Actualités
Publié il y a 9 jours - Mise à jour le 25.01.2023 - Abdel Samari - 2 min  - vu 963 fois

ÉDITORIAL Retour au 90 km/h sur les routes du Gard : est-ce bien raisonnable ?

Panneau 90km/h
Photo MaxPPP

Tout le monde s'était fait une raison avec la généralisation du 80 km/h sur toutes les routes du Gard. Denis Bouad, président du département du Gard à l'époque, avait suivi l'avis du Gouvernement et acté l'abaissement de 10 km/h. Mais une prise de position de bon sens de la présidente Françoise Laurent-Perrigot en septembre dernier dans l'objectif d'harmoniser les routes avec l'Hérault fait débat aujourd'hui.

Pour plusieurs raisons. Et la première, c'est le bilan catastrophique du nombre d’accidents sur les routes du Gard en 2022. Alors que la vitesse n'est pas la seule cause de l'accidentologie gardoise, elle y participe. D'ailleurs, l'étude réalisée deux ans après la mise en place de la mesure par le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) sollicité par la Délégation à la sécurité routière le prouve. Sur les 20 mois consécutifs à la mise en œuvre de la mesure, le nombre de vies épargnées dans toute la France s'élèvait à 349, par rapport à la moyenne des cinq années précédentes 2013-2017 prises en référence. Cette baisse sensible de la mortalité routière n'était observée que sur le réseau concerné par l'abaissement de la vitesse autorisée. Sur le reste du réseau, la mortalité routière était en augmentation par rapport à la période de référence (+ 48 décès). Au-delà de l'impact sur la sécurité routière, cette mesure a aussi un impact favorable sur l’environnement avec des tonnes de CO2 par an en moins. C'est mécanique quelque soit le contexte. Enfin, au moment où l'essence est de plus en plus chère, rouler moins vite permet d'économiser aussi du carburant. Le Cerema, qui s'est principalement intéressé aux trajets domicile-travail, a observé d'ailleurs l'évolution des temps de parcours avant et après l'entrée en vigueur de la mesure. L'allongement des temps de trajet est en moyenne de 1 seconde par kilomètre. Peanuts. Par contre, l'impact économique de la mesure est gigantesque : elle permet à la société française d'économiser 700 millions d'euros sur une année. Une somme rondelette qui participe à notre modèle social de redistribution. Reste une question liée à l'acceptation de la mesure par les populations. Là-aussi, selon le Cerema, un Français sur deux y était favorable en 2020, une progression de 60 % par rapport à 2018, année de mise en place de la mesure. Alors ce constat n'empêche pas de se poser la question d'une harmonisation sur les routes gardoises en continuité de celles de l'Hérault qui ont une limitation à 90 km/h. Une réflexion est en cours pour un retour partiel sur les routes départementales sélectionnées par le Conseil départemental. Pourquoi pas ? Mais de là à généraliser les 90 km/h sur l'ensemble du réseau comme le suggère le sénateur Laurent Burgoa, en évoquant "une stigmatisation des zones rurales au détriment des agglomérations, qui pousserait aux votes extrêmes". On a connu le Républicain plus inspiré. Cette argumentation est absurde. Et loin, très loin des évaluations de la mesure. Françoise Laurent-Perrigot le sait bien. Et devrait prendre les bonnes décisions, dans l'intérêt de tous les Gardois. 

Abdel Samari

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais