Publié il y a 1 an - Mise à jour le 24.08.2022 - corentin-corger - 6 min  - vu 3006 fois

CROCO D’UN JOUR Mickaël Gas : "Quand je suis rentré, j’avais les larmes aux yeux"

Mickaël Gas lors du fameux face au Havre en 2013, aux côtés du Normand Mickaël Le Bihan et du Nîmois Pierre Bouby (Photo Tony Duret/Objectif Gard)

Le jeune Mickaël pour première saison chez les Crocos à six ans ! (Photo collection privée Mickaël Gas)

Tous les mercredis du mois d’août nous donnons la parole à des joueurs qui ont porté le maillot du Nîmes Olympique une seule fois en professionnel. Qu’ils soient connus, méconnus ou oubliés, ils nous livrent leur vie au NO et ils se souviennent de ce match qui les a fait entrer dans l’histoire du club. Découvrez, avec nous, ces Crocodiles pas comme les autres. Pour cette dernière semaine, on part à la rencontre de Mickaël Gas (29 ans). De sa première licence à six ans, le défenseur a gravi tous les échelons jusqu'à ce match en pro le 30 août 2013 contre Le Havre (0-0) en Ligue 2. Aujourd'hui entraîneur des U16 du Nîmes Olympique, cet amoureux des Crocos revient sur cette rencontre. 

 Objectif Gard : Pouvez-nous raconter votre parcours en jeunes au Nîmes Olympique ?

Mickaël Gas : Je suis arrivé à six ans au club et j’ai fait toutes les catégories de débutants jusqu’à ce match en pro. Je ne pense pas qu’il y en est beaucoup qui aient fait ça. À partir de 14 ans Fédéraux, j’ai commencé à vouloir aller un peu plus haut. Quand tu es jeune comme ça, tu es ambitieux. J’ai été formé avec Renaud Ripart et Gauthier Gallon qui sont mes deux meilleurs potes.

Quels entraîneurs vous ont-ils marqué durant votre carrière ?

Plusieurs m’ont vraiment marqué. Le plus, c’est arrivé tardivement, c’est Bernard Blaquart que j’ai eu en CFA avec la réserve. Il arrivait à concerner tout le groupe, d’un âne il t’en fait un cheval de course. Après il y a eu aussi Yannick Dumas qui a été longtemps mon coach ou encore Grégory Meilhac. J'en oublie certainement.

Comment ça se déroule quand vous passez en seniors ?

À 18 ans, je signe un contrat de stagiaire professionnel pour deux ans. La première saison je joue avec les 19 ans Nationaux et je fais quelques avec apparitions en réserve. La deuxième saison (2012/2013), je suis totalement avec la réserve sous les ordres de Jean-François Pien, aujourd’hui directeur du centre de formation du PSG. Je fais une saison pleine en CFA 2 et la saison d’après je repars encore un an en tant qu’amateur. Je veux partir mais on me dit de rester, Bernard Blaquart nous rejoint alors à l’été 2013 pour entraîner la réserve.

L'équipe réserve du NO lors de la saison 2012/2013. Mickaël Gas est le quatrième en haut en partant de la gauche. On remarquera Renaud Ripart en bas avec le brassard de capitaine (Photo collection privée Mickaël Gas)

Donc vous partez pour refaire une saison en CFA 2 ?

Oui, je joue la première journée contre Toulon (24 août 2013) où je fais un bon petit match. J’arrive la semaine d’après à la Bastide, Victor Zvunka, le coach de l’équipe première, me demande de venir m’entraîner avec les pros. C’était mon premier ou deuxième entraînement en pro. Ils avaient déjà disputé quatre journées et ils étaient sur une spirale négative. Je m’entraîne le jeudi soir avec eux et le vendredi je suis titulaire.

Riad Nouri me dit : "Félicitations petit !"

Comment apprenez-vous que vous faites partie du groupe retenu ?

J’ai encore l’image dans ma tête. Je prends mon sac à dos, je sors du vestiaire et Riad Nouri me dit : "Félicitations petit !". Sur le coup, je ne comprends pas et après je vois que je suis sur le tableau. Dès que je sors, j’appelle tout de suite mon père, c’était pour moi une grande fierté.

 Comment se déroulent la soirée et la journée du lendemain avant le match ?

Il n’y a pas plus d’excitation que ça. Comme je suis Nîmois, je préviens toute la famille et mes meilleurs amis, en leur demandant de venir me voir jouer aux Costières. Le lendemain, on va au stade poser les affaires puis on se rend à Nîmotel. Dans la chambre, je crois que j’étais avec Jérémy Cordoval. Pas trop de pression puis la causerie arrive et je vois que je suis titulaire donc je suis très content. Benoît Poulain était blessé et j’ai débuté avec Aurélien Boche. Et là, on commence à se préparer, à être dans le match.

Les titulaires nîmois au moment d'entrer sur le terrain pour affronter Le Havre (Photo collection privée Mickaël Gas)

Qu’avez-vous ressenti au moment d’entrer sur la pelouse ce 30 août 2013 ?

Quand je suis rentré, j’avais les larmes aux yeux. J’entendais ma famille dans la tribune, c’était fort en émotion. En tant que Nîmois, j’étais très fier. Après on est vite dans l’action. Car face à nous, il y avait quand même une super équipe du Havre avec des joueurs comme Riyad Mahrez, Walid Mesloub, Romain Saïss ou encore Maxime Le Marchand. On a beaucoup subi et on a fait 0-0 grâce à un grand Cyrille Merville ce soir-là.

Sur le plan personnel, comment avez-vous vécu cette rencontre ?

Ça a été un match compliqué. C’était mon premier match et il faut un petit temps d’adaptation. Parfois, on pense que l’on est tout de suite prêt alors qu’il faut prendre un peu le temps. On ne peut pas arriver du jour au lendemain et être le boss derrière car le jeu va beaucoup plus vite. Finalement, on n’a pas pris de but, ce qui est bien pour un défenseur. Toute l’équipe était soulagée d’avoir pris un point.

Avez-vous conservé votre maillot ?

Oui celui-là je l’ai gardé pour moi ! J’avais le numéro 33.

"Ce que je me reproche c’est le manque d’ambition"

 Ensuite que s’est-il passé ?

J’ai continué à m’entraîner avec les pros. On devait enchaîner avec un match à Évian en amical. Mais Bernard Blaquart me rappelle et me dit que j’ai le droit de jouer en réserve. Derrière, j’ai fait une paire d’entraînements. Pour te mettre petit à petit au niveau, il faut que l’on prenne le temps, que l’on t'essaie plusieurs fois. Mais voilà, c’est la vie. Je pense qu’il n’a pas manqué grand-chose.

Quoi exactement ?

Viser plus haut. Ce que je me reproche c’est le manque d’ambition. J’arrivais à vivre du football donc ça m’allait très bien. Je n’étais pas un grand aventurier donc c’était compliqué de partir loin. Après j’ai fait mon petit truc au FC Sète où je me suis régalé.

Mickaël Gas entraîne aujourd'hui les U16 du Nîmes Olympique (Photo Norman Jardin)

Après une nouvelle saison en CFA 2, vous quittez le club en juillet 2015. Pourquoi ?

À Nîmes j’avais fait mon temps, j’étais devenu un joueur de réserve. J’avais aussi besoin de voir autre chose. Je signe à Arles-Avignon, le club était encore professionnel et c’est à côté de la maison. Il venait de descendre en National, je me suis dit que j’allais avoir ma chance. D’ailleurs le coach était Victor Zvunka. J’intègre le groupe professionnel au bout d’une semaine. Mais quelques temps après les matchs amicaux, le club dépose le bilan. On se retrouve en DH après une rétrogradation administrative donc je pars. Et puis je fais quelques mois à Agde.

Vous jouez ensuite deux ans en N2 au FC Sète et en 2018 vous revenez au Nîmes Olympique. Pour quelle raison ?

La réserve du NO monte en N2. Le coach Yannick Dumas cherchait des joueurs cadres. Je l’avais eu durant ma formation donc il m’a sollicité. C’était pour moi un honneur de revenir au Nîmes Olympique. On se maintient la première saison puis on descend l’année du covid (2019/2020). J’avais 27 ans, j’étais au top de ma forme. Je pouvais signer à Toulon (N2) mais j’ai choisi de faire une proposition au NO pour me reconvertir en tant qu’entraîneur. Ça a été accepté et j’ai obtenu mon Brevet d’entraîneur de football (BEF).

"J’ai eu des propositions de clubs de N2 mais j'ai refusé"

Ne regrettez-vous pas d’avoir arrêté de jouer si tôt ?

J’ai fait mon petit parcours, j’en suis fier ! J’ai vécu du football pendant plus de dix ans. Je ne regrette pas sinon aujourd’hui je ne ferais pas ce métier qui me passionne bien plus que celui de joueur. À 29 ans, je pourrais encore jouer mais ça ne me manque pas. J’ai eu des propositions de clubs de N2 mais j'ai refusé. Je suis bien ici, je ne veux pas partir. Le matin je me réveille, j’ai vraiment la banane.

Après avoir touché à toutes les catégories la saison dernière, cette année vous avez demandé à prendre une équipe... 

Oui je me sentais prêt. Je voulais un peu voler de mes propres ailes. Je voulais aller seul sur le terrain alors que j’aurais pu aussi continuer à être l’adjoint de Yannick Dumas. Pour cette saison, je m’occupe des 16 ans. Je suis là aussi pour transmettre les valeurs du club : le dépassement de soi et le fait de toujours avoir envie de gagner. Il ne faut pas que l’on perde ça. Pour l’instant, c’est vraiment un groupe à l’écoute. On veut jouer le haut du tableau. On reste un club professionnel et il n’y en a pas beaucoup dans la poule donc c’est à nous de faire respecter la hiérarchie.

Malgré la perte de l’agrément, est-ce que Nîmes Olympique peut encore former des joueurs ?

Oui cet été on a réussi à attirer beaucoup de monde. Des joueurs viennent de loin pour jouer au Nîmes Olympique, par exemple de Mont-de-Marsan. Cet été, on a pu recruter tranquillement et je pense que c’est de bon augure pour les prochaines générations.

 Propos recueillis par Corentin Corger

5e journée de Ligue 2 (vendredi 30 Août 2013 à 20h). NIMES OLYMPIQUE (14e) 0-0 Le Havre (17e). Mi-temps : 0-0. Stade des Costières. Spectateurs : 4 861. Arbitre : M. Perreau Niel. Avertissement à Nîmes : Amewou (72e). Avertissements au Havre : Dingomé (67e), Fontaine (85e).

NÎMES : Merville – Cordoval, Gas, Boche, Fanchone – Amewou, Bouby – Ogunbiyi, Gragnic (-Koura, 66e), Nouri (Kovacevic, 89e) – Benmeziane (Cissokho, 46e). Remplaçants non utilisés : Michel, Robail. Entraîneur : Victor Zvunka.

LE HAVRE : Boucher – Pinteaux, Touré, Louvion, Le Marchand (cap.) – Dingomé (Fontaine, 79e), Saïss, Mesloub – Manzala (Rivière, 84e), Le Bihan, Mahrez (Zola, 90e+2). Remplaçants non utilisés : Pontdemé,, Lekhal. Entraîneur : Erick Mombaerts.

Corentin Corger

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio