Alès-CévennesSociété

SAINT-CÉSAIRE-DE-GAUZIGNAN Le nouveau distributeur de pain ne fait pas un four

Réapprovisionnée tous les matins, la machine est en service 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. (Photo Corentin Migoule)
Réapprovisionnée tous les matins, la machine est en service 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. (Photo Corentin Migoule)

Implanté depuis quelques jours place de la mairie, le distributeur de pain et de viennoiseries a été mis en service ce vendredi. Malgré la pluie qui a accompagné ses premières heures de vie, le dispositif séduit déjà les Saint-Césairois. À Ners et à Saint-Hippolyte-de-Caton, deux communes voisines, une structure identique a aussi été installée. 

Du pain frais, des croissants, des brioches, des fougasses... Autant de plaisirs simples auxquels n'avaient pas forcément droit les Saint-Césairois. Petite commune de 400 âmes située à une vingtaine de minutes d'Alès, de Nîmes et d'Uzès, Saint-Césaire-de-Gauzignan est dépourvue de boulangerie depuis longtemps. "On n'a plus de boulanger ambulant non plus alors qu'on en a eu un pendant des années", précise Frédéric Gras, premier édile depuis 2008.

Alors, lorsque la société Ledistrib'pain a tapé à la porte de la mairie avec une proposition alléchante dans l'escarcelle, la municipalité s'est empressée de l'accepter. D'autant que "ça ne nous coûte rien à part une prise électrique pour alimenter la machine", se réjouit le maire saint-césairois. Une machine qui a pris place à deux pas de la mairie, près de la boîte aux lettres de la Poste, depuis quelques jours et qui, dès sa mise en service ce vendredi matin, a conquis de nombreux habitants malgré la pluie (notre photo).

Plusieurs moyens de paiement s'offrent au client : en espèces ou par carte bancaire, avec ou sans contact. (Photo Corentin Migoule)

Un succès tel que Sébastien Seguin, prestataire qui loue la machine et se charge de son approvisionnement journalier, a dû la ravitailler en milieu d'après-midi. "Il y a quarante étagères dans le dispositif. 20 pour le pain et 20 pour les viennoiseries. Dès qu'il n'y en a plus que cinq de chaque côté qui sont remplies, une petite puce placée dans la machine m'envoie un signal", explique celui qui est aussi gérant du snack La terrasse de Baboune sur la rocade sud d'Alès.

Si cette affaire fait tout sauf un four pour son démarrage, c'est en partie parce que Sébastien Seguin s'approvisionne chez son ami Stéphane Granier, boulanger implanté à Saint-Hilaire-de-Brethmas. "Il a des bons produits", promet le prestataire. "Pour l'instant il y a un effet de curiosité qui fait venir les gens mais seule la qualité les fidélisera", veut croire Frédéric Gras, qui espère que "tout le monde jouera le jeu pour ceux qui en ont vraiment besoin." 

Peut-être pense-t-il aux aînés qui n'avaient pas toujours la possibilité de prendre le volant pour se rendre à la boulangerie la plus proche (La petite Maurice à Saint-Maurice-de-Cazevieille). "C'est aussi plus écologique puisque certains prenaient leur voiture pour aller à Vézénobres à dix kilomètres. 20 kilomètres aller-retour pour acheter une baguette... Le bilan carbone n'était pas très positif", rajoute l'édile, heureux de mettre à disposition ce "nouveau service de proximité." 

Corentin Migoule

Par l'intermédiaire de Sébastien Seguin, la société Ledistrib'pain a fait installer deux autres machines : à Ners, sur le parking de la salle polyvalente, et à Saint-Hippolyte-de-Caton, dans la cour de la mairie.

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité