Culture
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 30.06.2023 - Propos recueillis par Stéphanie Marin - 3 min  - vu 1011 fois

L'INTERVIEW Mario Ramsamy d'Émile & Images : "On a dû se bagarrer pour en arriver là"

Le trio Émile & Images est à l'affiche de la tournée Stars 80, Encore ! inscrite au programme du Festival de Nîmes. 

- Anthony Ghnassia

Les stars des années 80 jouent les prolongations. Après une tournée phénoménale réunissant 4,5 millions de spectateurs et un film à succès avec 2 millions d'entrées (la suite n'a pas connu le même engouement), Sabrina, Patrick Hernandez, Jean-Pierre Mader et leurs copains, ont repris la route pour investir les plus belles scènes françaises, dont les arènes de Nîmes, le 9 juillet prochain. Interview de Mario Ramsamy du groupe Émile & Images formé en 1999 avec Émile Wandelmer (Gold) et Jean-Louis Pujade. 

ObjectifGard : "Stars 80, Encore !" Comment interprétez-vous le « Encore » ?

Mario Ramsamy : Plus le temps passe, plus les gens sont nostalgiques. Stars 80 continuera tant que cette nostalgie sera là. Il y a une sorte de force anxiogène dans l'air, partout dans le monde. Cette musique des années 80 a mis un brin de joie, de bonne humeur, d'insouciance dans la vie des gens, sur plusieurs générations, alors je pense que c'est ce qui justifie le "Encore !". Et puis quelque part, si Thomas Langmann (producteur, NDLR) a lancé le film et fait perdurer cette troupe sur le terrain, c'est qu'il y a peut-être une possibilité de se faire des sous (Rires).

Cette tournée-là, qu’a-t-elle de différent par rapport à la première ? 

M.R. : Tout ! Elle est plus dynamique, plus interactive avec le public, les chansons sont présentées beaucoup plus spontanément, sans frous-frous, sans artifices... C'est beaucoup plus fort ainsi. 

Chanter "Les démons de minuit", "Capitaine abandonné", "Laissez-nous chanter", "Plus près des étoiles" près de 40 ans après sa sortie, y prend-on toujours autant de plaisir, ou est-ce du plaisir par procuration peut-être ?

M.R. : C'est un vrai plaisir. Vous savez, c'est un peu comme un père avec ses enfants, on ne peut pas les renier, jamais. Ces chansons-là ont marqué au fer rouge ce public français qui a vécu des choses avec elles. Je pense que l'artiste a ce devoir d'interprêter sa créativité en tout respect, il n'a pas le droit de trahir. Et pour nous, c'est une chance de se dire qu'on vit de belles choses grâce à ces chansons. 

Allez, confidence pour confidence, qui sur cette tournée est le plus râleur ou la plus râleuse ?

M.R. : C'est difficile à dénoncer ce genre de choses, je ne sais pas... Des railleries, il y en a quand on ne s'arrête pas pour manger un McDo sur l'autoroute (Rires). Mais concernant le spectacle, il n'y en a pas car tout est préparé en amont lors de réunions. On se parle beaucoup. Chacun chante ses chansons, puis on fait des medleys... Tout le monde a sa place sur scène. 

Le trio Émile & Images est à l'affiche de la tournée Stars 80, Encore ! inscrite au programme du Festival de Nîmes.  • Anthony Ghnassia

Et le plus déconneur, la plus déconneuse ?

M.R. : (Rires) J'en connais un, il est un peu Peter Pan, Laurel et Hardy... C'est Jean-Louis Pujade, le batteur d'Émile & Images. Il est toujours en train de nous envoyer des bêtises sur le groupe WhatsApp que nous avons créé. En réalité, nous sommes des enfants en colonie de vacances, on se taquine beaucoup. Mais nous nous considérons chacun à la même enseigne, on fait tous le même travail. Et puis, à l'âge que nous avons, je veux dire, nous n'avons plus rien à prouver à personne. On se regarde avec amour les uns, les autres. Pourquoi ? Parce qu'on a vécu la guerre. À l'époque, nous les artistes des années 80, on ne pouvait pas faire les Zéniths. On a dû se bagarrer pour en arriver là. On nous avait mis dans une case, la variété française, qui n'était pas bien vue. Aujourd'hui, tous ensemble, nous avons un répertoire fort, un répertoire qui manque dans le paysage musical et qui nous permet de faire de grosses salles. 

De votre côté, sans vos copains Émile et Jean-Louis, vous venez de sortir un projet, une chanson intitulée « Ensemble » ? Dites-nous en un peu plus ?

M.R. : J'ai le mal de la créativité. Je suis heureux de ce qui m'arrive aujourd'hui grâce à ces chansons des années 80, mais je suis un artiste. Et pour moi, un artiste doit rester créatif. Et je ne me sens pas vieux en tant qu'artiste. Monter sur scène aujourd'hui avec les anciennes chansons m'a donné des ailes, j'ai envie d'être dans la créativité. "Ensemble", reflète mon état d'esprit, c'est aussi celui de Stars 80. Je donne de l'espoir, de la joie aux gens dans une situation encore une fois anxiogène, triste, avec ce single, et cet album à venir au mois de décembre. Je suis fier de continuer à créer parce que j'ai encore ce feu qui brûle en moi. 

"Stars 80, Encore !", le dimanche 9 juillet 2023, à 20h30, aux arènes de Nîmes. Renseignements et informations en cliquant ici

Propos recueillis par Stéphanie Marin

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio