Actualités

CASTILLON-DU-GARD La Maison familiale rurale, « une pédagogie différente »

La directrice de la MFR de Castillon, Nathalie Aravecchia (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Les Maisons familiales rurales (MFR) maillent le territoire et proposent de nombreuses formations pour les jeunes de la Quatrième au bac pro. À Castillon-du-Gard, à un jet de pierre du Pont du Gard, 220 élèves étudient principalement les services à la personne, un secteur porteur.

La MFR, c’est avant tout « une association de familles », se plaît à rappeler la directrice de celle de Castillon, Nathalie Aravecchia. Historiquement issue du monde agricole, la MFR garde de cet ADN un aspect professionnalisant, « avec la spécificité de dispenser toutes les formations en alternance », poursuit la directrice.

Deux pôles coexistent : un comportant les niveaux Quatrième et Troisième, « avec un travail d’orientation et d’accompagnement des jeunes pour définir une voie professionnelle », note Nathalie Aravecchia, et le champ professionnel avec le CAPA services aux personnes et vente en espace rural et le CAP accompagnement éducatif "petite enfance", mais aussi le bac pro "services aux personnes et aux territoires". Chaque MFR se spécialise, et pour celle de Castillon les services à la personne font la colonne vertébrale de la pédagogie. Le centre forme des aides soignantes, infirmiers, éducateurs ou encore auxiliaires de puériculture.

Et à la rentrée 2021, la MFR va se diversifier, en ouvrant un bac pro métiers de l’accueil. Quoi qu’il en soit, « l’idée est aussi que les jeunes poursuivent, avec une ouverture sur tous les BTS et DUT du tertiaire », précise la directrice.

Un accompagnement quotidien

Le tout avec la recette qui a fait le succès des MFR. « Les Maisons familiales rurales, c’est une pédagogie différente qui part de l’expérience pour alimenter les théories de l’apprentissage », développe la directrice. Un mode d’apprentissage qui convient mieux à certains jeunes « qui ont besoin de pratiquer pour apprendre. » C’est d’ailleurs ce qui plaît : « Un jeune qui a fait le parcours complet, de la Quatrième jusqu’au bac pro, a l’équivalent de trois ans d’expérience à 18 ans », avance-t-elle.

Alors Nathalie Aravecchia défend bec et ongles ce mode d’enseignement. « L’apprentissage n’est pas une voie de garage, mais une voie de l’excellence », lance-t-elle, tout en arguant du fait que les entreprises financent les formations et valorisent les formations « qui donnent des gens compétents au-delà du diplôme. » Notamment dans les services à la personne, secteur en tension s’il en est et où la demande est forte et l’emploi quasi assuré.

Familiale, la MFR l’est aussi dans l’accompagnement des élèves. « Nous n’avons pas des professeurs mais des formateurs qui accompagnent les jeunes dans les savoirs et le suivi, les stages, l’aspect personnel, l’orientation. Les formateurs sont présents tous les jours et font aussi du soutien scolaire, explique Nathalie Aravecchia. Il y a beaucoup d’échanges, c’est une force. » Car si la MFR « n’a pas la prétention de remplacer les parents », elle a pour vocation « d’être ce cadre qui arrive à bien connaître ses publics », souligne sa directrice.

Et de former plus que des futurs professionnels... Pour certains, la MFR est aussi une école de la vie en collectivité et de la citoyenneté. Ainsi, la MFR de Castillon monte des projets autour de l’environnement et du tri des déchets, notamment avec l’association bagnolaise K Net partage, et de l’inclusion, avec l’Institut médico-éducatif des Hamelines, aussi à Bagnols, autour du handicap. L’idée est que les jeunes « arrivent à appréhender différemment la société dans laquelle ils vont évoluer », résume-t-elle.

Avec un but : former des jeunes adultes autonomes. « L’idée est d’arriver à ce qu’ils se débrouillent, et à en juger par notre taux d’inclusion, ils y parviennent », estime la directrice. Alors que la période actuelle est aux choix d’orientation, la MFR de Castillon propose ce samedi 13 mars non pas une journée portes ouvertes, covid oblige, mais une journée d’accueil des familles sur rendez-vous avec des sessions individuelles d’un quart d’heure de visite des locaux et de présentation des formations. Plus d’informations au 04 66 37 09 32.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité