ActualitésSociété

ROUSSON Pour dissuader les chauffards, la commune se dote de deux radars pédagogiques

Chose promise, chose due ! À l'écoute de leurs administrés qui ont revendiqué leur volonté de voir la commune réagir à des excès de vitesse jugés trop fréquents, Ghislain Chassary et son équipe municipale ont fait installer deux radars pédagogiques solaires et mobiles, ce mercredi.

« On avait prévu l'arrivée de ces radars à partir du premier janvier, finalement on a un peu d'avance », sourit Ludovic Dumas, conseiller municipal de Rousson, à l'origine du projet. Après avoir pris connaissance des doléances des administrés qui faisaient régulièrement remonter leur inquiétude en matière de sécurité routière locale, l'équipe municipale, emmenée par le maire, Ghislain Chassary, en a fait une promesse de campagne.

Ce mercredi 9 décembre, les actes étaient joints à la parole lorsque le commercial de la société StopVitesse débarquait de Lyon avec, dans le coffre de son véhicule, les composantes nécessaires à la mise en service de deux radars. Quelques heures plus tard, Joël, Franck et Julien, trois agents municipaux, bien aidés par Ludovic Dumas, ont achevé la pose des deux engins destinés à faire ralentir les automobilistes.

Le premier, installé rue de la Mairie, comme le second, logé sur un poteau électrique dans la descente du chemin du Castellas, resteront en place jusqu'au 1er mars 2021 avant d'être redéployés sur d'autres routes communales, car « la commune est très étendue et la sécurité routière est l'affaire de tous », reconnaît Ludovic Dumas qui, prévoyant, a déjà établi le planning pour la totalité de l'année à venir. Une période durant laquelle les deux radars auront voyagé à dix points stratégiques différents.

Ludovic Dumas, à l'œuvre en haut de l'échelle (à gauche) avec Julien et Franck, deux agents communaux, sous les yeux d'Adrian Verplaetse à l'occasion de la pose du deuxième radar. (Photo Corentin Migoule)

Entièrement à la charge de la commune, le déploiement de cet équipement a coûté près de 4 000 euros, pose comprise. « C'est aussi un moyen de ne pas toujours avoir recours à des ralentisseurs. D'autant que certains habitants n'en veulent pas sous leur fenêtre car ça fait du bruit », justifiait le conseiller municipal en l'absence du maire, « en réunion à l'Agglo » au moment de notre visite.

Si la commune a choisi de retenir le dossier de la société StopVitesse, c'est davantage pour « la qualité de la prestation » que pour l'attractivité du tarif. En effet, ces deux radars pédagogiques solaires sont équipés d'un dispositif permettant, via une application, de récolter des données précieuses pour en mesurer l'efficacité, avec notamment l'enregistrement des vitesses et du nombre de passages.

« En moyenne, on estime que nos radars ont un effet dissuasif correspondant à une réduction de la vitesse des automobilistes de l'ordre de 10% », précisait Adrian Verplaetse, employé chez StopVitesse, venu assurer la mise en service du dispositif, sans fournir plus de précision sur la provenance de son information. Avant de quitter Rousson, le commercial jouait franc jeu avec Ludovic Dumas en lui indiquant une possible marge d'erreur de 3 km/h des radars lorsqu'ils sont installés en pente. « Mais c'est très facile à corriger », rassurait-il aussitôt.

 Corentin Migoule

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité