A la uneActualités

FAIT DU SOIR Boa Mistura donne des couleurs au collège Les Fontaines

Le trio madrilène est resté une semaine à Bouillargues pour réaliser la fresque du collège Les Fontaines. (Photo : Stéphanie Marin/ObjectifGard)
Les élèves de l'option "Langue et culture européenne" espagnol du collège Les Fontaines de Bouillargues avec le trio d'artistes du collectif Boa Mistura. (Photo : Stéphanie Marin/ObjectifGard)

"¿ Como decir que no ?" Non, le collectif madrilène Boa Mistura, ne pouvait, ni ignorer, ni refuser, l'invitation de ces collégiens bouillarguais. Un an plus tard, trois de ses membres, perchés sur un échafaudage, s'affairent à réaliser une fresque sur l'une des façades de l'établissement nommé Les Fontaines.

Jeudi dernier, soit le 28 janvier, Irène Garcia, Maria Corrales et Pablo Ferreiro achevaient la réalisation d'une fresque géante - cinq mètres de large par six mètres de haut - sur la façade extérieure la plus visible du collège Les Fontaines à Bouillargues. La beauté de l'œuvre est remarquable, d'autant plus lorsqu'on en connaît son origine, sa signification. Pour cela, il faut remonter dans le temps, le bon vieux temps, jusqu'en janvier 2020. Les élèves de 4e de l'option "Langue et culture européenne" espagnol de l'établissement bouillarguais, découvrent les différentes performances du collectif Boa Mistura. Une découverte qu'ils doivent à leur professeure d'espagnol, Dolores Corzo, elle-même admirative du travail de ces huit Madrilènes qui se servent de la rue comme support. Ce collectif parcourt le monde et laisse de-ci, de-là sa trace artistique, invité par des institutions culturelles, des villes ou encore des organisations. Boa Mistura a signé des projets partout dans le monde.

Projet « Nierika », Jalisco, Mexique, 2017. 5000m2 de parterres et de façades peints en collaboration avec les habitants du quartier.

"Les messages qu'ils transmettent nous touchent. À travers leurs œuvres, ils redonnent de la force, du courage et le sourire à des personnes fragilisées parce qu'ils ciblent généralement des quartiers défavorisés", explique Manon, 14 ans. Et sa camarade de classe, Marie d'ajouter : "Ils apportent de l'espoir, illuminent les rues." Ces élèves de 4e se mettent alors à rêver : "Et si on écrivait à Boa Mistura pour qu'ils viennent peindre notre collège !". Leur professeure les prend au mot et inscrit les leurs dans un courriel. "Ils voulaient un message positif à l'entrée de leur collège et ont supplié, très naïvement, le collectif de venir à Bouillargues. Ils leur ont même promis de bons petits plats français", s'amuse Dolores Corzo. Elle n'avait alors que peu d'espoir de recevoir une réponse. Et pourtant, il ne lui aura fallu attendre que deux jours pour trouver dans sa boîte mails un mot des artistes.

Les collégiens bouillarguais ont découvert les œuvres de Boa Mistura grâce à leur professeure d'espagnol (Photo : Stéphanie Marin/ObjectifGard)

Le projet (*) est lancé mais rapidement perturbé par l'arrivée de la covid-19 en France, comme en Espagne et ailleurs. Les meilleures choses ont besoin de patience. Un an après, Irène, Maria et Pablo ont débarqué à Bouillargues - le vendredi 22 janvier - pour mettre la touche finale à ce projet : la réalisation de la fresque. Ils n'ont rien imposé mais ont travaillé en collaboration avec les collégiens, désormais en 3e.

Le trio madrilène est resté une semaine à Bouillargues pour réaliser la fresque du collège Les Fontaines. (Photo : Stéphanie Marin/ObjectifGard)

"Nous avons d'abord parlé de leur art, de leur technique. Puis, ils nous ont demandé de proposer des mots", se souvient Rachel, 14 ans. Trois ont été retenus : espoir, force et avenir. C'est ce dernier qui a été choisi par les Boa Mistura pour jouer avec les lettres et les couleurs. Ce mot que l'on devine dans une véritable exploration chromatique, tous les élèves pourront le voir à chaque fois qu'ils passeront la porte de l'établissement. "Cette fresque nous permet de voir le collège autrement. C'est comme une expérience de vie qui nous amène à penser, à réfléchir à ce que nous allons devenir, à ce que nous voulons devenir", réagit Fariel, 14 ans.

Pablo Ferreiro pendant la réalisation de la fresque le jeudi 28 janvier. (Photo : Stéphanie Marin/ObjectifGard)

"C'est toujours émouvant de travailler avec des enfants. L'échange, les dialogues sont toujours très intéressants, très inspirants. Ils donnent autant qu'ils reçoivent, lance Pablo Ferreiro, l'un des trois artistes madrilènes. Nous nous sentons comme investis d'une mission, celle de transmettre l'envie de découvrir l'art aux enfants, mais aussi de leur expliquer qu'on peut vivre de son art." Cette mission, le collectif Boa Mistura l'accomplit au fil du temps et de ses voyages, du Brésil à l'Algérie, en passant par la Serbie jusqu'en France, dans le Gard, à Bouillargues.

L'oeuvre de Boa Mistura achevée. (Photo DR/)

Stéphanie Marin 

*Estimé à 11 000 euros, ce projet a été financé par le collège Les Fontaines de Bouillargues, son foyer socio-culturel et le Département du Gard, avec le soutien d'Enedis, de Kiloutou et de l'entreprise Thérond.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité