A la uneActualités

GARD 11 novembre : revivez les cérémonies d’hommage à Alès, Bagnols/Cèze et Nîmes

A Alès, Nawal fait face aux autorités civiles et militaires lors de sa lecture du message national de l'UFAC (Photo Corentin Migoule)

Disséminée aux quatre coins du département, la rédaction d’Objectif Gard vous fait vivre les cérémonies du 102e anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918, organisées en comité très restreint compte-tenu de l’état d’urgence sanitaire. Revivez les hommages à Alès, Bagnols/Cèze et Nîmes. 

À coup sûr, dans un monde normal, il y aurait eu du monde en cette matinée du mercredi 11 novembre pour célébrer les Poilus, héros de la Grande Guerre, tant les conditions climatiques s’y prêtaient. Confinement oblige, c’est en comité restreint que ces cérémonies commémoratives ont eu lieu un peu partout dans le département. À Alès, devant le monument aux Morts du square de Verdun, situé dans le jardin public du Bosquet, l’hommage a été ponctué par la traditionnelle lecture des messages et des dépôts de gerbes.

En présence des autorités civiles et militaires, dont celle du maire, Max Roustan, de son premier adjoint, Christophe Rivenq, et du sous-préfet, Jean Rampon. L’assistance, forcément clairsemée, était tout de même complétée par une poignée de badauds agrippés aux grilles du jardin du Bosquet. Ils ont ainsi assisté en préambule à la lecture du message national de l’Union française des associations de combattants et de victimes de guerre (Ufac), assurée par Nawal, apprentie de la Chambre de commerce et d'industrie Sud Formation d’Alès, qui recevait plus tard les félicitations successives des autorités. Claude Courderc lui succédait avec la lecture des noms des soldats morts pour la France lors de l’année écoulée, avant que la Marseillaise ne soit interprétée.

Deux dépôts de gerbes ont été effectués au pied du monument aux morts du square Joseph-Thome, à Bagnols/Cèze. (Marie Meunier / Objectif Gard)

À Bagnols/Cèze, la cérémonie a eu lieu à 11h à huis clos au monument aux Morts, square Joseph-Thome. Si la population n'a pas pu prendre part à l'hommage, la municipalité a décidé de le retransmettre en live sur Facebook. Deux dépôts de gerbes ont été effectués par le maire, Jean-Yves Chapelet, le conseiller municipal délégué aux Anciens combattants, Raymond Masse, le commandant du 1er Régiment étranger de génie, M. Goncalves, et le président de l'Amicale bagnolaise des associations des anciens combattants, Jean-Claude Mougenot. S'est ensuivie une minute de silence puis la dizaine de personnes présente a entonné la Marseillaise.

Le maire a ensuite prononcé un discours personnalisé pour ce 11 Novembre au contexte très particulier : "J'aurai une pensée pour tous ceux et toutes celles qui, d'une certaine manière, sont entrés en résistance face à la maladie. Je pense aux soignants, aux médecins, aux hospitaliers, et bien d'autres. Aujourd'hui, j'ai le regard tourné vers toutes les victimes des sauvages, des fanatiques idiots coupables de leur ignorance et des pires barbaries. Aujourd'hui toujours, j'aurai ma sympathie et mon admiration portées à l'égard de ceux qui nous protègent et défendent corps et âme les valeurs pour lesquelles ils se sont engagées. Je pense aux policiers, aux gendarmes, aux militaires. [...] Devant ce mémorial, je me rappelle que les Français se sont toujours surpassés devant l'adversité."

Les élus locaux rassemblés au monument aux morts de Nîmes (Photo Corentin Corger)

À Nîmes, c'est évidemment au monument aux Morts situé du Square du 11 novembre que la cérémonie s'est déroulée. Jacky Cantareil, président gardois de l'Ufac, a lu le message national rappelant que lors de la Première Guerre mondiale, la France a déploré 1,4 millions de morts, 740 000 invalides et 3 millions de blessés. Ensuite le préfet du Gard, Didier Lauga, a repris devant l'assemblée la lettre rédigée par Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants.

Conformément à la tradition, les autorités civiles et militaires ont déposé une gerbe et entonné la Marseillaise. Étaient présents Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, Franck Proust, président de Nîmes métropole, Françoise Dumas, députée du Gard, Laurent Burgoa, sénateur du Gard, Alexandre Pissas, président du Département par intérim, le général Jean-Christophe Béchon, commandant de la 6e BLB, le colonel Laurent Haas, commandant du groupement de gendarmerie du Gard ou encore Jean-Pierre Sola, directeur départemental de la sécurité publique.

Corentin Migoule (à Alès), Marie Meunier (à Bagnols/Cèze) et Corentin Corger (à Nîmes)

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité