Culture
Publié il y a 8 ans - Mise à jour le 03.12.2014 - baptiste-manzinali - 2 min  - vu 195 fois

NÎMES Ouverture du salon Open Game Art 2014 au Carré d'Art

Nîmes Open Game Art 2014. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Ce matin, le Carré d'Art amorçait son salon entièrement dédié aux jeux vidéos, le Nîmes Open Game Art. L'heure était encore aux préparatifs, mais les quelques visiteurs pouvaient admirer, et tester, des pièces uniques issues de la collection d'Eric Bonnet, et contempler les œuvres de Mathieu Rebuffat, Dante Pannetier et Bastien Grivet.

Nîmes Open Game Art 2014. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Dans le calme et l'ambiance studieuse du Carré d'Art, trois artistes exposent depuis ce matin leurs œuvres, en marge du NOGA (Nîmes Open Game Art). Un dénominateur commun, celui de l'infographisme, certes, mais surtout une identité visuelle très forte. D'un côté, Dante Pannetier, tout juste âgé de 20 ans, présente des œuvres réalisées au stylo bic entre univers fantastique et réalisme avec une précision d’orfèvre. Bastien Givret lui, expérimente un monde plus futuriste dessiné de toute pièce, dans la droite lignée des jeux vidéos de science-fiction. Et Mathieu Rebuffat, dont nous avions déjà parlé, dévoile enfin ces dix représentations d'un Nîmes apocalyptique à faire froid dans le dos. Belle entrée en matière pour un art pluridisciplinaire comme le jeu vidéo, qui n'a cessé d'évolué en presque un demi-siècle d'existence. Déjà. Et comme toute discipline qui se respecte, il y a ces vestiges, ces chefs d’œuvres qui ressuscitent comme des fossiles au travers du temps.

Eric Bonnet au Nîmes Open Game Art 2014. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Eric Bonnet, directeur de l'école Créajeux à Nîmes, dévoile ainsi sa collection personnel de jeux vidéos. Le résultat donne un aperçu de quarante ans d'un univers virtuel surprenant qui démarre en 1972 avec la console Odyssey. "C'est probablement la première console de jeux vidéos de l'histoire. Je l'ai faite directement importer des États-Unis." Et à l'époque, c'est le ludoéducatif qui prime, "On y apprend à connaître la carte des États-Unis, et à améliorer son vocabulaire" explique M. Bonnet. Par la suite, des extensions sont venues s'ajouter à la console initiale comme le Simon, plus connu par le grand public. Inventé par Ralph Baer, considéré comme le père du jeu vidéo, cette pépite d'inventivité et l’ancêtre des consoles dites next-gen qui ornent les salons familiales, et a une valeur inestimable.

Entre les bornes d'arcade Donkey Kong, une version Pakeman qui se jouent à la japonaise (agenouillé, sur un écran posé à plat en face en face), les multiples Game & Watch ou autres Ludotronic de 1982, cette collection unique constitue le point d'encrage de ce salon entièrement dédié à l'univers du jeu vidéo, dont les innombrables activités parallèles devraient intéresser tout bon geek qui se respect.

Programme complet ici

Du 2 au 20 décembre, Bibliothèque du Carré d'Art à Nîmes.

Entrée gratuite.

Baptiste Manzinali

Baptiste Manzinali

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais