A la uneActualitésGardNîmesSociété

FAIT DU JOUR Un périple pour l’Œuvre des pupilles : 600 km en 29 jours

Nicolas Curien, 37 ans, parcourra 600 km sur le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle pour récolter des dons dédiés à l'Oeuvre des pupilles. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Mise à l’arrêt à cause du contexte sanitaire, l’aventure de Nicolas Curien sera finalement lancée le 18 septembre prochain. En 29 jours, cet agent technique au Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Gard traversera sept départements sur un parcours long de 584 km.

Nicolas Curien, 37 ans, à l’arrivée du sentier des 4 000 marches, itinéraire emblématique du massif de l’Aigoual. (Photo : N.C.)

Nommé « La route des frérots » en 2020, ce projet initialement prévu en duo, se fera en solo et sous le nom de R.O.A.D soit Résilience, ODP, Aventure, Détermination. Après deux années d’attente, Nicolas Curien, agent technique au SDIS 30 et « pompier volontaire suspendu à défaut d’un schéma vaccinal complet« , précise-t-il, va pouvoir prendre le départ de ce périple long de presque 600 kilomètres, sur une partie du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Il reliera ainsi à pied le Puy-en-Velay, en Haute-Loire, à l’Aire-sur-l’Adour dans les Landes.

600 km, 29 jours, 25 étapes, 7 départements

Malgré cette mise à l’arrêt forcée et liée au contexte sanitaire, les motivations du trentenaire restent les mêmes : fédérer les pompiers et récupérer un maximum de dons au profit de l’association Œuvre des pupilles pour les orphelins des sapeurs-pompiers de France (ODP). Créée en 1926, cette association vient en aide aux orphelins des pompiers, dont un parent est décédé en service commandé ou hors service. Ils sont 1 600 en France dont une cinquantaine dans le Gard.

Nicolas Curien, encouragé par l’union départementale des sapeurs pompiers du Gard et du 12e bataillon des sapeurs pompiers de France, a déjà sollicité le soutien des 30 casernes gardoises. Son challenge, en plus de la performance physique et psychologique, sera de trouver des alliés sur son chemin, que ce soit des marcheurs ou des soldats du feu. Car à chacune de ses 25 étapes sur les sept départements qu’il traversera, le Gardois espère être accueilli dans les casernes locales. « Cette rencontre avec les pompiers sera très bénéfique, l’échange et le partage sont au coeur de ce projet« , explique-t-il.

« Je risque de connaître des jours difficiles à cause de possibles intempéries »

Le départ est prévu le 18 septembre et devrait s’achever – si tout se passe bien – le 16 octobre. Pour respecter ce délai qui correspond à ses congés, Nicolas devra tenir la cadence des 5 à 6 km/h pour atteindre son objectif des 25 kilomètres parcourus en moyenne par jour. « Il y a deux ans, cette marche devait avoir lieu au mois d’avril. En partant en septembre, je risque de connaître des jours difficiles à cause de possibles intempéries. »

Nicolas s’y prépare, il suit d’ailleurs un entraînement physique spécifique avec l’un de ses sponsors(*), l’Iron BodyFit de Calvisson. « Ce n’est pas le fait de faire 25 km dans la journée qui est compliqué, mais c’est la répétition, c’est de les faire pendant 29 jours. » Mais ce soldat du feu dans l’âme, même suspendu, pourra compter sur sa volonté de fer et son moral d’acier. « Je suis motivé, bien plus encore qu’il y a deux ans« , insiste-t-il.

La remise du chèque se fera en grande pompe dans les jours suivants son arrivée à Nîmes. Mais avant cela, et peu plus de trois mois avant son départ, Nicolas Curien recherche encore des sponsors et a déjà démarré sa collecte de fonds. Pour soutenir et suivre l’aventure R.O.A.D, cliquez ici.

Stéphanie Marin

*Memphis restaurant de Nîmes, Courant Vertical Living, Haix.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité