Culture
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 23.04.2022 - thierry-allard - 2 min  - vu 340 fois

BAGNOLS/CÈZE Les acteurs du monde culturel veulent avoir voix au chapitre

Ce samedi midi, lors du rassemblement pour la culture à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ils étaient une bonne cinquantaine, ce samedi midi, malgré la pluie, à s’être réunis devant la mairie de Bagnols. 

Autant d’acteurs culturels ou de sympathisants, pour qui l’annulation du Bagnols Reggae Festival a été « la goutte d’eau », avance Charlotte Vilcocq, chargée de production du festival, parmi les initiateurs du rassemblement. Car selon les participants, la mairie de Bagnols est responsable de cette annulation, qui en dirait long sur le peu de considération de la Ville pour le fait culturel. 

« Il y a eu de la rétention d’information », estime Charlotte Vilcocq, quand le président de l’association organisatrice du festival Vincent Rochetin parle, pour évoquer la proposition de la mairie de partage du parc Rimbaud avec Bagnols Plage, d’une « façon de refuser le festival. » 

Au-delà du cas du Bagnols Reggae Festival, les participants dénoncent un manque de concertation des acteurs culturels locaux par la mairie. « On ne met jamais les gens autour d’une table », avance-t-on parmi les participants, fatigués de devoir entrer dans « un rapport de force permanent » avec la municipalité. Le cas du musée, dont les promoteurs se sentent « baladés depuis dix ans », diront-ils, revient également. Un autre acteur culturel du territoire dénoncera quant à lui une situation « de pire en pire » avec la mairie. 

Bref, la culture à Bagnols pâtirait d’« un mode de fonctionnement extrêmement archaïque », dénonce Abdella Djaifri, ancien directeur de la Maison des associations de Bagnols, aujourd’hui intervenant auprès des collectivités sur la question de la participation démocratique. « Les citoyens veulent devenir acteurs et ne pas subir », embraye-t-il, et ça commence ce samedi. 

« Nous sommes dans la revendication, mais nous avons surtout envie de réfléchir à un édifice commun, à l’identité culturelle qu’on donne à ce territoire, nous avons envie de faire des beaux projets en collaboration avec la mairie », explique Charlotte Vilcocq. « C’est du pain béni pour les élus, une offre de service, une main tendue », estime Michel Aberlen, membre de l’Académie de Lascours.

Et tout ce beau monde compte monter, à la rentrée, « une agora, une journée dédiée à la culture du territoire, en travaillant aussi avec des experts, des professionnels de la culture, un sociologue, pour pouvoir être force de proposition », avance Abdella Djaifri.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais