Economie
Publié il y a 8 mois - Mise à jour le 22.03.2022 - corentin-migoule - 2 min  - vu 4914 fois

ALÈS "La petite mandarine" a pris ses quartiers en centre-ville

Julie Barrere a ouvert La petite mandarine, un commerce qui doit son nom au surnom que lui donnait jadis sa maman. (Photo Corentin Migoule)

Le n°6 de la place de l'Abbaye d'Alès a accueilli sa nouvelle recrue ce mardi 22 mars. 48 heures après le début du printemps, la pétillante Julie Barrere y a fait éclore "La petite mandarine", une boutique de prêt-à-porter exclusivement féminin qui ne manque pas de couleurs.

Le printemps est arrivé ce dimanche, mais pour Julie Barrere, il a véritablement débuté ce mardi 22 mars. Après avoir mûri son projet pendant huit mois, la jeune femme âgée de 26 ans a fait éclore La petite mandarine, une boutique de prêt-à-porter féminin, installée au n°6 de la place de l'Abbaye, en lieu et place du magasin Canon store qui a fermé ses portes le 28 février dernier.

Une grande première pour cette Nîmoise qui vit en Cévennes depuis deux ans. "J'étais déjà vendeuse en prêt-à-porter et j'avais depuis un petit moment cette envie d'ouvrir mon propre commerce. Un lieu à mon image, coloré, avec des produits très féminins", justifie la pétillante jeune femme qui ne se force jamais pour sourire.

La robe très colorée que porte Julie Barrere est disponible à la vente. (Photo Corentin Migoule)

Après trois semaines intenses de travaux, "sept jours sur sept, du matin au soir", la métamorphose est impressionnante et n'échappera pas à tous ceux qui ont connu le commerce précédent. "J'avais envie d'ouvrir assez rapidement pour ne pas manquer la collection printemps/été", plaide Julie Barrere, qui a bâti avec goût "un petit cocon" de 60m² comprenant deux cabines d'essayage et un tout nouveau carrelage imitation travertin.

Quant à l'emplacement, rien n'a été laissé au hasard. "Je ne suis pas loin de la rue d'Avéjan et de la rue Saint-Vincent qui sont les plus prisées, et je suis aussi tout près du parking de l'Abbaye où les deux premières heures de stationnement sont gratuites", apprécie la néo-alésienne, qui a toujours préféré la vie en centre-ville.

"J'aime l'ambiance qu'on y trouve, c'est bien plus sympa qu'un centre commercial. Les gens flânent, peuvent s'arrêter boire un verre ou manger avant de faire leurs achats", développe par ailleurs celle qui avait l'habitude de faire son shopping pendant ses pauses repas.

Les collections renouvelées très fréquemment

Sa démarche est on ne peut plus claire : accueillir ses clientes dans une boutique chaleureuse que l’on ne trouve pas à tous les coins de rue, en proposant des produits français et italiens, une gamme de bijoux, ainsi que des pièces uniques de maroquinerie conçues à la main par une créatrice avignonnaise.

"Je mise sur la qualité plus que sur la quantité car je n'ai pas de stock. J'ai envie de renouveler très fréquemment mes collections pour que mes clientes ne se lassent pas. Quand une fille se promène dans la rue, elle n'a pas forcément envie de croiser quelqu'un d'autre avec la même tenue qu'elle. C'est pour ça que je travaille avec des marques qui n'étaient pas du tout implantées sur Alès", étaye Julie Barrere, qui propose également une gamme de vêtements en fibres naturelles.

Si la fourchette de prix des produits est comprise entre 30 et 100 euros, il n'y a pas d'âge requis pour se les offrir. "Toutes les femmes qui ont envie de se faire plaisir avec des vêtements qui sortent de l'ordinaire" sont en effet invitées à franchir les portes de La petite mandarine, laquelle est ouverte du mardi au samedi, de 10 heures à 19 heures.

Corentin Migoule

Corentin Migoule

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais