Actualités
Publié il y a 10 mois - Mise à jour le 07.01.2022 - norman-jardin - 10 min  - vu 2034 fois

NÎMES OLYMPIQUE La toute première fois des entraîneurs des Crocodiles

Débuter dans un nouveau club est un moment particulier pour les entraîneurs, cela marque le début d’une aventure. Ce samedi, c'est Nicolas Usaï qui va connaitre le frison de diriger les Crocodiles pour la première fois. Avant lui d'autres ont vécu ces 90 minutes qui sont un marqueur d'une époque, d'une direction, d'une équipe. Nous vous proposons de replonger dans le premier match nîmois des dix derniers entraîneurs des Crocodiles. 

Jean-Michel Cavalli

Nîmes – Bastia 1-0 (19 décembre 2008)

Jean-Michel Cavalli a débuté à Nîmes par une victoire sur Bastia. Photo Objectif Gard

Le football est parfois cruel. Jean-Luc Vannuchi, qui avait fait remonter Nîmes Olympique en Ligue 2 au mois de mai 2008, est débarqué après une élimination en Coupe de France face à Bayonne (0-1) au stade des Costières. Le président Jean-Louis Gazeau veut René Girard pour le remplacer mais ce sera finalement Jean-Michel Cavalli qui est engagé. Le technicien corse doit relever un sacré défi puisque après 17 journées les Crocodiles sont 20e de L2 avec neuf points de retard sur les non relégables. JMC commence sa mission par une courte mais précieuse victoire sur Bastia (1-0) et il décroche un maintien aussi épique qu’inespéré en s’imposant lors de la dernière journée à Brest (2-1).

19 décembre 2008. 18ejournée de Ligue 2. Stade des Costières. NÎMES OLYMPIQUE – SC BASTIA 1-0 (Mi-temps : 0-0). Spectateurs : 6 921. Arbitre : M. Guillard. But : Malm (65e). Expulsion à Nîmes : Besnard (60e). Expulsion à Bastia : Camara (39e).

Nîmes : Puydebois – Roumégous, Poulain, Massot (Ech-Chergui, 78e), Zarabi, Besnard – Mostefa – Bayod, Maisonneuve, Collorédo (Kroupi, 73e) – Malm (cap) (Enza-Yamissi, 68e). Entraîneur : Jean-Michel Cavalli.

Bastia : Novaes – Camara, Ben Zekri, Dao, Harek – Barthélémy, Jau, Gomez (Dunjic, 79e), Mendy – André (cap) (Cahuzac, 36e), Genest. Entraîneur : Bernard Casoni. 

Noël Tosi 

Nîmes – Troyes 1-0 (12 novembre 2010)

Le 26 janvier 2011, Noël Tosi, à droit, assiste en compagnie de Philippe Goursat et Jean-Louis Gazeau à la présentation des deux recrues Diarrassouba et Dieng  [Photo via MaxPPP] • ¬©ANNA KER/WP/MAXPPP TEAMSHOOT

Presque deux ans après son arrivée, la personnalité de Jean-Michel Cavalli divise les Nîmois. Sur le terrain, les Crocodiles se traînent dans le bas du classement de la L2. Après une série de six matches sans victoire, le Corse est mis à pied. C’est Noël Tosi qui le remplace. Un grand voyageur haut en couleur, comédien, auteur de deux romans policiers et qui revendique un football offensif. Pour débuter le nouveau coach met en place un 4-2-3-1, il donne le brassard à Benoît Poulain et fait entrer Mohamed M’Changama qui marque l’unique but de la soirée. Une bonne série s’installe mais elle ne dure pas. Après cinq défaites consécutives, Noël Tosi démissionne mais il dirige une dernière fois les Crocodiles une semaine plus tard à Sedan (défaite 1-0). De son côté, le très contesté manager-général Philippe Goursat annonce vouloir prendre du recul. Quand Cavalli était parti le NO était 17e, Tosi le laisse à la 18e. C’est une énième crise qui éclate au Nîmes Olympique.

12 novembre 2010. 15e journée de Ligue 2. Stade des Costières. NÎMES OLYMPIQUE – TROYES 1-0 (Mi-temps : 0-0). Spectateurs : 7 394. Arbitre : M. Husset. But : M’Changama (76e).

Nîmes : Butelle – Sidibé, Poulain (cap), Zarabi (Bocognano, 79e), Davidas – A. Keita, Amewou (Bénézet, 55e) – Moukandjo, Stosic, Haguy (M’Changama, 70e) – Ayité. Entraîneur ; Noël Tosi.

Troyes : Blondel – Marester (cap), Drouin, Carlier, N’Sakala – Faussurier, Guidileye (S. Keita, 75e), Obbadi, Bezzaz (Enza-Yamissi, 54e) – Marcos, Duhamel. Entraîneur : Jean-Marc Furlan.

Thierry Froger

Le Mans – Nîmes 1-1 (14 mars 2011)

Le 22 avril 2011, Florent Batta et Thierry Froger en grande discussion  [Photo via MaxPPP] • ©JEAN-CLAUDE AZRIA / WORLDPICTU TEAMSHOOT
C’est dans une sacré pagaille que débarque Thierry Froger. Celui qui a été élu meilleur entraîneur de Ligue 2 en 1996 (Le Mans) et 2004 (Gueugnon) lance une opération sauvetage. C’est sans Poulain ni Mostefa tous deux suspendus que le nouveau coach doit constituer sa première équipe. Il décide de faire débuter le jeune Jérémy Posteraro, il associe Stosic à Zarabi en défense centrale et il place Benyachou dans le couloir gauche de la défense. Grace à Gigliotti, Nîmes ramène un nul prometteur du Mans, alors deuxième de la Ligue 2. Mais comme ces deux prédécesseurs cette saison-là, il n’arrive pas à sortir Nîmes de la zone de relégation. C’est la chute en National.

14 mars 2011. 27e journée de Ligue 2. MM Arena. LE MANS – NÎMES OLYMPIQUE 1-1 (Mi-temps : 1-0). Arbitre : M. Julien. Spectateurs : 8 245. But pour Le Mans : Helstad (14e). But pour Nîmes : Gigliotti (58e).

Le Mans : Ovono – Adénon, Cerdan, Baal, Corchia, Cuffaut (Lamah, 66e)– Hautcoeur, Thomas – Ouali (Béhé, 88e), Helstad (Dieye, 74e), Pote. Entraîneur : Arnaud Cornier. 

Nîmes : Butelle – Haddou, Stosic, Zarabi, Benyachou – Dieng (Benezet, 55e), Keita, Posteraro (Améwou, 70e), Haguy– M’Changama (Bocognano, 90+1), Gigliotti. Entraîneur : Thierry Froger.

Victor Zvunka 

Auxerre – Nîmes 2-0 (27 juillet 2012)

Victor Zvunka avec le maillot du Nîmes Olympique (Photo © objectifgard.com / MA)

Quand après avoir décroché la montée en Ligue 2, Thierry Froger annonce qu’il ne poursuivra pas l’aventure avec Nîmes, il faut lui trouver un successeur. Les noms de José Pasqualetti, Bernard Casoni et Hubert Velud circulent mais c’est l’expérimenté Victor Zvunka qui obtient le poste. Contrairement à ses prédécesseurs, l’ancien Marseillais arrive à l’intersaison et il a donc le temps de préparer son équipe. Nîmes ne recrute que deux joueurs (Robail et Bouby) et débute à Auxerre. Ce jour-là, le stade de l’Abbé-Deschamps est vide puisque suite aux incidents du AJA – MHSC de la saison passée, le club bourguignon est sanctionné d’un match à huis-clos. Mais bien que dominateurs, les Crocodiles ratent trop d’occasions et ils sont punis par le réalisme auxerrois. C’est Langil, un ancien Nîmois, qui marque le premier but. Évènement plutôt rare au NO, le nouvel entraîneur débute par une défaite.

27 juillet 2012. 1e journée de Ligue 2. AJ AUXERRE – NÎMES OLYMPIQUE 2-0 (Mi-temps 1-0). Stade de l’Abbé-Deschamps.  Rencontre jouée à huis-clos. Arbitre : M. Batta. Buts : Langil (13e) et La Tallec (57e).

Auxerre : Sorin – Hengbart, A. Coulibaly (cap), Ebanega, Rivieyran – Makengo, Haddad (S. Meité, 85e), Mandjeck, Langil (Acampandié, 79e) – Le Tallec, Haller (Segbefia, 72e). Entraîneur : Jean-Guy Wallemme.

Nîmes : Al-Shaibani – Haddou, Poulain (cap), Boche, Bouby – Amewou, Hsissane – Benezet, Ogounbiyi (Haguy, 70e), Robail – S. Koné. Entraîneur : Victor Zvunka.

Michel Benezet

Nîmes – Angers 0-2 (20 décembre 2013)

Michel Benezet, accompagné de René Marsiglia a dirigé une rencontre du Nîmes Olympique (photo CM)

La saison 2013-14 est une des plus rocambolesques de l'histoire du Nîmes Olympique. Alors que l'homme d'affaires Christophe Maillol est pressenti pour racheter le club (19e de L2), ce n’est pas la direction qui change mais l’entraîneur. Victor Zvunka est limogé à la veille de la réception du SCO Angers. Le timing n’est pas terrible et en attendant de trouver un remplaçant, c’est Michel Benezet, l’entraîneur-adjoint qui s’y colle l’histoire d’un soir. Mais sans préparation, l’intérimaire ne fait pas de miracle. Sur le banc, Alain et Jean-Louis Gazeau sont expulsés par l’’arbitre, sur le terrain Benmeziane échoue deux fois sur les poteaux angevins et au tableau d’affichage le SCO s’impose 2-0. La soirée pourrie par excellence.

20 décembre 2013. 18ejournée de Ligue 2. Stade des Costières. NÎMES OLYMPIQUE – ANGERS SCO 0-2 (Mi-temps : 0-2).   Spectateurs : 4 625. Arbitre : M. Schneider. Buts : Yattara (14e) et Socrier (16e). Expulsion du banc à Nîmes : A. Gazeau (19e) et J.L Gazeau (20e).

Nîmes : Merville – Parpeix, Sartre, Poulain (cap), Cordoval – Kovacevic, (Omrani, 60e), Hsissane (Bouby, 80e) – Nouri, Gragnic (Ogunbiyi, 66e), Cissokho – Benmeziane. Entraîneur : Michel Benezet.

Angers : Malicki (cap) – Angoula, Henin, Thomas, Bouka-Moutou – Yattara, Manceau, Keita, Boufal (Pessalli, 57e) – Socrier (Blayac, 75e), Ayari (Gamboa, 45e+2). Entraîneur : Stéphane Moulin.

René Marsiglia 

Laval – Nîmes 1-3 (10 janvier 2014)

René Marsiglia, aux côtés de Mathieu Robail, a sauvé le club de la relégation en 2014 (photo CM)

Pour remettre de l’ordre dans tout ça, les candidats sont nombreux. La rumeur évoque tour à tour Alain Boghossian, Jean-Pierre Papin, Jean Fernandez, Serge Romano, Mecha Bazdarevic, Didier Ollé-Nicolle, Daniel Sanchez, Faruk Hadzibegic et Jacques Santini. Mais aucun ne vient. Il y a bien Bernard Blaquart, arrivé il y a quelques mois, mais Jean-Louis Gazeau souhaite le laisser s’occuper du centre de formation. Le 26 décembre 2013, c’est René Marsiglia qui est nommé coach du NO. Avec sa bienveillance et ses qualités humaines, l’ancien entraîneur d’Alès ramène du calme dans le club. La confiance revient et à Laval dans la brume et sur un pelouse glissante, les Crocodiles décrochent leur première victoire de la saison à l’extérieur grâce à un superbe but de Gragnic et des arrêts de Merville. À la fin de la saison, Nîmes sauve sa tête en Ligue 2. Au mois d'avril, Jean-Louis Gazeau vend le club à Jean-Marc Conrad et ses associés. Entre les nouveaux dirigeants et René Marsiglia, le courant ne passe pas et le 24 juin 2014, à la veille de la reprise de la saison, les deux parties résilient un contrat qui courrait jusqu'en juin 2016.

10 janvier 2014. 19ejournée de Ligue 2. Stade : Françis-Le Basser. STADE LAVALLOIS – NÎMES OLYMPIQUE 1-3 (Mi-temps : 1-1). Spectateurs : 5 163. Arbitre : M. Perreau Niel. But pour Laval : Baby (5e). Buts pour Nîmes : Gragnic (20e), Couturier (67e, csc) et Kovacevic (90e+3).

Laval : Vanhamel – Belaud, Couturier (cap), Stosic, Rippert – Alla, Renouard (Mimoun, 72e), Baby – Robic (Perrot, 76e), Bekamenga, Diallo (Toudic, 62e). Entraîneur : Philippe Hinschberger.

Nîmes : Merville – Cordoval, Parpeix, Poulain (cap), Robail – Bouby (Omrani, 84e), Hsissane, Gragnic (Kovacevic, 80e) – Nouri, Benmeziane (Koura, 70e), Cissokho. Entraîneur : René Marsiglia.

José Pasqualetti

Nîmes – Angers 3-2 (1er août 2014)

José Pasqualetti avait le sourire lors de son arrivée au Nîmes Olympique (Photo Tony Duret / Objectif Gard)

Jean-Marc Conrad n'a pas tardé à trouver un remplaçant à René Marsiglia. Alors que Mecha Bazdarevic, Hervé Renard et Jean-Marc Pilorget proposent leurs services, c'est José Pasqualetti qui décroche le poste. L'ancien coach d'Alès, adepte du 4-3-3, veut faire vibrer le public nîmois et il annonce de la grinta et du jeu. La promesse est tenue, au moins pour ses débuts, puisque les Crocodiles efficaces et emballants mènent 3-0 après 33 minutes face à Angers, dans un dispositif en 4-2-3-1. Les Costières sont comblés et malgré deux buts du SCO, la victoire est au rendez-vous et la première est réussie. Usé par la tempête de l'affaire des matches truqués et la pénalité de huit points, José Pasqualetti jette l'éponge le 21 novembre 2015. Fait rarissime en football, le technicien corse démissionne à l'issue d'une qualification en Coupe de France (7e tour Frontignan (DH) - Nîmes (L2) 0-0 et 4-5 tirs au but).

1e août 2014. 1e journée de Ligue 2. Stade des Costières. NÎMES OLYMPIQUE - ANGERS SCO 3-2 (Mi-temps : 3-1). Spectateurs : 5 945. Arbitre : M. Perreau Niel. Buts pour Nîmes : Maoulida (14e), Barrillon (30e) et Lacourt (34e). Buts pour Angers : Kodja (40e et 80e sp).

Nîmes : Michel - Cordoval, Barrillon, Élie, Harek (Robail, 67e) - Parpeix, Kovacevic (cap) - Nouri, Lacourt (Azouni, 90e), Cissokho (Koura, 85e) - Maoulida. Entraîneur : José Pasqualetti.

Angers : Butelle - Manceau, K. Traoré, Thomas, Bouka Moutou - Eudeline (Pesslli, 77e), Auriac, I. Keita (Diers, 70e), A. Camara - Kodja, Blayac (Clémence, 61e). Entraîneur : Stéphane Moulin.

Bernard Blaquart

Valenciennes – Nîmes 2-2  (24 novembre 2015)

L’entraîneur Bernard Blaquart a marqué l'histoire du Nîmes Olympique (photo Philippe Gavillet de Peney/OG)

En cet automne 2015, ce n'est pas la joie au Nîmes Olympique. José Pasqualetti démissionne et le président, Christian Perdrier, doit trouver dans l'urgence un entraîneur. Le temps presse puisque après 14 journées le NO est dernier de Ligue 2 avec 10 points de retard sur les non relégables et au programme une semaine à trois matches. En attendant de trouver une solution, c'est le directeur du centre de formation, Bernard Blaquart, qui est désigné pour assurer l'intérim. Son premier match avec Nîmes, au lendemain de sa nomination, n'est peut-être pas le plus significatif car il s'est beaucoup appuyé sur le staff en place (notamment l'entraîneur-adjoint Hakim Malek) mais officiellement c'est son premier. Et c'est à Valenciennes que cela se passe. Le match nul ramené du Nord ne reste pas dans les annales et il est même décevant puisque les Nîmois jouent 46 minutes en supériorité numérique, mais la patte Blaquart va s'imposer rapidement pour finir par entrer dans la légende avec un maintien historique en L2 et une montée en L1 non moins mémorable.

24 novembre 2015. 15e journée de Ligue 2. Stade du Hainaut. US VALENCIENNES - NÎMES OLYMPIQUE 2-2 (Mi-temps : 0-1). Spectateurs : 6 293. Arbitre : M. Thual. Buts pour Valenciennes : Mbenza (52e) et Butin (75e). Buts pour Nîmes : Koura (32e) et Mounié (87e). Expulsion à Valenciennes : Néry (44e).

Valenciennes : Perquis - Aloè, Nestor, Abdelhamid (cap), Nery - Mbenza, Kaboré, Baradji, S. Diarra (N'Gouette, 62e) - Butin (Missi Mezu, 82e), Haddou (Niakhaté, 46e). Entraîneur : David Le Frapper.

Nîmes : Michel (cap) - Cordoval, Marin, Barrillon, Harek (Renaut, 38e) - Azouni, Lacourt - Ripart (Tchenkoua, 80e), Koura (Maoulida, 71e), Mounié, Bobichon. Entraîneur : Bernard Blaquart.

Jérôme Arpinon

Nîmes – Brest 4-0 (23 août 2020)

Jérôme Arpinon a fait des débuts efficaces face à Brest et une victoire 4-0 (photo Anthony Maurin) • Anthony MAURIN

Passer après Bernard Blaquart n'est pas facile et c'est Jérôme Arpinon qui relève le défi. Adjoint de plusieurs entraîneurs du NO depuis une dizaine d'années, le Nîmois connaît bien le club et le groupe. Sa méthode de travail est différente de son prédécesseur et il a la confiance de Rani Assaf. Il prépare son équipe pendant l'été 2020 et il fait ses grands débuts le 23 août. Pour un coup d'essai c'est un coup de maître. Et 1 et 2 et 3 et 4-0, les Crocodiles atomisent le Stade Brestois (4-0) et prennent la tête de la Ligue 1 à l'issue de la première journée. La suite est moins convaincante et malgré des victoires à Montpellier et à Marseille, le NO sombre au classement. Le 5 février 2021, Jérôme Arpinon est mis à pied. Il est le seul entraîneur de notre petite liste à faire ses débuts en Ligue 1.

23 août 2020. 1e journée de Ligue 1. Stade des Costières. NÎMES OLYMPIQUE – STADE BRESTOIS 4-0 (Mi-temps : 2-0). Arbitre : M. Pignard. Spectateurs : 2 026. Buts : Denkey (8e), Meling (31e), Philippoteaux (69e) et Koné (84e). Expulsion à Brest : Chardonnet (77e).

Nîmes : Reynet – Ripart (cap), Landre, Martinez, Meling (Miguel, 79e) – Cubas (Sarr, 82e), Deaux – Ferhat, Benrahou (Koné, 56e), Philippoteaux – Denkey. Entraîneur : Jérôme Arpinon.

Brest : Larsonneur – Pierre-Gabriel, Duverne (cap), Chardonnet, Faussurier - Diallo, Belkebla (Tavares, 67e) – Honorat (Charbonnier, 46e), Faivre, Le Douaron (Mbock, 79e) – Cardona (Battocchio, 67e). Entraîneur : Olivier Dall’Oglio.

Pascal Plancque

Nîmes – Monaco 3-4 (7 février 2021)

Pour Pascal Plancque et les Nîmois le maintien en L1 a fini par s'éloigner (photo Anthony Maurin) • Anthony MAURIN

Il était arrivé au début du mois de janvier 2021 pour épauler Jérôme Arpinon en difficulté. Un mois plus tard, il devient l'entraîneur du Nîmes Olympique. Sa mission est de sauver une équipe dernière de L1 avec deux points de retard sur les non relégables après 17 journées. Avec l'AS Monaco, c'est un gros morceau qui se présente aux Costières pour les débuts du Normand. Ce match est un peu fou puisque l'ASM mène rapidement 0-2 puis les Nîmois reviennent à 2-2 grâce à Deaux et Ferhat. Les visiteurs reprennent le large et Eliasson marque un bijou de coup-franc. Ce jour là Nîmes s'incline 3-4 mais semble avoir retrouvé la flamme. L'espoir est de courte durée et le club est relégué en L2 à l'issue de la saison. Un an après son arrivée, Pascal Plancque est à son tour mis à pied.

7 février 2021. 24ejournée de Ligue 2. Stade des Costières. NÎMES OLYMPIQUE – AS MONACO 3-4 (Mi-temps : 2-2). Rencontre jouée à huis-clos. Arbitre : M. Turpin. Buts pour Nîmes : Deaux (23e), Ferhat (32e) et Eliasson (81e). Buts pour Monaco : Golovin (3e, 12e, 62e) et Volland (77e).

Nîmes : Reynet – Alakouch, Briançon (cap), Miguel, Meling – Cubas (Fomba, 72e) – Benrahou (Duljevic, 46e), Deaux, Ripart (Eliasson, 72e), Ferhat – Koné (Roux, 66e). Entraîneur : Pascal Plancque.

Monaco : Lecomte – Sidibé, Badiashile, Maripan – Golovin (Aguilar, 87e), Fofana (Fabregas, 56e), Tchouaméni, Ballo-Touré (Henrique, 64e) – Volland, Diop (Diatta, 46e) – Ben Yedder (Jovetic, 56e). Entraîneur : Niko Kovac.

Sur les dix derniers entraîneurs nîmois, cinq ont débuté par une victoire (Cavalli, Tosi, Marsiglia, Pasqualetti, Arpinon), deux par un résultat nul (Froger et Blaquart) et trois par une défaite (Zvunka, Benezet, Plancque). Ce samedi c'est au tour de Nicolas Usaï d'entrer en piste. À lui d'écrire son histoire et de dessiner sous quelle étoile débutera son aventure nîmoise.

Norman Jardin

Norman Jardin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais