ActualitésGardSanté

GARD Le dispositif de surveillance renforcée au moustique tigre activé

(photo libre de droits / James Gathany)
Le moustique-tigre est une espèce assez agressive, originaire d’Asie, qui est apparue dans le Gard il y a une dizaine d’années. (photo libre de droits / James Gathany)

Depuis plusieurs années le moustique tigre est implanté et actif dans toute la région Occitanie. Un dispositif de surveillance renforcée est mis en œuvre par les autorités sanitaires avec leurs partenaires pour limiter son implantation et prévenir le risque d’importation des virus dont il peut être le vecteur (dengue, chikungunia, zika).

Chaque année, pour limiter son implantation et prévenir le risque d’importation des virus dont il peut être le vecteur (dengue, chikungunia, zika), les autorités sanitaires avec leurs partenaires mettent en œuvre un dispositif de surveillance renforcée au moustique tigre du 1er mai au 30 novembre. L’ARS (Agence régionale de santé) précise notamment les bons réflexes à adopter pour lutter contre l’implantation du moustique tigre et les précautions à adopter par les voyageurs en cas de séjour dans une zone tropicale.

Le dispositif de surveillance renforcée est activé du 1er mai au 30 novembre, période d’activité du moustique tigre. Ce dispositif repose sur trois axes : Une surveillance renforcée des populations de moustiques (surveillance entomologique), une sensibilisation des personnes résidant dans les zones où ces moustiques sont présents et actifs ainsi que la lutte contre ces moustiques et leurs larves constitue l’un des principaux moyens d’éviter la transmission de virus. C’est un réflexe à acquérir chez soi pour se protéger de manière collective précise l’ARS.

Une surveillance médicale renforcée des cas humains des maladies que ce moustique peut véhiculer : chikungunya, dengue et zika (surveillance épidémiologique). Cette surveillance mobilise les professionnels de santé de toute la région pour qu’ils effectuent le signalement immédiat à l’Agence régionale de santé de tout patient présentant des symptômes de dengue, chikungunya ou zika. En cas de confirmation d’un cas suspect, et après une enquête entomologique visant à vérifier la présence de moustique tigre, un traitement insecticide est organisé dans les lieux de passage du malade.

Pour les voyageurs en zone tropicale, l’ARS recommande d’être vigilant sur place et au retour. Consultez votre médecin en cas de symptômes (fièvre brutale, douleurs articulaires, courbatures, et/ou éruptions cutanées…) jusqu’à une semaine après votre voyage en lui signalant votre voyage et lieu de séjour. En Occitanie, en 2020, la majorité des cas signalés (dengue) était des voyageurs de retour des départements et régions d’outre-mer qui faisaient face à une épidémie de dengue.

Pour en savoir plus sur l’enquête et les traitements, rendez-vous sur le site : www.occitanie.ars.sante.fr

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité