A la uneActualitésSociété

LA RÉCAP’ Pas de prunes mais des bonbons, heureux qui communiste…, la mouskaïa !

Les policiers distribuaient des bonbons aux automobilistes ce vendredi (Photo : DR)

Tous les samedis à 19 h, Objectif Gard vous propose un rendez-vous sous la forme d'un flash-back sur les événements, petits ou grands, qui ont ponctué la semaine. C'est parti pour la Récap' !

Pas de prunes mais des bonbons. Ce vendredi après-midi, après avoir craint le pire, les automobilistes qui empruntaient le rond-point de Nîmes Ouest, près de l'autoroute A9, ont dû se frotter les yeux pour être sûrs qu'ils ne rêvaient pas. Engagés dans une opération de séduction et de reconquête du coeur des Français initiée par le syndicat Alliance, et à laquelle n'étaient pas étrangers les récents propos tenus à leur sujet par le Président Macron et les mouvements de contestation qui faisaient suite à l'intervention et la violente interpellation contestée - et contestable - à Paris d'un producteur de musique, une phalange de policiers nîmois distribuait des bonbons sur la voie publique aux conducteurs. Poétiquement intitulée "Contrôles de courtoisie", la mellifluente opération a donné l'occasion aux forces de l'ordre de sensibiliser le public à leurs difficultés professionnelles. Régulièrement accusés de distribuer des pralines, des châtaignes et autres marrons en pleine poire sans forcément le discernement qui sied mais avec la pêche, et habitués à aligner les prunes, les policiers ont trouvé là le moyen de renouer le dialogue avec les citoyens. L'histoire ne dit pas si l'initiative est amenée à trouver un prolongement lors des prochaines manifestations... de policiers prévues les prochains jours. À moins que miraculeusement soudainement pacifiés les hooligans des Blacks Blocs n'a l'a reprennent à leur compte et viennent leur chanter comme Jacques Brel "J'vous ai apporté des bonbons" tant est que les fleurs sont périssables et les bonbons tellement bons. On peut toujours rêver d'un peu de douceur dans ce monde brutes...

Arrivée des premiers kilomètres de rails de la ligne ferroviaire Alès-Bessèges ce mercredi en gare d'Alès-Tempéras. (Photo A-M Skora / DR)

Heureux qui communiste... Dix ans. C'est le temps qu'il aura fallu pour que s'engage enfin le début du processus de réhabilitation de la ligne ferroviaire Alès-Bessèges - fermée à la circulation depuis huit ans - destinée à désenclaver le nord du département. Porté avec pugnacité par l’association des usagers de la SNCF et fortement soutenu par le Gardois Jean-Luc Gibelin, le vice-président communiste de la Région Occitanie en charge des Transports, après avoir longtemps emprunté de chaotiques et improbables chemins de traverse - logique pour des rails - le projet a pris un tour plus concret. Ce mercredi la gare d'Alès réceptionnait en effet de quoi installer 19 des 31 kilomètres des rails nécessaires à la réfection de la ligne cévenole. Un premier pas qui ne fait pas encore crier victoire au collectif d'usager qui craint que ce projet, dont le coût global est estimé à plus de 60 millions d’euros, ne déraille et retourne moisir dans les cartons à la (dé)faveur d'un éventuel changement de gouvernance après les prochaines élections régionales. Dans le meilleur des cas, la liaison Alès-Béssèges ne devrait de toute façon pas intervenir avant 2026. Ce qui ferait indéniablement le bonheur des usagers mais aussi celui du communiste Jean-Luc Gibelin. "Heureux qui, communiste, a fait un beau voyage" aurait - presque - dit le poète français Joachim du Bellay (1522 - 1560). Un Marx et ça repart ?

La mouskaïa ! Comme pour les habitués de marque des restaurants, on va finir par lui attribuer un siège réservé à son nom et un rond de serviette... Ce mardi 8 décembre marquait le grand retour au tribunal de Tahar B. ou plutôt de Monsieur X., déjà "convié" la semaine précédente à venir s'expliquer à la barre du tribunal pour des vols commis le 30 novembre dernier dans plusieurs boutiques d'un centre commercial nîmois. Cette fois-ci c'est pour avoir dérobé 9 bouteilles de vodka avec un complice dans un supermarché que le gaillard était cité à comparaître. Alors qu'il avait faussement prétendu avoir quinze ans lors de la précédente audience, celui qui est connu sous 11 identités différentes par la justice française et pour plusieurs méfaits antérieurs n'a pas réussi à apitoyer le juge en jouant les candides. Aux 4 mois de prison avec sursis et plus de 1 000€ d’amende récoltés lors de sa précédente audience, se sont ajoutés cette fois 4 mois supplémentaires pour l'assoiffé Tahar et 3 pour son complice le tout assorti d'un maintien en détention pour les deux. Une échéance après laquelle la mesure d'expulsion du territoire et de reconduite à la frontière prononcée contre lui devrait normalement prendre effet. Mieux vaut... Tahar que jamais et cette fois pour le voleur russophile c'est fini. Pour "Taharseïef Eristoff " plus d'vodka, plus de balade en troïka, plus de babouchka, plus de balalaïka mais le violon. C'est la mouskaïa !

Philippe GAVILLET de PENEY 

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité