ActualitésAlès-CévennesEnvironnement

SAINT-MAMERT Un composteur collectif pour recycler les déchets alimentaires

Désormais, les administrés peuvent venir déposer leur biodéchets (Photo Corentin Corger)
Catherine Bergogne, maire de Saint-Mamert et Bernard Angelras, vice-président de Nîmes métropole (Photo Corentin Corger)

Dans le cadre de l’appel à projet « Territoires pilotes 100 % compostage » lancé par Nîmes métropole pour développer le tri à la source des biodéchets, la commune de Saint-Mamert-du-Gard vient d’obtenir un composteur collectif. Tous les habitants peuvent y déposer certains déchets alimentaires qui seront transformés en compost. 

Afin de sensibiliser au développement du tri des biodéchets (déchets alimentaires et autres déchets naturels biodégradables), Nîmes métropole a lancé un appel à projet intitulé « Territoires pilotes 100 % compostage ». Trois projets ont été retenus : le quartier nîmois du Clos des Gallines, la commune de Saint-Dionisy et celle de Saint-Mamert-du-Gard. Le mercredi 25 mai, c’était l’heure d’inaugurer le composteur collectif de cette commune de 1 660 âmes.

« On a choisi un endroit très fréquenté, facile d’accès et convivial. Composter est un enjeu fort de notre avenir. Il faut proposer aux citoyens des solutions pour recycler les biodéchets et rendre à la nature ce que l’on a prélevé », réagit la maire de la commune Catherine Bergogne. Près du parking de la place de l’école, un site de compostage est donc désormais installé. Les premiers administrés sont venus déposer leurs épluchures. La recette pour réaliser un bon compost : deux tiers de déchets humides et un tiers de sec. Coquilles d’oeufs, fruits et légumes en morceaux, reste de pâtes et de riz, filtre à café… voici les produits autorisés.

« Trier est quelque chose de noble »

En revanche, le pain et la viande ne sont pas les bienvenues. Cinq référents de la commune ont été formés pour veiller à la bonne composition du compost qui d’ici six mois pourra être réutilisé pour les espaces verts. À chaque fois, il faut veiller à ajouter des végétaux pour équilibrer la mixture. « Nous avons une obligation de réduire les déchets à la source avec un objectif de résultats. Près de 30 % de nos poubelles contiennent des déchets compostables. C’est dommage de les envoyer à l’incinérateur ! », explique Bernard Angelras, vice-président de Nîmes métropole, délégué à l’Environnement, à la collecte et au traitement des déchets.

Une installation comme celle-là coûte environ 500 € à l’Agglo. La volonté de l’élu est à terme d’équiper toutes les communes et les différents quartiers nîmois. « Au quotidien, on doit faire changer les mentalités. Trier est quelque chose de noble », poursuit Bernard Angelras. Ce compost servira aussi pour les jardins et potagers des Saint-Mamertois. En plus d’une première distribution, 165 composteurs individuels viennent à nouveau d’être donnés aux habitants. Sous la houlette de son maire, Saint-Mamert se place comme précurseur dans le recyclage des biodéchets et d’autres installations de composteurs sont prévues dans le village.

Corentin Corger

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité