A la une
Publié il y a 8 mois - Mise à jour le 09.03.2022 - abdel-samari - 2 min  - vu 2107 fois

ÉDITORIAL Mais où est le covid ?

Image d'illustration (Photo Maxppp)

Photo d'illustration DR

Vous l'avez remarqué ? Le covid a disparu des radars. Alors qu'il y a quelques semaines à peine, une éternité, il fallait absolument se vacciner avec troisième dose et présenter un pass vaccinal mais dans quelques jours, tout cela sera aux oubliettes.  Enfin presque. Le lundi 14 mars marquera la suspension de l'indispensable sésame à la fois dans les établissements de loisirs, sportifs ou les transports où il était appliqué jusque-là (restaurants, salles de sport, cinémas, musées, etc.) Et ce pour le public comme pour les salariés qui travaillent dans ces lieux ou événements. À cette même date, le port du masque ne sera plus obligatoire en intérieur. Mais il ne disparaîtra pas complètement : le masque restera sur le nez et la bouche dans les transports collectifs comme les bus, trains, avions, bateaux. Si le pass vaccinal vit ses derniers jours, le pass sanitaire restera toutefois la règle dans les établissements de santé, dixit Jean Castex, le Premier ministre. Jusqu'aux prochaines annonces où l'on pourrait nous annoncer que finalement, il ne sert plus à rien non plus. Toutefois, restez tranquille. Car on sent bien que cette disparition est temporaire. D'ailleurs, le mot employé est suspension. Une interruption pendant la campagne présidentielle et législatives. Et puis, cet été, comme l'année dernière au mois de juillet, les premières restrictions seront possiblement de retour. Et à la rentrée de septembre, faudra ressortir vos QR Code sur vos téléphones. Enfin, des mesures plus fortes à l'automne jusqu'au début de l'hiver seront aussi peut-être envisagées. Et puis quand les beaux jours seront encore de retour, on vous demandera de laisser tomber tout cela. Cela fait deux ans que cela dure, on a compris. Comme les saisons, avec le covid, c'est le thermomètre qui s'agite. Le thermomètre politique. Pour le reste... Ah si ! pardon, les chiffres dans le Gard. Et bien, il y a encore 300 personnes actuellement hospitalisées dans notre beau département pour complications liées au coronavirus. Dont 33 en réanimation. Mais sinon, la circulation virale poursuit très progressivement son évolution à la baisse. Les indicateurs sanitaires semblent plus favorables actuellement. C'est l'Agence régionale de santé qui le dit. Une dernière chose, un nouveau vaccin est désormais disponible. Nuvaxovid® c'est son nom. Sans ARN messager, c’est un vaccin fondé sur une technologie utilisée depuis un grand nombre d’années, par exemple pour les vaccins contre la grippe et l’hépatite. Si cela intéresse quelqu'un... Car l'épidémie est encore là. Il ne faudrait pas l'oublier.

Abdel Samari

Abdel Samari

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais