ActualitésFaits DiversInsolite

NÎMES Méfiez-vous de l’homme au béret…

Photo: Linda Mansouri
Cela fait plusieurs fois que la scène se produit et elle est à chaque fois savoureuse. La dernière en date s’est déroulée mardi matin au pied du palais de justice de Nîmes.
Un peu avant 9h, par un ciel dégagé, un homme longe des arènes transpercées par les rayons du soleil avec un enfant à la main. C’est beau. Du Doisneau en couleur. Quand soudain, venant de nulle part, comme tombé du ciel, surgit l’homme au béret. D’un ton déterminé, il demande au père de famille de porter son masque. Aucun effet. Il insiste. Face à lui, l’adulte, rebelle, s’en contrefout et continue son bonhomme de chemin en lançant un pittoresque : « Rentre chez ta mère, clochard ».
Sauf que le clochard en question, notre homme au béret qui flâne autour du tribunal de bonne heure à l’image de la Dame blanche qui hante les routes désertes la nuit, n’est autre que le procureur de la République de Nîmes, Éric Maurel. Connu pour sa fermeté concernant le port du masque, le proc’, récidiviste en la matière, a déjà fait condamner un policier marseillais réfractaire et verbalisé lui-même les lycéens de Daudet il y encore quelques jours. Le papa, lui, semble avoir échappé à l’amende - voire à l’outrage - en se faufilant dans les ruelles nîmoises. Mais qu’on se le dise, vous les têtes en l’air, les masques à terre, ou les reboussiers assumés : aux abords du tribunal, méfiez-vous de l’homme au béret. Il rôde…

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

7 réactions sur “NÎMES Méfiez-vous de l’homme au béret…”

  1. Merci Monsieur DURET pour cette note d’humour qui – je dois bien l’avouer – m’a beaucoup fait rire. Mon fils a été verbalisé la semaine dernière par cet « homme au béret » devant son lycée parce qu’il avait baissé son masque pour boire (il le portait sur le menton) en attendant de rentrer en cours. Je suis enseignante et directrice d’école, je suis soucieuse de l’éducation et du bien-être des enfants, chaque jour je plains un petit peu plus ces pauvres jeunes qu’on sacrifie et sur lesquels on comptera pourtant pour construire la société de demain. Mon fils n’a pas manqué un seul jour d’école depuis septembre, il essaie de suivre du mieux qu’il peut et sans se plaindre son année de première, il avait 1h30 de cours le jour où il a été verbalisé et je me dis que finalement, ça m’aurait coûté moins cher s’il n’y avait pas été… C’est une expérience regrettable pour mon fils et cela renvoie une bien mauvaise image de la justice et de la police. Quant à moi, je suis très amère et je ne peux pas m’empêcher de me demander s’il n’y a rien de plus grave et de plus urgent à traiter en ce moment…

    1. Arrêtez avec les jeunes sacrifiés. On est tous a la même enseigne. Mettre un masque n’est pas compliqué. Ce pauvre procureur doit être le seul à verbaliser le défaut de masque ce qui est anormal. Alors on se fout de sa gueule plutôt que de condamner le jemenfoutisme local.

    2. Bonjour madame l’enseignante, directrice,
      Bravoooo!!! Pathétique même. Circulez y’a rien à voir, non, plutôt allez voir chez les voisins, moi je suis clean.
      Aïe. Aïe. Aïe. Dans quelle société nous vivons, nous sommes le seul pays au monde à contester autant l’autorité, tout est dû pour certains, d’autres se croient intouchables. Une chose est sûre la verbalisation a atteint son objectif, et croyez-moi, c’est bien l’effet recherché.
      Que votre protégé aille à l’école ou pas, libre à lui de choisir son destin, être délinquant n’est pas donné à tout le monde et votre fils que vous le vouliez ou non, est un contrevenant.
      Quel exemple d’humilité madame, vous n’avez pas réfléchi une seule seconde avant de dégueuler vos sottises lorsqu’il s’agit de votre chaire et de votre portefeuille.
      J’espère que les parents dont vous avez sanctionné les enfants ne tomberont pas sur votre message.
      En fait cet homme au béret, se nomme monsieur le procureur de la République, celui qui veille sur vos arrières lorsque vous roupillez, et qui est aussi votre avocat. (losque vous êtes victime)
      La moralité de cette anecdote, au final c’est que nous sommes tous « égaux-égoïste », pas importe notre statut social.
      Avec la vulgarisation des réseaux sociaux, les pensées de certains éclatent au grand jour.

  2. Il faut que tout le monde cesse de porter le masque en extérieur cela ne sert à rien juste perpétuer un climat anxiogène. Je ne porte jamais le masque en extérieur et je flaire de loin la marée chaussée. D’ailleurs je pense que les policiers municipaux ne sont pas à même de verbaliser car j’en ai croisé souvent qui ne m’ont rien dit . C’est la gendarmerie nationnale qui verbalise , enfin, je crois !

  3. c’est curieux même si on peut le croiser de temps en temps aux halles le procureur n’ a jamais remarqué ni demandé à la PM d’intervenir sur un bar en face de la sortie. Pourtant tous les jours à toutes heurs des gens sont rassemblés avec ou sans masque pour consommer et pendant des heures . C’est vrai aussi qu’on y rencontre beaucoup d’élus municipaux ceci expliquant sans doute cela.
    C’est plus confortable de verbaliser des ados qui subissent plus que tous les autres cette situation abracadantesque. En passant aux halles comment peuvent -ils comprendre le procureur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité