Publié il y a 1 an - Mise à jour le 25.04.2023 - Marie Meunier - 3 min  - vu 674 fois

VILLENEUVE-LEZ-AVIGNON 40 ans après sa mort, André Chamson au cœur d'une exposition

andré chamson exposition villeneuve

Catherine Velle, petite-fille d'André Chamson, et Micheline Cellier, sa biographe. 

- photo Marie Meunier

Cette année est le 40e anniversaire de la disparition d'André Chamson. Ce romancier, essayiste, poète et militant originaire des Cévennes a marqué son siècle. Sa vie est retracée à travers une exposition itinérante, visible jusqu'au 14 mai sous les voûtes des jardins de l'Abbaye Saint-André, à Villeneuve-lez-Avignon. 

Faire rentrer l'incroyable parcours d'André Chamson en une exposition n'est pas un défi facile. Mais un trio féminin s'y est attelé, tenant à lui rendre hommage. Il s'agit de Catherine Velle, petite-fille d'André Chamson, de Micheline Cellier, sa biographe, et de Valérie Mercer-Baheux. Toutes trois se sont appuyées sur les archives André Chamson qui ont rejoint le Carré d'art de Nîmes en 2021. "Cela fait six mois que l'on travaille dessus, cela fait plaisir de voir le résultat exposé. J'ai beaucoup connu mon grand-père. Il m'a élevée, m'a appris à monter à cheval, à faire du ski", se remémore Catherine Velle. 

Cette exposition s'intitule Itinéraire d'un enfant du siècle et se dévoile pour la première fois à Villeneuve-lez-Avignon avant de voyager vers d'autres lieux (*). Cette première étape n'est pas tout à fait choisie au hasard puisque André Chamson et son épouse, Lucie Mazauric, ont loué pendant 28 ans une petite maison juste en dessous de l'Abbaye, nichée dans les remparts. Abbaye qui fut aussi le lieu de tournage du feuilleton télévisé à succès La Demoiselle d'Avignon de Frédérique Hébrard, fille d'André Chamson, et de Louis Velle, son mari.

Un "Rhodanien des deux rives"

Alors, dans ces lieux déjà bien trempés de l'histoire d'André Chamson, ont été installés une dizaine de panneaux. Chacun retrace un pan de vie de cet homme aux multiples facettes. Un homme né en juin 1900 à Nîmes, mais qui a passé son enfance entre Alès et Le Vigan. Jamais il ne mettra de côtés ses racines cévenoles mais il puisera son identité aussi en Provence et en Camargue. "Chamson n'a jamais cessé d'agrandir son territoire. Il disait être devenu un "Rhodanien des deux rives"", assure sa biographe, Micheline Cellier. Il recevra d'ailleurs le prix Mistral en 1956 pour la majeure partie de son œuvre poétique et deviendra l'année suivante majoral du Félibrige et président du Museon Arlaten.

André Chamson était aussi un intellectuel engagé. Dans les années 30, il crée même un hebdomadaire, Vendredi, avec deux autres personnes aux valeurs proches du Front populaire. Profondément pacifiste, le Gardois n'a pas échappé à la guerre et s'est engagé en 1939 comme agent de liaison auprès du général de Lattre de Tassigny. Il applique alors sa devise de toujours : Register (Résister), avant d'être démobilisé en juin 1940. Il rejoint son épouse, alors conservatrice, qui s'occupe de mettre à l'abri des bombardements les plus belles œuvres du Louvre, puis rejoindra des maquis et organise des filières de refuge dans les Cévennes. 

Élu à l'Académie française, directeur général des archives de France...

"Après la guerre, André Chamson a dû reprendre sa place dans le monde des lettres. Il était promis avant sa mobilisation à un avenir prometteur, mais il a été complètement oublié, d'autres réseaux se sont installés", raconte Micheline Cellier. Si certains le croyaient fini, il les fera taire avec la sortie de son ouvrage Le Puits des miracles où il règle ses comptes avec la Guerre. Le livre deviendra un véritable succès et sera traduit dans plusieurs langues. 

S'ensuit une carrière exceptionnellement riche. En 1945, il sera nommé conservateur du Petit Palais et organisera des expositions à l'international. Il sera ensuite élu en 1956 à l'Académie française et au PEN club international (Poets, Essayists, Novelists). De 1959 à 1971, il sera directeur général des archives de France : "Chamson a toujours trouvé terrible que toutes les archives de France soient rassemblées à un même endroit. Il a mené une politique de décentralisation", atteste sa biographe. Son œuvre littéraire est ensuite très marquée par La suite camisarde où on ressent particulièrement son habitus protestant bien que Chamson n'était pas pratiquant. L'homme s'est éteint en novembre 1983 et repose aujourd'hui au serre de la Lusette, à Valleraugue, auprès de sa chère Lucie Mazauric. Cette année, le Gard célèbre le 40e anniversaire de sa mort. En 2025, on fêtera le 100e anniversaire de son premier livre Roux le bandit

Le 28 avril, à 14h30, Micheline Cellier et Catherine Velle donneront une conférence à l'abbaye sur le thème "André Chamson : du régional à l'international". La petite-fille de l'écrivain fera aussi quelques lectures. 

* L'exposition André Chamson. Itinéraire d'un enfant du siècle est visible sous les voûtes des jardins de l'Abbaye Saint-André jusqu'au 15 mai. Visite des jardins + exposition temporaire : 9€. Plus d'informations sur www.abbayesaintandre.fr. L'exposition se déplacera ensuite à la Maison départementale à Nîmes du 2 au 30 juin, puis au Musée du désert, à Mialet, du 12 août au 3 septembre, et enfin au Musée cévenol, au Vigan, du 6 septembre au 31 octobre. 

Marie Meunier

Culture

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio