Actualités
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 22.04.2022 - pierre-havez - 3 min  - vu 7110 fois

NÎMES De la prison avec sursis contre les deux escrocs de Cdiscount

(Photo d'illustration : Anthony Maurin)

Sofiane, veste à capuche noire et fines lunettes argentées et Nour-Eddine, doudoune noire et cheveux courts sont condamnés à 18 mois avec sursis pour avoir escroqué de plus de 100 000 euros l’enseigne Cdiscount, en 2017 et en 2018.

Pendant deux ans, le duo de 29 et 37 ans réalisait des commandes en ligne payables en quatre fois, mais fermait rapidement ses comptes bancaires pour ne pas avoir à payer les échéances suivantes. Les deux escrocs ont ainsi respectivement réalisé 372 et 197 commandes de téléphones portables, consoles de jeux, jeux vidéo, ou petits mobiliers - pour un montant de plus de 160 000 euros - qu’ils revendaient ensuite sur le Bon Coin, à moitié prix.

Benzema, Griezmann et anciens du Nîmes Olympique

Mais lors d’une nouvelle commande non livrée, Sofiane se plaint de ne pas avoir reçu son téléphone auprès du distributeur, permettant aux enquêteurs de l’identifier. « Alors que vous donniez habituellement des pseudos de joueurs de football comme Benzema, Griezmann ou d’anciens du Nîmes Olympique, vous aviez cette fois choisi “AllezfonceBen30“, observe le président Jean-Pierre Bandiera. Ben a tellement foncé qu’il vous a rattrapé ! »

Le prévenu explique comment il en est arrivé là. « J’étais accro aux jeux d’argent en ligne, et j’ai commencé à le faire une, deux ou trois fois sur internet, et après, je ne pouvais plus m’arrêter » explique le plus jeune des deux, chez qui les policiers ont retrouvé 500 euros en liquide et six cartes bancaires. Au total, son gain s’élèverait à environ 25 000 euros.

« C’est impressionnant, c’est quasiment un emploi à plein temps, car il faut créer des dizaines et des dizaines de faux comptes et de comptes bancaires, dont il fallait ensuite déclarer la perte des cartes, puis récupérer les colis et ensuite organiser des rendez-vous avec des clients sur le Bon Coin pour les revendre, observe faussement admiratif, Jean-Pierre Bandiera. Les banques ne vous ont jamais signalées que vous étiez particulièrement étourdi ? » Sofiane ne se démonte pas. « Les cartes sont payantes, alors… », lâche-il timidement. « Vous avez raison, c’est vrai que cela permet souvent d’éviter de se poser trop de question, même lorsqu’on est un établissement bancaire… », commente le président.

Tablettes, TV et Mercedes neuves

Chez son acolyte, les enquêteurs ont découvert 9 000 euros sur le compte de sa fille, des tablettes, des téléviseurs, ainsi qu’une Mercedes récente. Au total, il prétend avoir gagné environ 15 000 euros. « Qu’avez-vous fait de l’argent ? », l’interroge le juge. « C’étaient des petites coupures que je dépensais rapidement. Mais la voiture a été achetée par ma femme, qui travaille et avait des sous de côté », jure Nour-Eddine. « Et votre femme a dépensé tout ce qu’elle avait pour une voiture neuve ?, doute Jean-Pierre Bandiera. En tout cas, elle a fait une très bonne affaire, car vous avez dit l’avoir acheté 20 000 euros alors qu’elle en valait plus de 29 000 euros, selon les experts ! » Mais le gérant d’un bar à chicha à Nîmes jure mystérieusement qu’il ne savait pas que son ami procédait exactement de la même manière.

Adresses IP et points-relais

L’avocate de la chaîne ne croit pas à une telle coïncidence. « Comme par hasard, alors qu’ils se connaissent très bien, ils auraient procédé exactement de la même manière, en changeant d’adresses IP, de point-relais ou d’établissements bancaires, sur la même période ? », s’interroge Margaux Expert, qui demande le remboursement de la somme de 166 000 euros, pour son client.

Le procureur va à l’essentiel. « C’est une délinquance subtile avec un préjudice conséquent. Mais c’est toujours intéressant de voir qu’un prévenu est davantage concerné par sa voiture que de passer quelques années derrière les barreaux. Néanmoins, cela fait plusieurs années que vous n’avez plus fait parler de vous », pointe Eric Maurel. Le magistrat requiert 18 mois d’emprisonnement avec sursis contre les deux escrocs et la confiscation de la Mercedes.

« Quand on voit qu’ils ont utilisé leurs propres noms pour prendre les cartes bancaires ou recevoir leurs colis, on peut se demander comment C-Discount ne s’en est pas rendu compte plus tôt !, s’étonne l’avocat de Nour-Eddine, Philippe Ramon. Je vous rappelle en outre que mon client a volontairement arrêté ses pratiques, par lui-même, un an avant son interpellation par la police. » « Mon client a été faible et dépassé par son avidité. Mais il veut tourner la page : il est aujourd’hui inséré, travaille comme loueur de voiture, et a entamé un suivi psychologique. Ce n’est pas l’escroc du siècle ! », complète son avocat, Frédéric Mansat-Jaffré.

Les deux sont condamnés à 18 mois avec sursis et l’obligation d’indemniser Cdiscount, En revanche la Mercedes de la femme de Nour-Eddine lui sera restituée.

Pierre Havez

Pierre Havez

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais