ActualitésPolitique

DÉPARTEMENTALES Nîmes 4 : l’heure est-elle venue pour le binôme Séguy-El Hadi ?

La socialiste Fatima El Hadi et l'insoumis François Séguy (Photo : Coralie Mollaret)

Engagés en politique, ces militants ont parfois fait passer l’intérêt du parti avant le leur. Avec l’union de la Gauche, ils ont une chance de déloger les élus Les Républicains sortants, Richard Tibérino et Véronique Gardeur-Bancel. 

Ils sont les challengers de ce canton. « Ils », c’est le binôme composé de l’Insoumis François Séguy et de la socialiste Fatima El Hadi. Il y a encore quelques semaines, ces deux candidats ne se connaissaient pas. Pourtant, ils ont quelques points communes. En parallèle de leur carrière professionnelle, ces militants ont « donné du temps à la politique pour défendre leurs valeurs. » 

François Séguy, 64 ans, est un chauffeur de bus à la retraite. Il a été élu d’opposition à la Ville de Nîmes de 2014 à 2020. Bien qu’en désaccord avec son parti aux dernières Municipales, l’Insoumis a refusé d’intégrer la liste des communistes par « fidélité » à la France insoumise. Fatima El Hadi, elle a 47 ans. Elle travaille dans le secteur du service à la personne. Militante socialiste, elle  a « fait toutes les campagnes électorales, même quand je n’étais pas forcément d’accord avec le candidat désigné. »

En avril, les partis de la Gauche gardoise ont scellé un « accord d’union historique. » Le but ? Permettre à la mouvance de conserver le Conseil départemental, tout en se débarrassant de la majorité relative qui a plongé, ces six dernières années, la Gauche dans des négociations constantes avec la Droite afin de valider les budgets. Pour l'emporter, les partenaires misent sur les cantons des grandes villes, comme Nîmes et Alès.

Quel avenir pour le collège Condorcet ?

Ce cantonne Nîmes 4 regroupe les quartiers de Pissevin, Valdegour mais aussi Capouchiné, Puech du Teil ou encore Saint-Césaire. Unie, la Gauche a une opportunité d’emporter ce canton, récupéré par la Droite en 2015. Mais la crise sanitaire a tendance à dissuader les électeurs de se rendre aux urnes et plus particulièrement ceux de Gauche. Pour susciter l'adhésion des habitants, les candidats mettent en avant leurs personnalités « ancrées dans les réalités du territoire », désireux de « se rendre utile. »

Les enjeux sur le quartier sont nombreux, comme l’avenir du collège Condorcet à Pissevin. Un établissement qui regroupe près de 600 élèves, issus pour beaucoup de milieux défavorisés. Lors du précédent mandat, la majorité a fermé le collège Diderot afin de scolariser les jeunes dans des établissements « plus favorisés. » Si la « mixité scolaire est primordiale », pour François Séguy, « elle peut aussi se faire en faisant venir des gens du centre ville dans les quartiers !  » 

Le programme sera dévoilé ces prochains jours. « Nous pouvons vous dire que nous proposerons la création d'un Conseil départemental des jeunes », indique Fatima El Hadi. Avant de préciser : « le canton ne regroupe pas uniquement les quartiers. N'oublions pas les secteurs comme Saint-Césaire, un petit village dans la ville. » Un petit village dans lequel, François Seguy a d'ailleurs bon nombre de souvenirs de jeunesse… 

Coralie Mollaret 

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité