ActualitésGardSociété

TOROS Tarascon organise une très belle novillada

Parejo (Photo Anthony Maurin).
Christian Parejo a marqué les esprits, ici en août 2021 à Saint-Gilles (Photo archives Anthony Maurin).

Pour sa feria de la Jouvènço, Tarascon proposera cette année encore une bien jolie novillada. Marque de fabrique de ces arènes, les jeunes auront toute leur place lors de ce rendez-vous traditionnel.

Réunie le 6 avril dernier, la Commission taurine extra-municipale (CTEM) de Tarascon a définitivement arrêté le cartel de la novillada de la Jouvènço, septième du nom qui se déroulera le samedi 9 juillet. Après César Palacios en 2019, et Loren en 2021, c’est cette année une œuvre du peintre madrilène Vicente Arnás qui illustrera le cartel de Tarascon.

Fidèle à sa ligne, la CTEM a souhaité, une fois encore, récompenser les novilleros qui se sont distingués au cours de la saison écoulée. Elle a aussi souhaité aider un torero qui débute dans la profession et a déjà remporté des succès probants lors de la temporada écoulée. Du côté des éleveurs, ce sera de nouveau une ganaderia française qui sera présente à Tarascon et, dans ce cas précis, un élevage qui y fera sa présentation.

Tristan les genoux à terre accueille son Fernay ici à Arles en 2020 (Photo archives Anthony Maurin).

Ainsi, le cartel de la novillada du 9 juillet est établi comme suit. Les novillos seront issus de la ganaderia du Vieux Sulauze (Christophe Fano) qui fera ainsi sa présentation à Tarascon. Face à ces bichos d’origines variées, Conde de la Corte, Atanasio Fernandez et Murube, les jeunes auront fort à faire.

Premier parmi ces « petits » : Tristan. Pas si petit que ça dans le métier. Il a déjà remporté le prix Nimeño II en 2021. Tristan Espigue, de son nom de famille, est dans tous les bons coups et montre d’année en année que son toreo évolue.

Un compagnon de cartel qu’il connaît par coeur sera à ses côtés. Christian Parejo, meilleur novillero dans le Sud-Est de la France en 2021. Dans le coin, on l’a vu à maintes reprises car il est licencié à l’école taurine de Béziers. Autre Biterrois qui sera du cartel, Clemente Jaume, auteur d’une courte mais intéressante saison de cinq novilladas pour huit oreilles. Le jeune n’a été vu qu’une seule fois en France, à Istres très précisément, où il avait coupé une oreille.

Une œuvre du peintre madrilène Vicente Arnás pour Tarascon 2022

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 38 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité