ActualitésBeaucaireCulture

FAIT DU SOIR « C’est toi que j’attendais », un documentaire sensible sur les différents parcours de l’adoption

Le comédien Youssef Hajdi et la réalisatrice Stéphanie Pillonca étaient vendredi soir au cinéma Le Rex à Tarascon. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

La réalisatrice du téléfilm à succès Apprendre à t’aimer, Stéphanie Pillonca, était à Tarascon vendredi dernier pour présenter son nouveau documentaire, C’est toi que j’attendais. Un film sensible et d’une grande beauté qui raconte différents parcours d’hommes et de femmes liés à l’adoption.

Discrète et bavarde à la fois. Tel est le paradoxe de Stéphanie Pillonca. Cette journaliste devenue réalisatrice ne se planque pas derrière sa caméra, elle vit les histoires qu’elle raconte, s’implique tout en laissant la parole à ses protagonistes. Dans la fiction inspirée de faits réels, Apprendre à t’aimer, elle s’attaquait au sujet du handicap et de la trisomie 21. On y découvrait la petite Nîmoise, Camille, âgée de quelques mois, aux côtés de Julie de Bona et Ary Abittan. « C’est une personne qui met de la profondeur dans ce qu’elle fait. Elle est venue à la rencontre des parents, a été à l’écoute et deux ans après, elle continue à prendre des nouvelles de Camille. C’est quelqu’un de très humain« , témoigne Marjorie, la maman de la petite comédienne en herbe.

Stéphanie Pillonca, réalisatrice du documentaire « C’est toi que j’attendais ». (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Cette humanité, le public la découvre à nouveau dans le documentaire, C’est toi que j’attendais, sorti le 22 décembre dernier. L’adoption est au coeur de ce film et pas seulement du point de vue des adoptés et des adoptants. Après des mois et des mois d’enquête, des heures passées au téléphone, de multiples messages envoyés sur les réseaux sociaux, plus de 200 rencontres avec des couples en attente d’enfants ou d’agrément d’adoption etc, Stéphanie Pillonca nous plonge dans l’intimité de conjoints qui souhaitent adopter un enfant et attendent impatiemment l’appel qui fera basculer leurs vies. Mais c’est aussi l’histoire d’Alexandra qui recherche par tous les moyens son fils né sous X, ou Sylvian qui se bat chaque jour pour retrouver sa mère biologique. Des parcours du combattant et pourtant les sourires s’imposent sur le grand écran, une forme de pudeur dans le plus profond de l’intime.

Youssef Hajdi, comédien et parrain de l’association Les Têtes à clap. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Ce film ne fait pas que raconter, il a créé des trajectoires de vie étonnante. Alexandra par exemple. Rencontrée en Angleterre, cette mère de l’ombre âgée de 45 ans, a fait le choix de faire appel à un détective suite à sa rencontre avec Stéphanie Pillonca. Sous l’autorité de ses parents, elle n’avait eu d’autre choix que d’abandonner son petit garçon prénommé Christophe, alors qu’elle n’avait que 16 ans. Invitée par l’association beaucairoise Les Têtes à clap, la réalisatrice a présenté son documentaire vendredi dernier au cinéma Le Rex à Tarascon. Le comédien Youssef Hajdi, parrain de l’association, était à ses côtés. « Stéphanie ne sait pas faire semblant, quand elle commence quelque chose, elle ne se pose pas de questions. Elle est en phase avec ce qu’elle raconte« , a-t-il expliqué.

Celle qui voulait « être Céline Dion à 20 ans« , a pris « la responsabilité de raconter des parcours de vie. Ce ne peut pas être que de la technique, il y a un supplément d’âme qui fait que je dois m’impliquer, parfois un peu trop, je reconnais des erreurs« , a-t-elle réagi. Lors de cette rencontre, Stéphanie Pillonca a, à son tour, salué l’implication du public : « Acheter un ticket de cinéma est devenu un acte politique. Il est important de faire vivre l’exception culturelle française, de nous permettre de raconter des histoires, des trajectoires de vie, ça nous donne des forces. » C’est toi que j’attendais est toujours à l’affiche des cinémas. Le téléfilm, Apprendre à t’aimer sera quant à lui rediffusé sur M6 le 15 février prochain à 21h.

Stéphanie Marin

>> À lire aussi : FAIT DU JOUR. Youssef Hajdi enrôlé par Jean-Pierre Jeunet pour « BigBug »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité