Publié il y a 1 an - Mise à jour le 23.05.2023 - Marie Meunier - 2 min  - vu 499 fois

GARD Six photographes du "Bal des rejetons" au festival photo des Azimutés d'Uzès

Le festival organisé depuis huit ans se tiendra du 27 juin au 1er juillet
photo azimutés d'uzès

Karen Assayag fait partie des six photographes invités cette année au festival des Azimutés d'Uzès. 

- photo Karen Assayag

Depuis quelques semaines, le programme du festival photo des Azimutés d'Uzès est connu. Du 27 juin au 1er juillet, les visiteurs pourront découvrir le travail de six photographes du collectif "le Bal des rejetons", qui racontent la France dans toute sa diversité. 

"Le Bal des rejetons" réunit une trentaine de photographes au total, tous avec la volonté commune de documenter la France en cette période de crises. Mais chacun avec sa perception de diverses thématiques que sont l’urgence climatique, le déracinement, les conditions de vie rudes ou précaires... Touchée par leurs regards et leurs valeurs, l'association des Azimutés d'Uzès a décidé de les mettre à l'honneur pour le festival de photos documentaires qu'elle organise depuis huit années. 

Six d'entre eux seront exposés du 27 juin au 1er juillet à la médiathèque (chapelle et salles d'exposition) et à la mairie d'Uzès. Ils seront présents le 29 juin de 16h à 18h afin de rencontrer et d'échanger avec le public. Parmi ces six photographes, il y a Karen Assayag qui montrera aux visiteurs sa technique mêlant photographie, collages, photomontages et peinture et magnifiant des femmes dont le quotidien est marqué par l'insécurité, l'instabilité et l'isolement. Malgré la dureté de leur vie, Karen Assayag a tenté de "leur apporter une parenthèse dans leur quotidien tumultueux et les amener à porter un regard bienveillant sur elles-mêmes."

Territoire, Ehpad ou encore agriculture...

Autres photographes du "Bal des rejetons" : Nathalie Baetens adepte du noir et blanc et qui s'intéresse depuis plusieurs années à des territoires et des personnes “en marge”, mais aussi Laetitia d'Aboville, photographe indépendante depuis 2009 qui fait entrer à travers ses clichés au coeur des Ehpad et plus particulièrement des unités protégées où séjournent les résidents atteints d'Alzheimer. Le réalisateur de documentaires et photographe Nikos Djail, Aka Nicolas Jaillard, sera présent et nous emmènera en Moselle, à la centrale nucléaire de Cattenom, où il a rencontré "ceux qui vivent dans le "périmètre de mise à l'abri réflexe" défini par la préfecture, à moins de deux kilomètres des réacteurs."

Laetitia d'Aboville photo
Laetitia d'Aboville, photographe indépendante depuis 2009, fait entrer à travers ses clichés au coeur des Ehpad et plus particulièrement des unités protégées où séjournent les résidents atteints d'Alzheimer.  • photo Laetitia d'Aboville

Quant à Karoll Petit, elle a réalisé une série de portraits de femmes dans le milieu de l'agriculture française. Et enfin, Valentine Zeler, se penche sur le dérèglement climatique et son impact sur les paysages. Elle a volontairement brûlé ses tirages pour symboliser les premiers feux de forêt qu'ont connu les Vosges à l'été 2022 et les clichés seront accompagnés de "fragments sonores" tirés d'entretiens avec les habitants. 

Si vous souhaitez en savoir davantage sur "le Bal des rejetons", rendez-vous le 30 juin à 18h pour la projection du film de présentation du collectif suivie d'un débat avec les photographes à la médiathèque d'Uzès. Le 1er juillet à 11h, ils seront également présents pour dédicacer des livrets des photographes à la mairie d'Uzès, et (sous réserve) du Livre de photos du collectif le "Bal des rejetons" (Éditions de Juillet), en partenariat avec la librairie de la place aux Herbes. 

Entrée gratuite. Plus d'informations sur lesazimutesduzes.fr/festival-2023/

Marie Meunier

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio