ActualitésAlès-CévennesEconomie

ALÈS La colère d’une commerçante qui se sent « arnaquée par l’État »

Jennifer Perdiguet affiche sa colère sur les réseaux sociaux. (Capture d'écran Facebook)
Jennifer Perdiguet affiche sa colère sur les réseaux sociaux. (Capture d'écran Facebook)

Propriétaire de pas moins de quatre boutiques dans l'agglomération d'Alès, Jennifer Perdiguet, dans une vidéo publiée sur Facebook hier soir déjà visionnée par plus de 7 000 personnes, pousse un coup de gueule contre l'État suite à la suppression d'une aide sur laquelle elle comptait.

Dans une vidéo publiée ce jeudi soir sur la page Facebook de sa boutique de prêt-à-porter alésienne, Jennifer Perdiguet, qui n'a "pas l'habitude de polémiquer", dit n'avoir pas d'autre choix que de "dénoncer une arnaque de l'État". La jeune femme, propriétaire de quatre boutiques dans l'agglomération d'Alès, rappelle dans un premier temps qu'elle s'est échinée à développer la vente en ligne, "fortement poussée par le gouvernement", pour faire face à trois confinements et cinq mois de fermeture.

S'exprimant "au nom de nombreux commerçants qui sont dans la même situation que nous", Jennifer Perdiguet, qui a créé "en moins de cinq ans une dizaine d’emplois", évoque "des règles qui ont changé" puisque les ventes réalisées sur internet seront désormais comptabilisées dans son chiffre d'affaires, ne lui permettant plus de prétendre aux aides. Une aide de 10 000 euros qui lui aurait permis de "payer le loyer, les crédits et les traites chez les fournisseurs" et qui va lui "passer sous le nez" car elle a "osé travailler".

"Ceux qui se sont bougés vont avoir moins que ceux qui sont partis en vacances"

Pour faciliter la compréhension de la situation, la cheffe d'entreprise prend alors un exemple : "Des commerçants à Lyon qui ont fermé le 27 mars, six jours avant nous, et qui auront fait le même chiffre d'affaires que nous en Click and Collect au mois d'avril, auront droit à 10 000 euros pendant que nous n'aurons droit qu'à 1 500 euros."

Si elle admet avoir "fait du chiffre", la gérante du Duplex dit avoir "sacrifié" sa marchandise pour écouler ses stocks et n'a donc pas réalisé de bénéfice. Cette dernière estime que "ceux qui se sont bougés en France vont avoir moins que ceux qui sont partis en vacances, qui ont décidé de ne pas ouvrir leur commerce". Un constat "amer" pour la jeune femme qui n'entend pas vivre éternellement dans "cette injustice".

Corentin Migoule

Facebook "Le Duplex Alès" pour visionner la vidéo en intégralité.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité