A la uneActualitésGard

FAIT DU JOUR La Maison des compagnons du devoir en chantier : une opération à près de 2 M€

Parmi les travaux engagés dans la maison des compagnons du devoir, la création d'un deuxième laboratoire dédié à la formation boulangerie-pâtisserie. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Loi Ad’AP et augmentation des inscriptions dans certaines filières… La Maison des compagnons du devoir de Nîmes est au coeur d’un vaste chantier qui se poursuivra jusqu’en 2023. Coût de l’opération : presque deux millions d’euros.

Construite en 1970 dans le secteur ouest de Nîmes, la Maison des compagnons du devoir de Nîmes, classée « Patrimoine du XXe siècle » et « Site patrimonial remarquable », n’avait jusqu’alors pas subi de grandes transformations. Son avenir avait même été remis en question en 2016,  au moment où un nouveau centre sortait de terre, tout près de Montpellier, à Baillargues. Mais après réflexion, la direction avait pris le parti de conserver le siège régional à Nîmes et de proposer une offre de formations complémentaire entre les deux centres. À Nîmes, elle se concentre sur le gros oeuvre et la boulangerie-pâtisserie.

Parmi les travaux engagés dans la Maison des compagnons du devoir, la création d’un deuxième laboratoire dédié à la formation boulangerie-pâtisserie. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Cette dernière formation a justement le vent en poupe, le succès des émissions télévisées ne serait pas étranger à ce phénomène. Et pour pouvoir répondre à cette demande grandissante dans le cadre de l’apprentissage, mais aussi du tour de France des Compagnons, le centre nîmois s’est doté d’un deuxième laboratoire. Un chantier subventionné par le Conseil régional d’Occitanie. « Aujourd’hui, nous avons une partie pâtisserie et une partie boulangerie, alors qu’avant elles étaient réunies dans un seul laboratoire. Ce sont deux métiers bien distincts, ça nous permet donc de ne pas les mélanger et d’accueillir plus de jeunes. L’enjeu est de faire de Nîmes, le centre de formation de référence dans ces domaines, avec Bordeaux et Strasbourg« , explique Maxime Loustau, le prévôt de la Maison des compagnons du devoir de Nîmes.

« Nous recherchons des financeurs »

S’ajoute à ces travaux, la rénovation de l’ensemble de la partie hébergement, soit une centaine de chambres dont le dernier rafraîchissement remonte à une dizaine d’années. Une opération qui se déroulera en trois tranches jusqu’en 2023 pour une enveloppe d’1,1 million d’euros. Un montant financé par l’association, pour l’heure en tout cas. « Nous recherchons des financeurs et espérons être aidés par la Caisse d’allocations familiales« , indique le prévôt âgé de 23 ans. Une aide également espérée pour le chantier engagé sur la partie restauration puisque la salle à manger a déménagé à l’étage, dans un espace plus grand, là encore pour répondre à une hausse de la fréquentation tout en respectant les consignes sanitaires liées au covid-19. Très prochainement, un bâtiment sera construit à côté du réfectoire et accueillera les nouvelles cuisines.

Julien Plantier, premier adjoint à la Ville de Nîmes, a visité la maison des compagnons du devoir à Nîmes le 10 novembre dernier. (S.Ma/ObjectifGard)

Enfin, et le sujet est important car il concerne la loi Ad’AP, depuis le mois d’août dernier, des travaux sont en cours pour améliorer l’accessibilité du site notamment pour les personnes à mobilité réduite. Cela comprend entre autres, l’installation d’un ascenseur, le déménagement de l’accueil… L’ampleur des chantiers engagés est colossale, Julien Plantier, premier adjoint de la ville de Nîmes, délégué à l’Urbanisme, a pu s’en rendre compte le 10 novembre dernier, à l’occasion d’une visite des lieux en présence du Provincial Occitanie-Méditerranée, Philippe Toulon et du délégué régional des Compagnons, Julien Amiano. Une visite organisée pour le renouvellement du bail emphytéotique entre la municipalité et l’association, pour un morceau de terrain sur lequel se trouve La Capitelle, un espace de détente et de rencontres réservé au public de la Maison des compagnons du devoir.

Les équipes de la ville de Nîmes ont pu constater les problèmes d’accès à la Maison des compagnons du devoir liés au passage du Trambus. (Photo : S.Ma/ObjectfiGard)

Ce rendez-vous a également été l’occasion d’échanger sur les problèmes d’accès rencontrés depuis la mise en service du Trambus sur Nîmes-ouest. Ce dernier circule sur l’ancien chemin des Compagnons et donc ne permet plus aux équipes et personnes accueillies à la maison des compagnons d’emprunter la voie d’accès depuis la RN106. Le parking a par ailleurs été fortement diminué. Les services de la Ville travaillent sur le sujet. Reste à savoir si la municipalité répondra à l’appel du pied lancé par le trio des Compagnons pour participer au financement des travaux concernant les parties hébergement et restauration.

Stéphanie Marin 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité