A la uneActualités

FAIT DU SOIR Une Foire d’automne à Pont-Saint-Esprit pour contribuer à la relance économique

La foire d'automne de Pont-Saint-Esprit s'est tenue ce dimanche 6 septembre, avec un protocole sanitaire strict, après accord de la préfecture. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Alors que les nouveaux cas de covid se multiplient chaque jour en France, de nombreuses mairies ont décidé d'annuler leurs événements de rentrée. Mais le virus n'aura pas réussi à avoir la peau de la traditionnelle foire d'automne de Pont-Saint-Esprit. Et le monde était au rendez-vous.

"On a fait une déclaration en préfecture qui a été validée et acceptée", atteste la maire, Claire Lapeyronie, qui n'a pas manqué de faire son petit tour sur la foire ce dimanche matin. Tout un protocole sanitaire a été mis en place avec évidemment le port du masque obligatoire au sein de la foire et l'application des gestes barrières. "On est contents, il fait beau, il y a du monde et les mesures sanitaires sont respectées", poursuit Karima Loric, adjointe au commerce et à la démocratie citoyenne.

Quelque 55 exposants ont installé leur stand ce dimanche pour la foire. Sans compter les passagers et le vide-greniers de Pont-Vous-Accueille. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Quelque 55 exposants ont installé leur stand pour toute la journée de ce dimanche sur les allées. Sans compter les passagers et le vide-greniers de Pont-Vous-Accueille. C'est quand même un peu moins qu'à la foire du printemps du 1er mars dernier où environ 90 forains étaient venus.

"Toutes les foires annulées les unes après les autres... Sauf celle de Pont."

Les badauds avaient tout de même du choix entre les trois villages : bio/bien-être, loisir et créatif. Organiser cette foire, c'était aussi un marqueur fort pour "contribuer à la reprise économique" commente Claire Lapeyronie. Pour plusieurs exposants, cette foire d'automne était l'une si ce n'est pas la première à laquelle ils participaient depuis le confinement.

Olivier Collard proposaient des pots de miel de sa production à la vente. (Marie Meunier / Objectif Gard)

C'est le cas d'Olivier Collard, apiculteur aux Ruches Amielh à Tresques avec sa compagne, qui était enthousiaste de participer à la foire. Porté par l'engouement du système de vente de miel par drive pendant le confinement, le couple a vite vu le soufflé retomber. Les marchés et les foires sont essentiels pour faire leur chiffre.

Pour André Bayard, originaire à Pernes-les-Fontaines, dans le Vaucluse, c'était aussi la première foire depuis mars. "Toutes les foires ont été annulées les unes après les autres : Monteux, Saint-Marcel-d'Ardèche... Sauf celle de Pont. Je ne comprends pas ces décisions alors que les marchés sont maintenus", déclare le commerçant de chaussures. De nombreuses paires à prix cassé ornaient son étal, pour la plupart des sandales: "Je me retrouve avec tout le stock que je n'ai pas vendu au printemps."

En plus de sa marchandise habituelle (plaids, couvertures, housses, chiffons de cuisine...), Bruno Da Silva vend aussi des masques jetables et en tissu. Comme lui, beaucoup d'exposants en proposaient sur le marché. (Marie Meunier / Objectif Gard)

À côté des chaussures, des boîtes de masques chirurgicaux ont fait leur apparition. Plusieurs exposants en mettaient à la vente sur leur stand. Notamment Bruno Da Silva qui s'est lancé avec sa femme sur les marchés et les foires en février, juste avant la pandémie. En plus des masques jetables, il propose des modèles en tissu décorés pour les enfants notamment : "Ça se vend très bien. On en a tous besoin !" Il est plutôt content de l'affluence au vu du contexte et a pu vendre quelques couettes, plaids et housses à l'approche de l'hiver.

Les passants profitent de la foire pour "prendre l'air, se balader"

En effet, en fin de matinée, les passants se pressaient en nombre sur les allées. Beaucoup ont profité de la foire pour "prendre l'air, balader". Sans idée d'achat précis à effectuer bien souvent. Masque sur le nez, la plupart n'est pas particulièrement inquiète face au coronavirus. La Spiripontaine, Natacha, accompagnant son amie à la recherche d'un masque en tissu, craint tout de même la foule dense : "Je ne suis pas parano, la preuve je suis ici. Mais on prend un risque, les gens ne respectent pas tous les distances, ils n'ont pas conscience que le virus est encore là. S'il y avait vraiment beaucoup de monde, je ne serai pas venue."

Les bénévoles de la délégation espace-ligue du comité gardois de la ligue contre le cancer ont vendu des objets confectionnés par les malades. Le but : récolter des fonds pour financer les soins de support des patients. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Il y a le covid c'est certain, mais il y a aussi d'autres pathologies, comme le rappelle Arielle Thomas, responsable bénévole de la délégation de la ligue du cancer de Pont-Saint-Esprit. Sur le stand de l'association, on pouvait acheter de nombreuses créations confectionnées par les malades et les bénévoles. Tous les fonds récoltés servent ensuite à proposer des soins de support aux patients : sophrologie, pilates, réflexologie plantaire, qi gong, socio esthétique, atelier diététique... Les bénévoles de la délégation espace-libre seront à nouveau présents au forum des associations le samedi 12 septembre au clos Moser de 10 à 18h.

Marie Meunier

Et aussi...

Pascale Lammens, Fanny Richard et Karine Ruisi ont défilé sur les allées en tenue de pin-up. (Marie Meunier / Objectif Gard)
La peña del fuego a mis l'ambiance tout au long de la journée sur les allées de la foire. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité