A la uneActualitésPolitique

UZÈGE-PONT DU GARD Projet de parc naturel régional : ça sent très bon !

Philippe Marchesi est le président du Pôle d'équilibre territorial rural Uzège Pont-du-Gard. (Marie Meunier / Objectif Gard)
Philippe Marchesi est le président du Pôle d'équilibre territorial rural Uzège Pont-du-Gard. (Marie Meunier / Objectif Gard)

L'équipe du PETR Uzège-Pont du Gard (pôle d'équilibre territorial et rural) a fait le point sur les projets à venir sur le territoire. Et notamment sur un gros morceau dont on entend parler depuis un moment : la création d'un parc naturel régional (PNR). 

Quelques années en arrière, le projet semblait mal embarqué avec le blocage imposé par Jean-Luc Chapon, maire d'Uzès, la ville centre, et à l'époque président de la CCPU. Mais quand on regarde la carte aujourd'hui, on peut être rassuré. Plus de 70% des communes comprises dans le périmètre provisoire du futur parc et autour sont pour sa création.

Un pourcentage largement au-dessus du seuil demandé par la Région Occitanie, comme l'explique Philippe Marchesi, président du PETR, également premier adjoint à Montfrin : "Nous PETR, la Région nous avait dit : "Dès que vous aurez au moins 50% des communes favorables, vous pouvez nous faire passer le message et là, on pourra lancer l'association de préfiguration". Le 5 février, on a donc envoyé un courrier à Mme Delga pour dire qu'on était prêts et qu'on attendait le feu vert."

En vert foncé, les communes qui ont voté en faveur de la création d'un parc naturel régionale. En orange, celles qui demeurent contre.

Pour l'heure, le président n'a pas reçu de réponse de la présidente de Région. Il faut que la décision passe en commission, mais vu le consensus auprès des communes, ça sent plutôt bon. D'autant que Florence Brutus, vice-présidente à la Région en charge de l'Aménagement du territoire, se rendra cette semaine, dans les locaux du PETR pour en discuter.

Seules deux communes encore contre...

Seules deux communes demeurent contre le projet, à savoir Saint-Laurent-la-Vernède et La Bastide-d'Engras. Collias, Arpaillargues-et-Aureillac devraient délibérer positivement à leur prochain conseil municipal. Une vingtaine de communes sont encore en cours de réflexion comme Sainte-Anastasie, Blauzac, Théziers, Euzet, Aigaliers... Des "villes portes" comme Bagnols/Cèze ou Pont-Saint-Esprit ont aussi voté favorablement pour ce parc.

"On espère, soit avant les élections régionales soit après, que cette association de préfiguration au parc soit mise en place", insiste Philippe Marchesi, qui ajoute : "Là, on peut dire qu'on est d'accord sur le principe mais après, il faut passer à l'écriture de la charte et là, ce n'est pas une petite affaire. Généralement, c'est deux ans de travail."

Alors pourquoi créer un parc naturel régional ? Quels sont les intérêts ? "Aujourd'hui les parcs, ce n'est pas une paralysie du territoire mais un développement local durable", introduit Sébastien De Vitot, directeur du PETR Uzège-Pont du Gard depuis le 1er février. Ce dernier poursuit : "L'aménagement global du territoire en France s'oriente vers d'une part des métropoles et des communautés d'agglomération pour le milieu urbain, et d'une autre part vers des parcs naturels régionaux en milieu rural. Et les territoires qui ne sont pas inclus dans ces maillages, ce sera compliqué dans les années à venir... En termes de subventions, d'attractivité..."

Les équipes du PETR Uzège Pont du Gard attendent une réponse de la présidente de Région, Carole Delga, pour savoir si oui ou non, l'association de préfiguration du parc peut être créée. (Marie Meunier / Objectif Gard)

La génèse des parcs, cela va aussi dans le sens "de ce que les citoyens attendent aujourd'hui": "Ça promeut la transition énergétique, l'agriculture raisonnée avec des circuits courts et une mise en valeur des produits du terroir, un tourisme durable de qualité...", liste Sébastien De Vitot. Fort de sa longue expérience dans les PNR, il affirme que des territoires "qui partaient de plus loin" sont redevenus attractifs. Le périmètre actuel comptant trois plus beaux villages de France, une ville d'art et d'histoire, la réserve de biosphère des gorges du Gardon, "les ingrédients sont sympathiques", lance joyeusement le président du PETR.

Le pourtour n'est pas arrêté pour l'heure, mais ne peut pas "être démesuré" pour garder une certaine cohérence territoriale. La concertation constituera un des deux axes forts pour la création du parc, et aussi voir ce qu'il se fait ailleurs pour voir ce qui marche et éviter les écueils déjà rencontrés. Quant à ceux qui s'inquiéteraient des coûts de ce parc, Sébastien De Vitot tient à rassurer : "Ce ne sera pas quelque chose de pharaonique. On n'inscrira pas des projets dans la charte des projets démesurés." Aujourd'hui, les parcs naturels régionaux sont au nombre de 56 en France.

Marie Meunier

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité