A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR Une arrivée « inAigoualable »

Le futur vainqueur, Alexey Lutsenko, champion du Kazakhstan sait qu'il va arrivé premier (Photo Anthony Maurin).

Le Tour de France passait dans le Gard et arrivait hier, pour le compte de la 6e étape, au Mont Aigoual.

Au col de la Serreyrède (1299m), le public attendait les coureurs (Photo Anthony Maurin).

Il était prévu en juillet, il aurait fait mauvais temps mais il y aurait certainement eu du monde, plus de monde... Cette année avec la crise sanitaire, le Tour de France a dû être décalé et le Gard l'a accueilli pour la sixième étape d'une édition qui restera dans les mémoires. Retour en images.

C'était une première et malgré la Covid-19, le Mont Aigoual et sa splendeur sauvage ont su charmer les téléspectateurs. En effet, très peu d'amateurs se sont massés au sommet du toit du Gard... Et c'est bien dommage ! Il faut dire que nul n'admis dans le périmètre des 400 derniers mètres de la course et n'oublions pas qu'il fallait "monter" de l'Espérou à pied ou à vélo ! Sans compter la jauge des 5 000, pas atteinte, aux abords du sommet.  Mais le Tour reste le Tour et la beauté du site a fait le reste. Partons du début...

Dès 7h, les équipes mettent en place des barrières (Photo Anthony Maurin).
Des camping-cars sont déjà là (Photo Anthony Maurin).
Un rond-point coloré (Photo Anthony Maurin).
Le Parc national des Cévennes (Photo Anthony Maurin).
L'observatoire de l'Aigoual... Ça commence à grimper ! (Photo Anthony Maurin).
Petit à petit les vallées se dévoilent (Photo Anthony Maurin).
Quelques tentatives pour se positionner le plus haut possible, au loin, l'Aigoual et son observatoire (Photo Anthony Maurin).
Les premiers drapeaux plantés à quinze kilomètres du sommet (Photo Anthony Maurin).
À l'Espérou, quelqu'un vous accueille et vous suggère d'être un bon grimpeur (Photo Anthony Maurin).
Les vélos montent aux arbres ici (Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).
Comme à la maison, à deux pas du col de la Serreyrède (Photo Anthony Maurin).
Un virage avec une vue dégagée... (Photo Anthony Maurin).
...une belle vue plongeante. (Photo Anthony Maurin).
La butte qui permet aux spectateurs de voir les deniers mètres du col de la Serreyrède (Photo Anthony Maurin).
Plus haut, on oubliait presque qu'il y a une station de ski (Photo Anthony Maurin).
Le dernier kilomètre (Photo Anthony Maurin).
La vue se dégage, on voit toute la France du haut de l'Aigoual... ou presque ! (Photo Anthony Maurin).
Quelques randonneurs se demandent où ils ont atterris (Photo Anthony Maurin).
Sur la ligne d'arrivée, tout est déjà prêt, depuis longtemps (Photo Anthony Maurin).
De retour à l'Espérou avec La Région Occitanie, avec le vice-président délégué aux sports Kamel Chibli, à gauche, et la présidente Carole Delga, à droite, pour une montée jusqu'au sommet avec des vélos à assistance électrique (Photo Anthony Maurin).
Carole Delga s'adresse à son homologue de PACA, Renaud Muselier : " Tiens tu veux du nougat, Renaud ? " (Photo Anthony Maurin).
Prêts pour le départ (Photo Anthony Maurin).
Un départ tranquille (Photo Anthony Maurin).
À cinq kilomètres de l'arrivée (Photo Anthony Maurin).
Dernier kilomètre... La célèbre flamme rouge (Photo Anthony Maurin).
Même sur le bord de la route, le convoi intrigue les badauds (Photo Anthony Maurin).
Certains restent d'un flegme quasi britannique (Photo Anthony Maurin).
En même temps le décorum a de quoi laisser pantois ! (Photo Anthony Maurin).
Un village niché dans les Cévennes (Photo Anthony Maurin).
Une route qui sillonne (Photo Anthony Maurin).
Et au sommet, le grand manège télévisuel est tout aussi spectaculaire dans un lieu aussi calme (Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).
Retour à l'Espérou, où l'on s'apprête à déjeuner (Photo Anthony Maurin).
Quand d'autres filent se mettre en place... Un peu tardivement ! (Photo Anthony Maurin).
Les vélos sont les bienvenus (Photo Anthony Maurin).
Mais pas tout le monde (Photo Anthony Maurin).
À 400 mètres de l'arrivée, les derniers spectateurs (Photo Anthony Maurin).
De plus près (Photo Anthony Maurin).
Pour certains, hors de question de jouer les groupies (Photo Anthony Maurin).
Des courageux masqués (Photo Anthony Maurin).
(Photo Anthony Maurin).
Au carrefour de deux départements (Photo Anthony Maurin).
Les 100 derniers mètres (Photo Anthony Maurin).
La ligne d'arrivée, prête à accueillir le peloton dans quelques heures (Photo Anthony Maurin).
Mais avant d'en arriver là... La zone technique d'Orange Event. Ce partenaire technique du Tour de France déploie un dispositif technologique innovant et spécifique à cette compétition sportive. Les experts et techniciens sont mobilisés jour et nuit pour assurer la collecte des images, le traitement et la diffusion finale. (Photo: Linda Mansouri)
Véritables centraux téléphoniques itinérants, les camions Orange sont chargés de transmettre les liaisons téléphoniques et numériques. (Photo: Linda Mansouri)
L'une des deux zones techniques Orange se situe au Mont Aigoual. (Photo: Linda Mansouri)
Globecast, filiale d'Orange, réussit une prouesse technologique. La société récupère les images des motos et des hélicoptères et fournit une prestation de transmission qui rassemble des moyens techniques et logistiques. (Photo: Linda Mansouri)
Orange a développé 17km de Fibre et 11km de génie civil pour alimenter le Mont Aigoual. Après le passage du Tour de France, de nombreuses communes conserveront les infrastructures apportées. (Photo: Linda Mansouri.)
En raison des contraintes sanitaires, aucun journaliste ne peut approcher les coureurs. Un système de visioconférence en qualité UHD 4K a été mis en place et relie le bus interview à la salle de presse. (Photo: Linda Mansouri)
Plus de 60 experts et techniciens Orange sont mobilisés sur chaque étapes pour un dispositif inédite. Des kilomètres interminables de câbles sont nécessaires pour la mise en place de la diffusion finale dans 190 pays. (Photo Linda Mansouri).
Plus de 60 experts et techniciens Orange sont mobilisés sur chaque étapes pour un dispositif inédite. Des kilomètres interminables de câbles sont nécessaires pour la mise en place de la diffusion finale dans 190 pays. (Photo:Linda Mansouri)
Les équipes Orange Event s'organisent pour assurer la meilleure couverture du Tour de France. (Photo:Linda Mansouri)
De retour avec Carole Delga qui visite l'Observatoire du Mont Aigoual (Photo Anthony Maurin).
Un peu de poésie... (Photo Anthony Maurin).
Une prise de température (Photo Anthony Maurin).
Dans la cuisine privée de l'Observatoire, on parle... Vélo (Photo Anthony Maurin).
La présidente Carole Delga regarde une partie de l'étape (Photo Anthony Maurin).
Puis prend quelques souvenirs (Photo Anthony Maurin).
Quand on vous dit qu'elle aime le Gard ! (Photo Anthony Maurin).
L'arrivée au Mont Aigoual le 3 septembre 2020, pour la première fois, c'est par là (Photo Anthony Maurin).
Le Département sort le grand jeu (Photo Anthony Maurin).
Allez, on redescend un peu, au loin, la ligne d'arrivée (Photo Anthony Maurin).
Le public est un peu plus nombreux (Photo Anthony Maurin).
On attend son chouchou (Photo Anthony Maurin).
On prend la pose (Photo Anthony Maurin).
On regarde de loin (Photo Anthony Maurin).
On zoome un peu (Photo Anthony Maurin).
Et on prend bonne note de l'altitude... (Photo Anthony Maurin).
La caravane est déviée et ne distribue pas les cadeaux tant attendus (Photo Anthony Maurin).
On attend patiemment (Photo Anthony Maurin).
Très patiemment (Photo Anthony Maurin).
Et tout à coup la rumeur s'élève (Photo Anthony Maurin).
Le futur vainqueur, Alexey Lutsenko, champion du Kazakhstan sait qu'il va arrivé premier et semble saluer les ultimes spectateurs (Photo Anthony Maurin).
Puis savoure les derniers mètres (Photo Anthony Maurin).
Avant de franchir la ligne les bras levé (Photo Anthony Maurin).
Derrière lui, ça pousse mais trop tard... (Photo Anthony Maurin).
Bien trop tard pour le peloton (Photo Anthony Maurin).
D'autres regardent ce qu'il leur reste à parcourir (Photo Anthony Maurin).
Ou finissent plus tranquille (Photo Anthony Maurin).
Voire carrément tranquille pour les sprinters (Photo Anthony Maurin).
Interdit de s'arrêter, la course n'est pas finie ! (Photo Anthony Maurin).
Le podium avec le vainqueur d'étape et la présidente de la Région Occitanie (Photo Anthony Maurin).
Le maillot jaune avec le président du Département, Denis Bouad (Photo Anthony Maurin).
Un hurluberlu joliment costumé, le seul ou presque ! (Photo Anthony Maurin).
Fin de journée, les voitures quittent le Mont Aigoual. (Photo Linda Mansouri).
Les piétons prennent la lande et cherchent la bonne direction... (Photo Anthony Maurin).
... puis se dispersent dans l'immensité bleutée pour revenir, bientôt ! (Photo Anthony Maurin).
Dans quelques minutes, personne ne pourra voir les traces laissées par une telle organisation... Pourtant les images restent ! (Photo Anthony Maurin).

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité