ActualitésPolitique

VILLENEUVE-LEZ-AVIGNON ZAC des Bouscatiers : de nouvelles propositions devront être formulées par l’aménageur

Pascale Bories, maire de Villeneuve-lez-Avignon, a informé la presse la décision des services préfectoraux et de l'aménageur Nexity de ne pas faire appel de la décision du tribunal administratif à propos de la ZAC des Bouscatiers. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Pascale Bories, maire de Villeneuve-lez-Avignon, a informé la presse de la décision des services préfectoraux et de l'aménageur Nexity de ne pas faire appel de la décision du tribunal administratif à propos de la ZAC des Bouscatiers. (Marie Meunier / Objectif Gard)

La ZAC des Bouscatiers sortira-t-elle de terre un jour ? Une nouvelle décision signe encore un coup de frein pour ce projet dont on commençait déjà à parler il y a 20 ans. 

En effet, le 6 octobre dernier, le tribunal administratif de Nîmes a tranché en faveur de l'annulation de l'arrêté du 28 juin 2018 pris par le préfet du Gard à propos de la ZAC. Arrêté "portant sur la dérogation aux interdictions relatives aux espèces de faune sauvage protégées". Il avait été attaqué en 2018 par le Collectif citoyen qui a donc eu gain de cause.

En discussion avec l'aménageur Nexity et les services préfectoraux, il a été décidé "qu'il n'y aurait pas d'appel au jugement du tribunal administratif", lâche la maire de Villeneuve-lez-Avignon, Pascale Bories. Ils avaient jusqu'au 7 décembre pour le faire. Point mort donc pour l'aménagement de la ZAC. "On est en attente de propositions de l'aménageur, que je ne connais pas à ce jour", explique la maire. Retenu sur le projet en 2007, Nexity devra encore faire preuve de patience donc (à moins qu'il ne se décourage ?).

Pour rappel, si le jugement a annulé l'arrêté, c'est notamment à cause du "choix d'implantation de la voirie principale traversant l'interface, (entre la partie urbanisée et la garrigue, ndlr), (qui) est de nature à faire obstacle [...] au maintien d'une continuité écologique", relate Pascale Bories. Bien que le tribunal administratif reconnaisse "l'intérêt majeur" de cette zone "au regard des besoins de la population : augmentation du nombre d'habitants, logements pour les jeunes, besoin d'infrastructures..."

Si la première magistrate de la commune entérine la décision du juge, elle veut réaffirmer "le besoin à terme de réaménager cette zone. Nous avons un PLU (plan local d'urbanisme, ndlr), qui a été modifié en 2017. C'est une vision sur 10 ans. Nous avons un délai pour tenir compte des différents objectifs et cette zone doit y répondre."

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité