Publié il y a 8 mois - Mise à jour le 18.07.2023 - Marie Meunier - 2 min  - vu 16394 fois

LAUDUN-L'ARDOISE Le directeur de Fadilec offre 123 000 € de prime pour tous ses salariés

prime salariés fadilec didier farigoule

Didier Farigoule, le directeur général de Fadilec, a remis symboliquement un chèque à ses salariés. 

- photo Marie Meunier

C'est avec beaucoup d'émotion que la cinquantaine de salariés de Fadilec a appris la nouvelle le mois dernier. Le directeur, Didier Farigoule, leur a versé une prime totale de 123 000 €, soit 3 000 € nets supplémentaires pour chaque collaborateur sur sa fiche de paie.

Ce beau cadeau, le patron peut l'offrir grâce à la forte croissance que connaît la PME, spécialisée dans l’ingénierie, la robotique, l’automatisme, l’informatique et la mesure, et qui se partage entre deux sites à Lyon et à Laudun-l'Ardoise. "La logique du chef d'entreprise aurait été de capitaliser, de mettre sur ses fonds propres. Mais j'ai dit non. La vraie force de l'entreprise, ce sont les personnels. On est comme une famille. On s'appelle tous par un prénom, on n'est pas des numéros", indique Didier Farigoule, directeur général et fondateur de Fadilec. Il a réparti de manière équitable cette somme rondelette entre ses salariés et même ses apprentis.

C'était aussi une manière de récompenser "les équipes (qui) ont beaucoup travaillé ces deux dernières années. C'était dur et tendu. Alors j'ai décidé de faire cette distribution significative d'intéressement", poursuit-t-il. Il faut dire que l'entreprise connaît une importante activité. Le carnet de commandes est plein pour les deux ans à venir. Du jamais vu en trente ans d'existence de Fadilec. "On a en moyenne entre cinq et six postes d'embauche à l'année", chiffre le directeur.

La semaine de travail à quatre jours et demi : "ça marche"

Le chiffre d'affaires avoisine les 5 millions d'euros : "On est reconnu au niveau national. On commence à l'international sur notre expertise d'automatisme et sur deux sujets d'actualité : technologies du futur et la sécurité informatique et des personnes." Les grands donneurs d'ordre font de plus en plus appel à Fadilec. La PME a aussi décroché de nouvelles parts de marché chez EDF pour des automates de sûreté nucléaire et deux marchés d'envergure à l'export : au Qatar et en Arabie Saoudite pour le pilotage de manèges aquatiques pour les parcs d'attraction. 

Malgré cette dynamique rythmée, Didier Farigoule ne perd pas de vue le bien-être de ses équipes. En début d'année, il a décidé d'expérimenter la semaine de 4 jours et demi. Tous les salariés sont en week-end le vendredi midi. Ils font leurs 35h qui sont réparties autrement sur la semaine. "Le temps libre, c'est important. Tous les salariés sont ravis et on ne reviendra pas en arrière. En plus, on a gagné en productivité. Le fait que les salariés soient plus épanouis, ils sont aussi plus efficaces. Ça marche", se réjouit-il. 

Le directeur veut montrer à travers toutes ces actions que "oui, il y a les grands groupes mais pas que. Dans les PME aussi, on sait être réactifs, on est capable de gagner de l'argent et d'aménager le temps de travail. Les plans de carrière peuvent être bien plus fulgurants et rapides", conclut le patron. 

Fadilec embauche dans sa filière nucléaire

À Laudun-l'Ardoise, le directeur général de Fadilec a pour projet de faire un nouveau bâtiment en face de l'existant et ainsi de quasiment doubler la surface de l'agence. L'objectif étant de disposer de locaux plus spacieux pour accueillir de futurs salariés. De 35, le patron aimerait que l'effectif passe à 40 personnes à Laudun. "En comptant le site de Lyon, on est une cinquantaine de collaborateurs. Il faudrait monter à 60-70 personnes. On a presque 15 personnes à embaucher l'année prochaine essentiellement pour la filière nucléaire. On cherche des techniciens, ingénieurs, automaticiens, chefs de projets, informaticiens...", liste Didier Farigoule. 

Marie Meunier

Economie

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio