amicaux ne comptaient pas. C'est bien, on nous a jugé là-dessus, on nous a un peu sous-estimé", ironise Arpinon, fier de ce premier coup réalisé.

Le Norvégien Meling a été impressionnant pour sa première apparition en Ligue 1 (Photo Anthony Maurin)

Parmi les enseignements individuels à tirer, les formes étincelantes de Zinedine Ferhat (passeur) et de Romain Philippoteaux (passeur et buteur) qui ont animé l'attaque gardoise. À noter aussi la performance de Kévin Denkey, titulaire, auteur d'un but et d'une passe décisive. Mais celui qui s'est révélé, cet après-midi, aux yeux du public et des observateurs, c'est bien entendu la recrue Birger Meling. Une offrande à Denkey pour l'ouverture du score et une frappe puissante sous la barre pour le break après une combinaison avec Philippoteaux. Des débuts tout simplement fracassants !

"Il est arrivé prêt physiquement, on ne voulait pas le surentraîner. Il a eu quelques pépins physiques que l’on a géré. C'est un garçon qui a un gros coffre, pas avare d'efforts et capable de les répéter à haute intensité", souligne son entraîneur. "Il est récompensé car dès le début il a voulu parler français et s’intégrer le plus rapidement possible. C'est un bosseur, je suis content pour lui", complète son coéquipier Loïck Landre, auteur d'un match très propre dans l'axe pourtant victime de maux de ventre cette nuit et qui a tenu son rang malgré une nuit compliquée et des douleurs persistantes pendant la rencontre.

L'ancien parisien a été solide aux côtés de Pablo Matinez qui a parfaitement suppléé l'absence du capitaine Anthony Briançon, touché par le coronavirus. Pourtant privés de deux éléments majeurs, Jérôme Arpinon, assure qu'il n'était pas inquiet quant au niveau de son équipe : "je vous l’avais dit avant le match, j’ai confiance c'est pour ça que j’ai insisté pour disputer ce match. C’est un groupe qui joue. Personne est indispensable dans le football surtout à Nîmes. On n'a pas Mbappé ni Neymar mais on a une équipe." Que du positif pour cette première représentation dans cette Ligue 1 2020/2021, on a déjà hâte d'être à dimanche prochain avec un déplacement à Nantes.

Corentin Corger

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité