ActualitésSociété

NÎMES Réforme sur les aides au logement : des allocataires rassemblés devant la CAF

Ce mardi après-midi, une vingtaine de personne s'est rassemblée devant la CAF du Gard à Nîmes (Photo Corentin Corger)

Des allocataires et des syndicalistes se sont retrouvés ce mardi après-midi devant la CAF (Caisse d'allocations familiales) du Gard à Nîmes pour protester contre la réforme sur les aides au logement qui est entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2021. Trois représentants ont été reçus par la direction.

Le 1er janvier 2021, une réforme du calcul des Aides personnalisées au logement (APL) est entrée en vigueur. Ces allocations ne sont désormais plus calculées sur la base des revenus d’il y a deux ans (année n-2) mais sur la base des ressources des douze derniers mois glissants. Leur montant sera également actualisé tous les trimestres et non plus une fois par an en janvier. Avec ce nouveau système, les aides sont calculées en temps réel et donc fluctuent plus rapidement. Ainsi, les personnes qui voient leurs revenus augmenter constatent une diminution des APL. En revanche, les salariés qui ont connu une période de chômage partiel vont connaître une augmentation.

C'est surtout une poignée de lésés qui s'est donnée rendez-vous ce mardi après-midi devant la CAF du Gard pour faire part de son mécontentement par rapport à cette réforme. Une vingtaine de personnes s'est rassemblée en multipliant des prises de parole. Parmi les interlocuteurs, Yannick Battefort, secrétaire générale du syndicat CGT des précaires et sans emploi de Nîmes : "Il y a un tas de personnes qui sont dans une plus grande précarité. On ne comprend pas ce système de calcul. On nous doit des explications." Le dernier à s'exprimer a été Matthieu Perrot, le directeur de la CAF du Gard, qui a d'abord religieusement écouté toutes les doléances.

Matthieu Perrot, directeur de la CAF du Gard a pris la parole devant les manifestants (Photo Corentin Corger)

"Je peux tout entendre mais pas que la CAF ne fait rien", a-t-il souhaité insister rappelant que le Gard est le sixième département le plus pauvre de France et que cet organisme verse chaque année près d'un milliard d'euro d'aides dans notre département. On recense 170 000 allocataires gardois dont environ 80 000 qui touchent les APL.

Après ce bref discours, le directeur a reçu trois représentants en rendez-vous afin de prendre acte de leurs revendications et d'avoir un échange plus précis. "Vu que la réforme est nouvelle, c'est aussi l'occasion de faire remonter à Paris des cas particuliers concernant certains bénéficiaires", a réagi Matthieu Perrot. Une grande journée de mobilisation contre le logement cher est prévue le 27 mars et la CGT réfléchit à organiser un rassemblement sur Nîmes.

Etiquette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité