Publié il y a 8 ans - Mise à jour le 23.10.2015 - thierry-allard - 3 min  - vu 1230 fois

FAIT DU JOUR Avignon : le pont Daladier surchargé, un gardois lance une pétition

Le pont Daladier (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Pour les nombreux gardois qui travaillent à Avignon, la traversée du Rhône est souvent loin d’être une sinécure, notamment aux heures de pointe. La situation se serait détériorée depuis cet été et la mise en place d’une piste cyclable sur le Pont Daladier, qui relie Villeneuve à Avignon.

Cette piste cyclable a été mise en place à la veille du festival d’Avignon, en juillet dernier, réduisant la circulation automobile à deux voies sur l’ouvrage de l’entrée du pont côté Avignon à la bifurcation de l’île de la Barthelasse. La goutte d’eau pour Guillaume Laplaud.

Plus de 1 300 signatures en trois jours

« J’habite Pujaut, et le matin quand je veux me rendre à Avignon pour travailler, c’est compliqué, les trajets sont longs et pénibles, explique le gardois à l’origine d’une pétition. On est les uns sur les autres, ça génère notamment du stress et de la pénibilité. » Sa pétition, intitulée « Pour revenir à une circulation fluide sur le pont Daladier et créer une passerelle piétonne et cyclable! » a recueilli plus de 1 300 signatures en trois jours, alors que la N100, la 2x2 voies qui relie les Angles à Avignon est en travaux, perturbant la traversée par le pont de l’Europe et amplifiant mécaniquement la circulation sur le pont Daladier.

Et le gardois l’affirme : « ce n’est pas contre les vélos, c’est juste complètement débile, sous prétexte de laisser une voie pour les vélos, de polluer plus et d’embêter tout le monde. Et faire du vélo sur le pont à côté d’un millier de véhicules, je ne pense pas que ce soit un plaisir. » Guillaume Laplaud rappelle également que « les gardois font vivre Avignon et ses commerces. » Face aux embouteillages et à la grogne qui semble pointer, un retour en arrière est-il envisageable ? Du côté de la mairie d’Avignon, le cabinet de l’édile Cécile Helle est catégorique : « non, il n’est pas question de revenir en arrière, c’était un projet de campagne de Cécile Helle. »

La possibilité d’une passerelle

Pour la mairie, après avoir rappelé le contexte des travaux de la N100, il ne faut pas se focaliser sur le pont Daladier : « il faut voir tout ça dans une globalité, on ne s’est pas contenté de la piste, on a créé des parkings relais, agrandi le parking des Italiens et le parking de l’Île Piot et on travaille à l’établissement de parkings. C’est une tendance, toutes les villes se dirigent vers une limitation des véhicules. » Pour Guillaume Laplaud, l’argument des parkings ne tient pas : « le parking de l’île Piot est situé au milieu du pont, il faut l’emprunter pour y aller. Et de toute façon le pont Daladier est un lieu de passage obligatoire, tout le monde ne s’arrête pas à Avignon. »

Pour lui, une solution consisterait à la construction d’une passerelle accolée au pont : « c’est techniquement possible », affirme-t-il en avançant l’exemple de la ville de Nogent-sur-Marne, qui a eu recours à cette solution, également promue par la gauche villeneuvoise. « L’idée paraît intéressante, mais il faut trouver les financements, répond la mairie. Et vous connaissez l’état des finances de la ville… »

La construction d’un troisième pont « envisagée »

Faute de moyens sonnants et trébuchants, la ville compte « accompagner les habitants pour changer leurs habitudes de déplacement, on peut laisser sa voiture à l’île Piot et prendre la navette, et on est en train d’envisager d’autres mesures à terme. » Au rayon « autres mesures », Guillaume Laplaud suggère de « laisser trois voies de circulation sur le pont et de faire ce qui avait été fait lors des travaux du pont de l’Europe, avec le matin deux voies du Gard vers Avignon, et le soir l’inverse, ça ne coûterait pas grand chose. »

Une autre solution, bien plus coûteuse, consisterait tout simplement à construire un troisième pont : « elle est envisagée, affirme-t-on du côté du cabinet du maire de la cité des Papes. Il faut mettre en place des procédures pour permettre le financement, on travaille à l’étude d’un partenariat public-privé. »

En attendant, la Ville affirme que « la piste cyclable et piétonnière est très empruntée, ça permet d’offrir aux touristes une belle promenade, on y a une très belle vue. » Notamment sur le Pont d’Avignon.

Et aussi :

Le sénateur de Vaucluse Alain Dufaut (LR) s’est prononcé contre la piste cyclable du pont Daladier qu’il a qualifié dans un lettre adressée à Cécile Helle d’« incongruité notoire ». Quant au président du Grand Avignon et maire de Villeneuve Jean-Marc Roubaud (LR), il invite à « attendre la fin des travaux (de la N100, ndlr) pour faire le bilan. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio