A la uneActualités

ÉDITORIAL Touche pas à l’Observatoire de la laïcité

Jean-Louis Bianco et le Nîmois Nicolas Cadène à la sortie de l'Elysée (Photo DR/Objectif Gard)

Rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, le Nîmois Nicolas Cadène serait sur la sellette au sein de cette instance créée en 2007 qui assiste le Gouvernement dans son action visant au respect du principe de laïcité en France. En réalité, on reproche aux deux représentants de l'Observatoire, Nicolas Cadène, et indirectement à l’ex-ministre socialiste Jean-Louis Bianco, président de l’Observatoire, sans en apporter la moindre preuve, un manque de rigueur vis à vis du "séparatisme" qui semble devenu l'alpha et l'oméga de la majorité. Il est patent que cette instance doit aujourd’hui évoluer pour prendre davantage en compte les réalités de terrain. Mais reconnaissons que le timing est très mauvais pour décider en urgence de son évolution alors que la France dans son entièreté est encore sous le coup de l'émotion d'un attentat horrible perpétré en fin de semaine dernière. Comme si finalement l'Observatoire devait être puni pour cet acte inqualifiable. D'autant que depuis sa création par Jacques Chirac, son renforcement lors du mandat de François Hollande et il y a encore quelques mois, par le Président en exercice, Emmanuel Macron, l’Observatoire de la laïcité ne souffrait d'aucune critique majeure. Au contraire, tout le monde se félicitait des propositions émises par cette commission consultative trans-partisane. Et de ses actions en parallèle sur l'ensemble des territoires pour résoudre des difficultés de terrain, assurer des formations y compris aux enseignants, des conférences ou participer à des débats sur la laïcité auprès de tous les publics. Sans compter ses propositions en matière de mixité sociale et scolaire ou auprès des imams détachés, auprès de qui, en plus de l'acquisition d'un niveau de connaissance suffisant pour s’exprimer en français, on encourageait de suivre un diplôme universitaire (DU) sur la laïcité. Le tout dans le respect de la loi de 1905. Mais aujourd'hui, ce Gouvernement, gavé aux chaînes d'informations en continu et aux débats de vieux réacs sur le retour, laisse entendre qu'il est impossible d'attendre la fin du mandat du duo Cadène-Bianco en avril prochain pour faire évoluer l'instance. Il faudra l'expliquer à une bonne partie de la classe politique et aux nombreux intellectuels qui depuis cette rumeur, apportent quotidiennement leur soutien aux deux hommes. En tout état de cause, que ce soit demain ou en avril prochain, les deux socialistes pourront au moins mettre en exergue le devoir accompli et s'en prévaloir. Faire constater l'efficacité de leur travail, en conscience et dans le respect de tous et surtout de la constitution. Pour les autres, ils devront se rappeler que la rigueur intellectuelle, malheureusement, ça ne paie plus beaucoup à notre époque...

Abdel Samari

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

4 réactions sur “ÉDITORIAL Touche pas à l’Observatoire de la laïcité”

  1. Un article de complaisance ! Tout va très bien Madame la marquise… air connu. L’Observatoire ne souffrait d’aucune critique majeure ? Il faut se renseigner avant d’écrire, surtout lorsque l’on est un rédacteur en chef. Dès 2016, Élisabeth Badinter ne cachait pas ses mots contre cet appendice officiel du gouvernement. Dans l’hebdomadaire Marianne, vous apprendrez ainsi que son président Jean-Louis Bianco appelait «  »au développement confessionnel musulman ». Un président de l’Observatoire qui avait expliqué « qu’il n’y avait pas de problème de laïcité en France ». Toujours en 2016, un appel à sa démission, via une pétition, était lancé. C’est dire que tout allait bien. Jean Glavany, conscience socialiste s’il en est encore aujourd’hui, à l’époque encore député suspendait sa participation aux travaux de l’Observatoire. La raison ? Un tweet de Nicolas Cadène qui s’en prenait à Élisabeth Badinter. Et que dire des 11 propositions formulées par Jean-Louis Blanco après les attentats de janvier 2015.

    1. Je suis profondément d’accord avec vos dernières prises de position, tant concernant la commune de St Laurent des Arbres qu’à propos de la laicité. Pouvons-nous communiquer en privé ? et par quelles voies ? Merci
      Didier Potin
      citoyen de St Laurent des Arbres
      psychanalyste à Bagnols-sur-Cèze

  2. « tout le monde félicitait »…
    Tout le monde, tout le monde, vous allez vite en besogne.
    D’autres intellectuels et d’autre politiciens, tout aussi républicains, humanistes et respectables que les laudateurs que vous citez issus souvent d’un microcosme militant extrêmement loin des préoccupations et avis de l’immense majorité de nos concitoyens, y compris de la gauche la plus méritante; ces autres intellectuels et politiques donc, s’alarment , et depuis longtemps, de la vision trés édulcorée, d’aucuns diraient « capitularde » de la laïcité professée par la tête de cet institut.
    Le message de permissivité à tout vent, la proximité avec des organes aux actions et desseins pour le moins préoccupants, n’étaient plus, selon ces intellectuels et politiciens là, plus du tout en rapport avec la situation.
    Il y a encore quelques temps, Darmanin s’affichait avec le CCIF et louait son action. Il veut le dissoudre. Il y a encore un peu plus de temps, Valls et la quasi totalité de la classe intello-mediatique application applaudissait le CCIF . Vous ne vous rappelez pas? C’était à Tremblay-en-France où il a fait pourtant exactement la même chose envers un restaurateur indélicat, violant pourtant quelques articles du code, qu’il a fait là pour ce malheureux prof. A l’époque, le restaurateur aussi aurait pu être assassiné.
    Autres temps, autre mœurs. Richelieu disait déjà que tout était souvent une question de date entre la trahison et l’héroïsme.

  3. Je ne partage pas du tout le point de vue de cette éditorial. L’objectif de ce comité théodule était la preservation de la laïcité. Ils ont oublié leur mission en cours de route, malgré les avertissements d’autres intellectuels.
    Vous avez le droit d’avoir un point de vue mais par impartialité vous auriez du parler également de ce qui faisait polémique dans les actions de cet observatoire.
    Cet éditorial fait suite à un autre dénonçant une possible dérive islamophobe aprés l’attentat. Hors de propos, il n’y a eu aucun acte de dégradation ou de violence contre la communauté musulmane.
    Je suis trés déçu de votre ligne éditoriale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité