Publié il y a 21 jours - Mise à jour le 08.05.2024 - Marie Meunier - 3 min  - vu 179 fois

MONTCLUS L'ancienne cave coopérative réhabilitée grâce au plan France Relance

Le maire de Montclus, Benoit Trichot, a coupé le ruban inaugural entouré des élus communaux, du vice-président au Département Christophe Serre, et du préfet, Jérôme Bonet.

- photo Marie Meunier

Ce mardi, le préfet du Gard, Jérôme Bonet, s'est rendu à Montclus pour inaugurer les derniers travaux effectués sur l'ancienne cave coopérative devenue depuis 2016 une recyclerie. La toiture a été refaite et une centrale photovoltaïque a été installée. Tout cela financé à 70 % par le plan France Relance.

Une plaque a été dévoilée pour marquer cette inauguration. • photo Marie Meunier

La cave coopérative de Montclus a été bâtie en 1929, s'inscrivant dans le mouvement coopératif du début du XXe siècle. "Elle est restée opérationnelle pendant 60 ans. Mon père Bernard Trichot a été son dernier président", retrace le maire de Montclus, Benoit Trichot. La cave a ensuite fusionné avec celle d'Orgnac et s'est trouvée désaffectée. La commune l'a rachetée en 1995. Elle a servi alors d'entrepôt pour du carrelage, pour du matériel d'apiculture, un magasin vendant des produits locaux s'était installé deux saisons durant. 

Anna Michalski, la présidente de "La Soupe aux cailloux", avec Jérôme Bonet et Christophe Serre. • photo Marie Meunier

Finalement, l'association "La Soupe aux cailloux" originaire de Barjac a investi les lieux pour y ouvrir en 2016 une recyclerie, dans le but de donner une seconde vie aux objets. La municipalité alloue ses petits moyens pour réhabiliter petit à petit la cave, notamment en refaisant le plancher, en aidant à créer des toilettes, en cassant les cuves pour gagner de la place. "Puis, il y a eu le covid en mars 2020. Tout s'est arrêté. Dès le mois de juillet, le Gouvernement a mis en place un plan de relance", poursuit Benoit Trichot. L'équipe municipale a souhaité en profiter pour rénover et isoler la toiture qui fuit et en installant une centrale photovoltaïque : "Avec l'aide de la préfecture en charge de la procédure d'attribution, nous avons construit un dossier. Il a été accepté. Le plan de relance a financé 70 % des 110 000 € qu'a coûté le projet."

La centrale enfin raccordée au réseau après des mois d'attente

Les 30 % restants sont payés par la commune, qui devrait amortir son investissement sur cinq ans grâce à la revente de l'électricité produite par les panneaux et la centrale. Après plusieurs mois d'attente, cette dernière a finalement été raccordée au réseau par Enedis le 7 novembre 2023. Le bâtiment abrite également une réserve d'eau de pluie qui sert à arroser les espaces verts et l'atelier-garage municipal.

Un compteur relié à la centrale photovoltaïque a été installé pour mesurer la puissance instantanée. • photo Marie Meunier

Pour les adhérents de l'association "La Soupe aux cailloux", cette réalisation est une bonne chose. Elle s'insère dans l'esprit durable du lieu qui consiste à vendre à petits prix des objets d'occasion. Cela va des habits au mobilier, en passant par la vaisselle, le linge de maison, les bijoux, la décoration... "Les gens sont heureux d'avoir un lieu comme celui-ci pour se rencontrer. C'est aussi un plan anti-gaspillage. Certains viennent par rapport au porte-monnaie, d'autres vraiment par conviction écologique", témoigne Anna Michalski, présidente depuis 2021 de "La Soupe aux cailloux". 

"Ce que vous réhabilitez, c'est un bâtiment mais aussi un lieu de vie"

Le préfet du Gard, Jérôme Bonet, a félicité la municipalité : "Ce que vous réhabilitez, c'est un bâtiment mais aussi un lieu de vie, d'échange, de rencontre. On a besoin d'élus qui s'engagent dans des missions difficiles, le rôle de l'État est d'être en soutien." Ce projet n'a pas bénéficié d'apport du Département du Gard mais le 1er vice-président, Christophe Serre, souhaite que la commune de Montclus soit aidée financièrement pour la réfection de ses rues dans le cadre des "Contrats territoriaux".

La cave coopérative de Montclus a été rachetée par la municipalité en 1995.  • photo Marie Meunier

Ce sont 900 000 € répartis en trois tranches qui sont programmées de 2024 jusqu'à 2026. La commune vise un fort taux de subventionnement pour être épaulée dans ce projet coûteux. La première tranche devrait démarrer en septembre-octobre et irait du parking visiteurs à la place de la mairie. Une autre inauguration est en perspective...

Marie Meunier

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio