A la uneActualitésBagnols-Uzès

FAIT DU SOIR Maison Sinnae, l’union fait l’excellence

Grégory Brunel est le vice-président de Maison Sinnae (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Maison Sinnae (Photo : Adeline Justamon / Maison Sinnae)

Maison Sinnae, ex Laudun-Chusclan Vignerons, est l’une des principales caves coopératives de la vallée du Rhône, avec un potentiel de production de 150 000 hectolitres par an.

Pas de quoi en faire une multinationale déshumanisée pour autant. La cave compte chaque jour sur ses 170 coopérateurs et ses 52 salariés pour proposer la gamme la plus large possible dans les trois couleurs, reflet de l’excellence du terroir du Gard rhodanien.

Des cuves inox rutilantes, des barriques traditionnelles. Nous sommes au chai de blanc de Maison Sinnae, à Laudun. Un site symbole du renouveau entamé par Maison Sinnae il y a une dizaine d’années maintenant. Pour comprendre ce renouveau, il faut rembobiner. Nous voici en 2008, et le début du troisième millénaire a été difficile pour les caves de Laudun et de Chusclan, créées respectivement en 1925 et 1939. Une météo difficile conjuguée à un marché pour le moins atone provoquent une importante crise sur le secteur, et les caves doivent fusionner ou périr. Certaines ne s’en relèveront pas, d’autres, comme Laudun et Chusclan, mettront un mouchoir sur les rivalités anciennes pour travailler ensemble.

Treize ans plus tard, plus personne ne conteste que ce choix a été payant. Avec cette fusion, la cave a atteint une taille critique qui lui permet notamment une belle présence en grande distribution et d’importants investissements. Ainsi en 2013, Laudun-Chusclan Vignerons lance un plan d’investissements de quinze millions d’euros, dont une bonne partie pour miser sur les vins blancs. Un choix qui peut alors paraître surprenant, les côtes du Rhône étant surtout connues pour leurs rouges. « Nous avions le potentiel », rejoue Grégory Brunel, vice-président de Maison Sinnae. Car sur ce terroir, on a toujours produit du blanc. Alors on mise sur ce point fort, et en 2014 un chai de blanc de 3 000 m2 est inauguré à Laudun.

Maison Sinnae (Photo : Adeline Justamon / Maison Sinnae)

« Nous avons 15 000 hectolitres de cuverie dédiés, présente Grégory Brunel. C’est une des particularités de la cave pour aller chercher une qualité optimale sur le blanc, et cet investissement a été permis par notre regroupement. » Un choix payant. La cave, qui propose par ailleurs du côtes du Rhône et côtes du Rhône Villages Laudun et Chusclan, de l’IGP Oc et un peu de cru Lirac, est reconnue pour ses blancs. « Nous sommes visibles sur les blancs et nous avons les volumes pour répondre à la demande », note Emmanuelle Rapetti, directrice de la communication de la cave. Le tout avec « des profils de blancs très différents », ajoute-t-elle.

En pointe sur la diversification

De quoi aussi et surtout permettre à la cave de se diversifier. La plupart des caves des côtes du Rhône sont majoritairement, pour ne pas dire exclusivement pour certaines, productrices de vin rouge. Or, le vin rouge perd chaque année des parts de marchés, une tendance de fond régulièrement rappelée par l’interprofession de la vallée du Rhône présidée par Philippe Pellaton, par ailleurs président de Maison Sinnae. Sa cave montre donc l’exemple, avec une production à 69 % en rouge, à 19 % en rosé et à 12 % en blanc, ce qui fait de Maison Sinnae le plus gros producteur de blanc des côtes du Rhône et un des plus importants en rosé.

La gamme de Maison Sinnae (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La diversification se retrouve aussi dans la gamme de Maison Sinnae. « Nous sommes une grande cave qui fait beaucoup de cuvées, avance Grégory Brunel. On ne va pas chercher la microcuvée mais pas loin, avec des cuves de domaines de 100 hectolitres à Chusclan par exemple. Ce sont de beaux challenges. » Car n’allez pas croire que le côté coopératif d’une cave veut dire qu’on mélange tous les vins ensemble. Ici l’idée est « d’aller chercher le terroir, la différence, poursuit le vice-président de la cave. On sait faire de la grande masse, et du cousu main ». À tous les prix.

« Le métier évolue en permanence »

Pour le cousu main, « nous sélectionnons du terroir à la barrique, avec des bois différents, pas que du chêne, nous faisons des tests », note Grégory Brunel. Pour certaines cuvées, comme l’exclusive Villa Sinnae, qu’on retrouve sur les meilleures tables, c’est aux œnologues que revient le choix des barriques. De quoi également aller vers une autre tendance de fond : celle de la montée en gamme des Côtes du Rhône, et son engagement de plus en plus prégnant en faveur de l’environnement.

Aujourd’hui, la majeure partie du vignoble de la cave est certifiée à Haute valeur environnementale (HVE), une mention officielle qui garantit que les pratiques agricoles utilisées préservent l’écosystème naturel et réduisent au minimum la pression sur l’environnement, et la part du bio est en constante augmentation.

Maison Sinnae (Photo : Adeline Justamon / Maison Sinnae)

D’ailleurs, la cave expérimente de nouvelles solutions, notamment avec l’installation de nichoirs à mésanges et à chauve-souris sur son vignoble pour limiter l’utilisation de produits phyto- sanitaires. « Les acheteurs demandent de plus en plus des produits certifiés et engagés », relève Emmanuelle Rapetti. Dans la même veine, la cave développe le « sans sulfites » depuis trois ans déjà. Un marché là aussi en pleine expansion.

« Le métier évolue en permanence », analyse Grégory Brunel. Il faut dire que le climat évolue lui aussi. « Il y a un gros enjeux, et un projet d’irrigation qui doit absolument voir le jour », poursuit le vigneron, qui expérimente de son côté sur ses terres un cépage, le brun argenté, « originaire de Chusclan et résistant à la sécheresse ». Plus largement, « nous avons des essais à faire sur d’anciens cépages un peu oubliés », rajoute Grégory Brunel. Dans le vin aussi, l’histoire détient une partie de l’avenir.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité