A la uneActualitésNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Lucas Deaux : « J’ai peur que ce soit un peu plat »

Lucas Deaux, cette semaine à la Bastide (photo Norman Jardin)

Le milieu de terrain des Crocodiles jouera dimanche après-midi à son second derby entre Nîmes et Montpellier. Même s’il est heureux d’y participer, il regrette l’absence des supporters.

L’heure tant attendue du derby est arrivée…

Oui, mais malheureusement elle se jouera sans supporters. Dommage, mais c’est quand même le moment de tout donner.

Vous avez connu d’autres derbys dans votre carrière. Quel souvenir en gardez-vous ?

Les Reims – Sedan, c’était en ligue 2, et aussi Nantes – Rennes mais je pense que c’est moins chaud qu’ici. Avec toutes les restrictions qu’il y a autour des rencontres, les matches sont plus policés.

Direction Montpellier pour Deaux et les Crocodiles (photo Anthony Maurin)

C’est un regret ?

Franchement oui. Même si je comprends que c’est pour la sécurité, mais c’est plus sympa quand il y a de l’ambiance, de l’animosité, et d’adrénaline autour du match. Là, j’ai peur que ce soit un peu plat. C’est aux joueurs de mettre un peu de folie.

"Un derby c’est se faire siffler quand on perd un ballon ou jouer à l’extérieur et climatiser le stade"

Vous avez déjà joué un MHSC – NO. C’était comment ?

Je retiens la défaite (NDLR 1-0). Sur l’ensemble du match c’était mérité. L’ambiance derby n’était pas au rendez-vous. Il avait été programmé un mercredi à 19h. Ce n’était pas très chaud, mais j’ai regardé celui de 2018-19 et ça me paraissait plus bouillant.

C’est quand plus enthousiasmant à jouer qu’un match lambda ?

Oui, mais après les conditions sanitaires vont nous priver de l’environnement du derby. Ce qui fait un derby c’est se faire siffler quand on perd un ballon ou jouer à l’extérieur et climatiser le stade. Ce sont des émotions dont nous serons privés.

"Montpellier a un temps d’avance"

Sans public, les Montpellierains n’auront pas l’avantage d’être soutenus. Cela rééquilibre-t-il les forces en présences ?

Nous savons très bien que nous ne jouons pas dans la même catégorie. En termes de structure et de budget, Montpellier a un temps d’avance. Il nous faut compenser par beaucoup de détermination, d’abnégation, de solidarité et d’envie et on peut faire des belles choses.

Vous estimez que ce sera un derby au rabais ?

Il manquera forcement quelque chose. Les conditions sont ce quelles sont. Nous avons la chance d’exercer notre passion et de le faire des conditions saines. Il faut savourer ce côté-là.

"Il ne faut s’en faire tout un plat"

Cette équipe de Montpellier fait très bon début de saison. Êtes-vous inquiet ?

Non, il n’y a pas d’inquiétude. Toutes les équipes sont à prendre aux sérieux.

Mais celle-là ce n’est pas une équipe comme les autres pour les Nîmois…

Il faut avoir un état d’esprit de conquérant, qui doit nous habiter tous les week-ends. C’est vrai que pour les supporters ça a une saveur particulière. Il ne faut pas le jouer avant. Personne n’est jamais mort après en derby et personne n’est devenu invincible après un derby. Ça reste une date à part dans le calendrier, mais il ne faut s’en faire tout un plat. L’important est de ne pas déjouer et se retrouver à la rue le jour J.

"Il y a aura un plan collectif anti-Montpellier"

Avec Savanier, Ferri et Delort, le MHSC a des sérieux arguments à faire valoir…

Ce n’est pas la peine de tous les énumérer. C’est une équipe avec beaucoup de bons joueurs. Il faut y aller avec du respect, car s’il n’y a pas de respect, c’est là où l’on prend les plus grandes gifles.

Il y aura-t-il un plan anti-Savanier ?

Ce n’est pas au menu. Nous n’avons pas besoin de présenter Teji, c’est mérité tout ce qu’il lui arrive, c’est un super joueur. Je ne pense pas qu’il y aura un plan anti-Savanier. Il y a aura un plan collectif anti-Montpellier et j’espère qu’il marchera et que l’on remportera les points de la victoire.

Deaux regrette que le match se joue à huis-clos (photo Anthony Maurin)

Ce derby a dû être au centre de toutes les préoccupations cette semaine dans le groupe ?

C’est important pour Jérôme Arpinon, pour le club et pour les gars qui sont d’ici. De l’autre côté, il y a des joueurs qui sont passés à Nîmes. On va remettre le bleu de chauffe parce que je pense que pendant une ou deux semaines on s’est peut-être crispés avec notre façon de jouer. Cette semaine le but était plus de remettre les bons ingrédients pour faire un bon match, plutôt que se mettre en configuration derby.

Il n’y a pas d’opération commando ?

Non, c’est un match important qu’il faut jouer avec calme mais détermination et engagement. Les trois ne sont pas incompatibles.

Propos recueillis par Norman Jardin

 

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité