A la uneActualités

ÉDITORIAL Au bar masqué, ohé, ohé ?

Photo d'illustration
Photo d'illustration

Au bar masqué, ohé, ohé ? On est vendredi et dans quelques heures "c'est le week-end" comme le chantait Lorie en 2003. Sauf que désormais les concerts se regardent à la télé ou alors dans les salles mais en capacité réduite tout en respectant les protocoles sanitaires en cours. Les modes de vie ont changé. La tournée des bars est moins longue et à la maison il y a moins d'amis autour de la table. Mais pas pour tout le monde ! Certains continuent de s'amuser comme avant comme si de rien n'était. Où parviennent-ils à se retrouver et à passer entre les mailles du filet ? Des irréductibles établissements de nuit résistent toujours et encore à l'envahisseur coronavirus. Des lieux privés et isolés comme certains mas du coin, notamment un situé sur la Route d'Arles à Nîmes, pour ne pas le citer. Ce lieu est devenu le rendez-vous phare pour tous les fêtards. Et la petite sauterie dure depuis cet été ! Évidemment ce n'est pas le seul. Dans cette cour extérieure, les gestes barrières sont tabous. L'entrée se fait sans masque et jusqu'à 900 personnes sont rassemblées autour de tables hautes avec un éloignement de plutôt quelques centimètres que d'un mètre. Dans les clous ou pas, cette situation interroge. Samedi dernier, vers 23h, la jauge était largement atteinte et pourtant, des personnes attendaient impatiemment de pouvoir rentrer le long de la route. En parallèle, le préfet du Gard a tiré les bretelles aux gérants de bars et restaurants en leur demandant de servir, uniquement au plateau, des consommateurs obligatoirement assis, munis d'un masque à leur arrivée et pour se rendre aux toilettes. Tout en faisant la police et à veiller que personne ne stationne debout. Je ne sais pas pour vous mais j'y vois un certain déséquilibre dans la balance. Pas sûr que le rhum-coca ait les mêmes effets que la chloroquine, quoiqu'encore contestée pour son efficacité. Et détrompez-vous il n'y a pas que des jeunes qui vont se retrouver ce soir dans ces différents lieux et trinquer au covid. Deux poids, deux mesures. Au bar masqué ?

Corentin Corger

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité