A la uneActualités

FAIT DU SOIR À Nîmes, où en est la vaccination contre la covid-19 ?

Une vaccination en date du 8 janvier dernier (Photo Archives Corentin Corger)
Centre vaccination covid aux Costières (photo Norman Jardin)

Doucement mais sûrement, le nombre de piqûres anti-covid augmente. En avril, le centre des Costières espère vacciner jusqu’à 3 600 personnes chaque semaine. 

Quelques éclaircies dans la morosité de la crise sanitaire ? On le sait, le retour à la vie normale ne pourra se faire qu’avec la vaccination des personnes les plus à risque. Depuis le début de l’année à Nîmes, deux centres ont ouvert. Il y a d'abord eu, le 4 janvier, celui de l’hôpital public, pouvant vacciner jusqu’à 800 personnes par jour. Sont concernés les professionnels de santé, ceux des établissements médicaux-sociaux mais aussi la population générale. Il s'agit des personnes de plus de 75 ans ou celles présentant des facteurs de comorbidité, prioritairement ciblées dans cette première phase par le Gouvernement. 

Des vaccins Moderna livrés en mars

Le second centre anti-covid a été ouvert, le 26 janvier aux Costières, par la ville de Nîmes. Il est destiné à la population générale. « Chaque semaine, nous vaccinons 600 personnes », indique Frédéric Jaquet, directeur de la Santé de la ville de Nîmes. Une légère hausse, en comparaison des 360 injections réalisées à l’ouverture. Les vaccins des Costières - dont le nombre est fixé par l’Agence régionale de santé - sont préparées et acheminées par l’hôpital, en raison de sa capacité logistique. Pas tout le monde n’a pas de super congélateur capable de conserver une dose Pfizer à moins 80° !

Depuis le 26 janvier, les Costières ont vacciné 1 000 personnes sur les 15 000 personnes ciblées à Nîmes dans la première phase. Dès la semaine prochaine, 360 des 600 vaccinations hebdomadaires concerneront la deuxième dose. En mars, le centre recevra les doses du laboratoire Moderna. Le mois suivant « nous atteindrons notre capacité maximale, espère Frédéric Jacquet. Soit 3 600 vaccinations par semaine (1 800 premières injections et 1 800 secondes, NDLR). »

« Le spectre d’une troisième vague s’éloigne » 

Une fois la première phase terminée, place à la seconde. Elle concerne la vaccination des personnes de plus de 65 ans, représentant 25% de la population. Aujourd’hui, au vu des chiffres de l’ARS (Agence régionale de santé) « le spectre d’une troisième vague s’éloigne, puisque depuis mi-janvier, le chiffre de contamination est relativement stable », souligne Frédéric Jaquet.

Selon les derniers chiffres, l’ARS enregistre un taux d’incidence d'environ 210 contaminés pour 100 000 personnes dans le Gard. Souvenez-vous : il y a encore quelques semaines, ce chiffre était de 250 et de 600 l'automne dernier. « La situation ne se dégrade pas. Preuve que tous les efforts de la population pour le respect des gestes barrières, le couvre-feu ou encore la fermeture des restaurants et des bars ont un effet », conclut Frédéric Jaquet. Encore quelques efforts avant la fin du cauchemar sanitaire…

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

Publicité
Publicité
Publicité

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Un commentaire

  1. Je ne citerai pas ici les innombrables dizaines de fois où mes appels téléphoniques sont restés sans réponse. À telle fin, pendant la période où l’on savait surtout les retards de livraison des vaccins, j’avais abandonné tout appel. Puis, dans la semaine du 8 Février, j’ai repris le cours et ai eu la surprise, au bout de plusieurs appels plus réduits, d’avoir au bout du fil un correspondant m’invitant à rappeler ce lundi 15, date à laquelle je pourrais m’inscrire sur une liste d’attente. Dès ce lundi matin, j’appelais donc et ai fini par avoir une correspondante dont l’efficacité me vaut ici ce commentaire. À peine avais décliné mon nom, ma date de naissance (j’ai plus de 75 ans) et ville du Gard de vaccination, mon n° de téléphone portable et de mon adresse mail, qu’en moins d’une minute j’avais à peine le temps de noter la date et l’heure de la 1ère vaccination, puis immédiatement après celles de la seconde avec indications précises du lieu de vaccination (CHU de Nîmes), de l’heure, du service d’accueil, de l’étage, etc…. Le tout n’a pas duré une minute que j’avais tout en mains. Je parlais plus haut d’efficacité : oui, elle est remarquable et bien organisée. Je tenais ici à en faire témoignage. Le seul progrès reste encore l’accessibilité téléphonique : mais là aussi cela semble avoir bien évolué. Cela est tellement rare qu’il convenait donc que j’en témoigne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité