ActualitésCulture

VILLENEUVE-LEZ-AVIGNON « Jardin en manière noire », nouvelle exposition à l’abbaye Saint-André

Judith Rothchild et Mark Lintott exposent "Jardin en manière noire" à l'abbaye Saint-André jusqu'au 1er novembre. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Depuis ce mercredi 9 septembre et jusqu'au 1er novembre, l'abbaye Saint-André accueille une nouvelle exposition intitulée "Jardin en manière noire", qui clôtura sa saison. Les visiteurs pourront ainsi découvrir les estampes de Judith Rothchild et les livres d'artiste des éditions Verdigris de Mark Lintott. 

Judith Rothchild est américaine, Mark Lintott est anglais. Tous deux vivent depuis quarante ans dans le Sud de la France, au bord du lac du Salagou. Pour créer ses estampes, Judith utilise une technique de gravure en creux datant du XVIIe siècle : la manière noire. À l'aide de son berceau, l'artiste marque sa plaque de cuivre de petits traits. Comme des pixels. Et à main levée. Des heures et des heures durant. Puis elle lisse la plaque jusqu'à obtenir du velours. Ainsi, cette taille directe offre des nuances de gris infinies jusqu'au blanc, sortant le sujet du noir et offrant une quantité de détails incroyable.

Un travail lent que Judith Rothchild a réussi à apprivoiser au fil des années de pratique. Et le travail ne s'arrête pas là puisque Mark Lintott, son compagnon, les imprime patiemment sur une presse ancienne dans des livres d'art. Ainsi ces mezzo-tintos se retrouvent à dialoguer avec des textes toujours choisis par le couple. Jamais de commande. Ils marchent à l'émotion. On retrouve par exemple la plume de Charles Baudelaire, Pablo Neruda ou Paul Valéry.

"Le texte inspire le format"

"Le texte inspire le format. [...] Chaque livre est toujours un défi", commente Mark Lintott, qui conçoit le livre comme objet d'art. Parfois en accordéon ou suivant un jeu d'emboîtage. Il ne s'interdit rien. Le contenu et le contenant dialoguent pour converger vers un seul sens. Comme le texte "Snake" orné de mues de serpent estampillées sur un ouvrage tout en long rappelant le corps rampant du reptile.

Contenu et contenant se conjuguent pour créer un livre d'art, un ouvrage précieux issu d'un savoir-faire unique. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Ce qui fait de ces livres des œuvres, c'est aussi leur rareté. 50 exemplaires au maximum. Derrière les éditions Verdigris, il y a aussi le reflet de l'amour du travail bien fait. La partition du lettrage de plomb ligne par ligne, les gravures de Judith ajoutées avec soin... On retrouve des ouvrages dans de nombreux lieux prestigieux notamment le British museum, la BNF, la Library of congress aux États-Unis et aussi, plus près, à Nîmes ou Avignon.

Au début de l'exposition, les visiteurs pourront découvrir la série des "Fruits défendus" accompagnant les textes de Marie Rouanet. Tel un livre démonté. Mais aussi les "natures mortes terriblement vivantes" agencées comme un cabinet de curiosités où se bousculent fruits et légumes plus ou moins communs.

Les jardins de l'Abbaye mis en lumière en grand format

Dans la grande salle, place aux premières amours de Judith Rothchild : le pastel. Elle s'est inspirée des arbres majestueux et la verdure luxuriante des jardins italiens pour réaliser des grands formats au crayon. Une série se conjuguant parfaitement avec d'autres œuvres aux mêmes dimensions représentant les jardins de l'abbaye Saint-André où elle avait séjourné en résidence artistique il y a quelques mois. "Je crois que mes Noir et Blanc sont la couleur", conclut-t-elle. Rien qu'en nuances de gris, elle explore toute la palette et retranscrit la douceur de l'ombre des branchages et la vivacité de la lumière du soleil méditerranéen.

On reconnaît ici la pergola des jardins de l'Abbaye Saint-André réalisé au pastel par Judith Rothchild, lorsqu'elle était en résidence artistique dans le lieu. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Si vous avez envie de rencontrer ces deux artistes, rendez-vous les 19 et 20 septembre durant les Journées européennes du patrimoine. Le 17 octobre, de 10 à 12h, vous pourrez aussi participer à une démonstration avec eux de la technique de gravure en manière noire, et profiter de la rencontre l'après-midi.

Marie Meunier

Abbaye Saint-André, rue Montée du fort à Villeneuve-lez-Avignon. Ouverte jusqu'au 1er novembre 2020. Tarifs visite des jardins et exposition temporaire : 7€, réduit : 6€, handicapé : 5€. Plus d'infos sur www.abbayesaintandre.fr ou au 04 90 25 55 95.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité