Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 12.04.2024 - Yannick Pons - 2 min  - vu 375 fois

GRAU-DU-ROI Saint-Pierre annulée : Nicolas Meizonnet demande une dérogation

Hommage aux disparus en mer.

- VC

Selon un texte qui restreint la limitation du nombre de personnes, la Direction départementale des territoires et de la mer (DDTM) menace cette année de verbaliser la sortie en mer et le dépôt de gerbes en hommage aux marins disparus. En réponse, les pêcheurs ont annulé la fête de la Saint-Pierre.

Alors que David Papy, le président de l'association qui organise l'événement, avait annoncé l'annulation de la fête de la Saint-Pierre, le maire du Grau-du-Roi, Robert Crauste, annulait solidairement hier les festivités, non sans lancer un appel à l’aide dans un courrier destiné au préfet du Gard Jérôme Bonet. La fête de la Saint-Pierre et des pêcheurs devait avoir lieu au sein de la station balnéaire gardoise du 21 au 23 juin. 

Une restriction pour quelques minutes

En cause, une jauge qui concerne les embarcations de plus de 12 mètres qui impose aux marins-pêcheurs d'investir dans des radeaux de survie de grande capacité, voire même d'effectuer des dossiers de stabilité de bateau. Des opérations terriblement coûteuses pour un petit tour en mer de quelques dizaines de minutes chaque année. « La restriction existe déjà, mais cette année la DDTM nous a menacé de verbalisation. La jauge nous oblige à limiter et donc de trier au sein des familles de nos équipages alors que l’on ne sort même pas une heure, accompagnés par la SNSM ! On a fait déjà beaucoup, nous avons notamment investi dans une cinquantaine de gilets de sauvetage par bateau », s’exclame Paulo Gros, marin-pêcheur au Grau-du-Roi.

Député à la rescousse

Ce vendredi 12 avril, Nicolas Meizonnet a interpellé, par le biais d’une question écrite au Gouvernement, le secrétaire d'État chargé de la Mer sur les restrictions imposées aux manifestations nautiques dans le cadre des fêtes de la Saint-Pierre au Grau-du-Roi. 

Selon le député de la 2ᵉ circonscription du Gard, le déroulement de la fête est entravé par le durcissement des règles de sécurité limitant le nombre de passagers par bateau lors de la sortie et le dépôt de gerbes en mer du dimanche. Ce dernier souhaiterait connaître l’avis du Gouvernement sur cette question et savoir si des modifications des règles sont prévues pour ce cas exceptionnel. « Il s’agit ici de la survie d’une tradition populaire à laquelle des milliers de personnes sont attachées et que personne ne souhaite voir disparaître. Un assouplissement doit pouvoir être possible dans ce cas particulier », a demandé l’édile gardois.

L’Union des Jeunes de Provence et du Languedoc (UJPL), grand défenseur des traditions camarguaises, a emboîté le pas du député : « Imaginez un village de pêcheurs qui ne peut plus célébrer son saint patron. Imaginez un village de pêcheurs qui ne peut plus honorer ses hommes, qui chaque jour partent défier la mer, pour nourrir un pays. » Un soutien sans faille de l’UJPL par l'intermédiaire de son président Alexis Chabriol. La seule issue possible semble résider dans l'obtention d'une dérogation à l'endroit de cet événement particulier.

Yannick Pons

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio