Bagnols-UzèsSociété

BAGNOLS/CÈZE Grève chez les agents municipaux

Un mouvement de grève des agents de la mairie de Bagnols s'est tenu ce matin devant la mairie (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Une délégation est montée en mairie pour être reçue par le maire de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

D’ici au 1er janvier 2022, les agents des collectivités devront passer aux 1 607 heures de travail annuelles, c’est la loi. Aux communes de décider des modalités de ce passage, et c’est là que le bât blesse dans de nombreuses collectivités, comme à Bagnols. 

Ainsi, un mouvement de grève se tenait ce jeudi matin, et une centaine d’agents selon les syndicats sur les environ 300 que compte la mairie était au pied de l’hôtel de ville pour dire son mécontentement quant aux modalités choisies par la mairie. Ce mouvement était initié par les deux syndicats représentés au sein de la mairie, la Fédération des autonomes (FA) et Force ouvrière services publics (FO) car « nous avons consulté les agents, et une très large majorité, 78 % s’est prononcée pour le passage aux 38 heures hebdomadaires, malgré ça le maire veut imposer les 36 heures », résume Lucas Grande, représentant local de FO services publics. 

Vu comme ça, on a du mal à comprendre que les syndicats soient pour une semaine plus longue. Sauf que travailler 36 heures au lieu de 38 « nous fait perdre 12 jours de congés », poursuit le syndicaliste. Et alors que « nous proposons de donner une heure de travail en plus par semaine pour garder nos acquis », précise Katia Faure, représentante locale de la FA. 

Après plus de six mois de discussions, les syndicats ont l’impression d’une « discussion fermée », pour reprendre les termes de Katia Faure, avec le maire et son directeur général des services. Les syndicats regrettent aussi « de ne plus arriver à avoir de rendez-vous avec le maire », affirme Katia Faure. D’ailleurs, le secrétaire départemental de FO services publics, Thierry Biville, avance que le maire n’a pas reçu les syndicats dans le cadre du préavis de grève « contrairement au droit du travail. » 

Du côté de la mairie, on reconnaît que les 36 heures sont la solution retenue « car elle permet de mieux gérer les services, donne une semaine de quatre jours et demi au lieu de cinq et une gestion plus efficace pour la continuité du service public. » Le maire, Jean-Yves Chapelet, a reçu les syndicats ce jeudi matin et il a décidé d’annuler le comité technique qui devait entériner le passage aux 36 heures demain. 

À la place, une matinée de négociations est au programme pour arriver à un consensus entre les deux parties. « Et ensuite il nous restera six mois pour travailler sur les cycles de travail et les spécificités de chaque service », fait-on savoir du côté de la place Mallet. Plusieurs hypothèses sont sur la table, comme des contreparties pour le passage aux 36 heures ou un passage aux 37 heures. 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité