Actualités
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 24.03.2015 - baptiste-manzinali - 2 min  - vu 161 fois

FAIT DU JOUR L'antenne locale d'UFC Que choisir en légère perte de vitesse

Claude Gilbert, président Gardois de l'UFC Que Choisir. Photo Tony Duret / Objectif Gard

L'association de consommateur UFC Que choisir est un peu à la peine, malgré un budget rééquilibré depuis peu de temps. Avec 1 507 inscrits en 2014 (1 563 en 2010), l'organisme mise sur des tarifs de groupe préférentiels pour dynamiser son action locale.

Une légère perte d'adhérent pour l'antenne gardoise, "qui se vérifie également au niveau régional" précise Gilbert Claude, président d'UFC Que choisir. Alors que le taux de réadhésion plafonnait à 53 % auparavant, il a chuté à 48 % en 2014, passant de 1 563 inscrits à 1 507. Rien d'alarmant, mais une courbe dégressive qui n'enchante pas la direction. "Nous avons été obligé de tout rééquilibrer en gestion. Si l'on reste autour de 1 500 adhérents, cela n'est pas dangereux." En 2011, l'association perdait 9 000 euros par an. Depuis, l'arrivée de M. Gilbert, la gestion a été remise à plat. "Nous avons racheté des locaux, cela nous a permis d'économiser environ 1 000 par mois sur notre loyer." L'antenne gardoise, classée 22 ème des 114 associations UFC Que choisir en France, compte parmi ses rangs 23 bénévoles et accueille régulièrement des stagiaires. Une assemblée générale extraordinaire s'est tenue la semaine dernière pour faire voter la cotisation des bénévoles au même titre que les adhérents.

Développer l'action de groupe pour palier au manque d'adhérent

En 2014, 1 170 litiges ont été traités, et ont permis de constater l'augmentation de l'action de groupe (lors de litiges avec l'entreprise Sun Water, toujours d'actualité, ou le camping de la Croix du Sud notamment). Un type d'action que Claude Gilbert souhaite développer en proposant des tarifs préférentiels. "Lorsque nous menons des actions de groupes, les gens ne sont pas obligés d'adhérer à notre association. Cela concerne généralement entre 30 et 80 personnes et donc un coût financier. Nous voulons proposer des tarifs plus attractifs, entre 30 et 40 euros par personnes." Car, si l'association enregistre moins d'adhérents, elle anticipe une probable baisse des subventions des collectivités. "Le Conseil Général nous a donné 5 000 euros l'an dernier. Cet année, on prévoit pas plus de 2 500 euros." Du côté de la ville et de Nîmes Métropole, le président d'UFC Que choisir déplore un manque de soutien ; "Ils ne nous donne rien alors que nous sommes impliqués dans tous les travaux de la ville et qu'ils nous sollicitent sur beaucoup de dossiers."

D'autres combats attendent l'association dans les prochains mois, notamment contre ERDF. Le 8 février dernier, après la tempête qui a traversé le Gard, des techniciens ont réalimenté une rue de 25 maisons à 380 volts, au lieu de 220 volts. Des dégâts matériels ont été constatés par les habitants qui se sont alors tournés vers UFC Que choisir.

Baptiste Manzinali

Baptiste Manzinali

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais