A la uneActualitésSociété

ALÈS La direction de l’hôpital évaluée par une partie du personnel : 0,2/10 de moyenne générale !

Sonia André ce midi devant l'hôpital d'Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Sonia André ce midi devant l'hôpital d'Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Sonia André ce midi devant l'hôpital d'Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard

En octobre dernier, les membres de la CGT de l’hôpital d’Alès ont distribué une évaluation au personnel de l’hôpital d’Alès pour que celui-ci note sa direction. À en juger par les résultats révélés ce jour par le syndicat, la direction serait une très mauvaise élève aux yeux des votants.

Les notes obtenues par la direction de l’hôpital d’Alès sont tellement mauvaises qu’elles en seraient presque suspectes : 0,13/10 en communication, 0,09/10 en écoute, 0,1/10 pour la réactivité, 0,07 pour ce qui est de la reconnaissance… On en passe et des pires ! Mais pour Sonia André, la secrétaire CGT, rien de louche, bien au contraire. Les 310 évaluations reçues et analysées (sur environ 1 600 agents, NdlDLR) traduisent l’ambiance générale qui règne au sein du centre hospitalier et en disent long sur les méthodes de cette « direction solitaire et non solidaire ».

Le personnel hospitalier était invité à noter sur une échelle de 0 à 10 différents aspects de sa direction comme la communication, l’anticipation, la transparence, le respect… Et, éventuellement, agrémenter la copie d’observations. « On ne s’attendait pas à ces mots-là de la part des agents. On a lu des mots durs. C’en est même triste. C’est la grosse alarme : sauvez-nous de cette direction ! On n’en peut plus ! », s’inquiète Sonia André.

Sonia André montre le résultat de l'évaluation. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Sonia André montre le résultat de l'évaluation. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Au milieu d’une petite trentaine de personnes réunie devant l’entrée principale de l’hôpital, ce mardi après-midi, micro en main la militante a également dénoncé « le virus de la "gestionnite aigüe" » et rappelé les maux qui frappent les agents : « Fatigue, lassitude, épuisement, sentiment de mépris, trop peu de reconnaissance et de considération, dégradation des conditions de travail et d’accueil des patients, injustice et favoritisme… » Autant de blessures qui, pour une fois, ne nécessitent pas de lits supplémentaires. Sonia André conclut : « Madame la direction, regardez la vérité en face. Non l’hôpital ne se porte pas bien : le déficit ne cesse d’augmenter autant que son attractivité diminue et cela grâce à vous et à votre gestion calamiteuse ».

Tony Duret

* Nos différentes tentatives pour joindre la direction de l’hôpital sont restées vaines.

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité