A la uneActualitésSociété

NÎMES Budget voté, la Ville poursuit son travail

(Photo Anthony Maurin)
Conseil municipal Nîmes, le dernier de l'année 2020 (Photo Anthony Maurin)

Dernier Conseil municipal de l’année 2020 et dernières batailles entre majorité et oppositions avant les fêtes de fin d’année et la traditionnelle trêve des confiseurs. Parlons budgets...

« C’est mon 19è budget en tant que maire mais le premier de ce mandat. Réduction de la dette, maîtrise des dépenses, priorité aux investissements, baisses des taux d’imposition… Mais ce nombre d’or n’est pas toujours facile à atteindre. Deux nouveaux axes se dégagent en 2021 pour soutenir l’activité via l’investissement dans le cadre du plan de relance et la solidarité en faveur des associations et des commerçants. Nous savons que de cette crise sanitaire naîtra une crise économique et donc sociale qui risque d’être rude… » avertit le maire Jean-Paul Fournier.

Après la présentation du rapport d’orientation budgétaire (ROB) qui s’est tenue le 21 novembre dernier, le Conseil municipal devait se prononcer sur le vote du budget primitif du budget principal de la Ville.

Le budget primitif d’une collectivité́ est l’acte majeur par lequel sont prévues les dépenses et les recettes de l’année, permettant la mise en œuvre des politiques publiques décidées par la municipalité́. Il fixe les enveloppes de crédits permettant d’engager les dépenses pendant la durée de l’exercice. Il détermine les recettes attendues, notamment en matière de dotations et de fiscalité́. Il permet à la majorité l’application de la politique qu’ils ont arrêtée.

Plus d'investissement

Ainsi, le budget principal de la Ville s’équilibre à 315 526 714,93 euros en dépenses et en recettes (fonctionnement 236 097 137,93 et investissement 79 429 577). Mais l’équilibre général des budgets est de 336 179 727 euros. Le niveau d’investissement est supérieur.

L’encours de dette sur le budget principal s’élèvera à 182 millions d’euros au 31/12/2020 contre 223 millions d’euros en 2016, soit une baisse de l’encours de 18%. Ce qui permet à la Ville de maintenir pour son budget 2021 un investissement fort avec 22 millions d’euros d’emprunt prévisionnel, toute en préservant sa capacité à stabiliser son endettement sur un niveau modéré (qui reste inférieur au remboursement en capital). Le taux moyen de la dette est à 2,85% sur une durée de vie moyenne de six ans et cinq mois.

Le futur Palais des Congrès de Nîmes (Photo Archives Anthony Maurin)

69,5 millions d’euros seront investis pour 2021 dont près de 24 millions d’euros pour les aménagements urbains (contre dix millions pour la culture et huit pour l’enseignement). Pour rappel, l’ARNU sera investi à hauteur de 11 millions d’euros. Pour Pascal Gourdel, adjoint aux finances, « La nécessité est de poursuivre l’effort de maîtrise des charges de fonctionnement car cela nous permet de garder le niveau d’autofinancement nécessaire à la réalisation de nos projets. Ce budget s’articule autour des actions prioritaires de la ville en matière d’urbanisme, d’éducation, de développement de la cité, de sécurité, d’animation de la vie locale et de retentissement national et international. »

« Sur la question des recettes, vous avez dû anticiper une baisse des recettes imputables à la baisse d’activité liée au COVID. L’avez-vous estimé ? Pourquoi ne sont pas inscrits les huit millions d’euros liés à la vente du stade des Costières, si celui-ci est vendu en 2021 ?  Les investissements du Palais des congrès sont dans le chapitre Culture, comme l’année dernière… pourquoi ? Cela donne une impression d’un budget de la culture important, alors que celui-ci serait consommé pour moitié par le palais des congrès ?  500 000 supplémentaires de frais d’étude pour le Conservatoire, où en est-on sur ce dossier ? Les choix que vous faites ne répondent ni aux urgences du moment, ni à des anticipations crédibles de l’avenir…nous voterons contre » note Vincent Bouget, opposition de la liste Nîmes citoyenne à Gauche. Le groupe centriste des progressistes a voté pour.

Publicité
Publicité
Publicité

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité